Description

Gobelet à pied petit annulaire pourvu d’un filet en creux dans sa partie inférieure ; vasque haute tronconique s’évasant vers le haut, avec deux filets en creux juste en-dessous de l’embouchure ronde. Au-dessus du centre de la vasque, sont gravés les deux mots « FLO PORÉE » avec un ornement de palmette horizontale vers la droite et une flèche horizontale simple vers la gauche. Sous le pied, sont gravés 4 poinçons de contrôle, dont l’un avec les lettres J et F qui encadrent une hermine surmontée d’une fleur de lys.

Inventaire : 2012.01.02.

Etat : fêlure sous l’embouchure ; quelques rayures sous le pied et à l’intérieur de la vasque ; surface interne avec tâches sombres ; dessous du pied légèrement cabossé.

Matériau : argent.

Dimensions : hauteur : 6,9 cm ; diamètre embouchure : 6,8 cm ; diamètre pied : 4,2 cm.

Provenance : inconnue.

Datation : 1761-1763.

Histoire contée

À vous, qui parcourez ces allées, ces voies et ces pièces. À vous, qui respirez. À vous, qui demain périrez. Laissez-moi vous présenter l’éternité. 

            Cela fait désormais bien longtemps que je repose ici, censé protéger de mon corps de pierre une dépouille aujourd’hui oubliée. Vous ne la trouverez plus à mes côtés. Les êtres de chair pourrissent et disparaissent. Tel est le sort du vivant. Mais après tout, la pierre ne vaut guère mieux : nous nous usons certes moins vite, mais notre forme change. Celui qui m’a jadis donné cette forme aurait aujourd’hui bien du mal à reconnaître dans ce morceau de pierre l’œuvre détaillée et colorée qui  avait fait sa fierté. Mais tel est l’avenir de ce qui est et de ce qui aura été : décrépir pour peut-être renaître un jour.  

            Depuis combien de temps suis-je ? Pour la pierre, l’âge ne dicte qu’un état : naturelle, sculptée ou poussière, elle perdure. Quant à mon compagnon disparu, les siècles ont été cruels envers son souvenir. Peut-être était-il un preux chevalier, comme son pied chaussé de mailles semble l’attester. Ou alors, sans avoir jamais été combattant, était-il un noble juste et vertueux, représenté en armure comme nombre de ses pairs ? 

            Il n’y a désormais qu’une seule certitude à son sujet, et j’en suis le porteur. On a fait de moi un lion, symbole de bravoure et de sagesse, afin de porter les exploits de mon maître à travers un temps plus long que la vie d’un mortel. Et même après que son corps a disparu avec les détails de sa vie, je me tiens à ses pieds, défiant quiconque d’oublier les vertus de mon maître. 

            Alors allez, souvenez-vous de la bravoure de cet homme que j’ai gardé. Qu’elle reste en vous, vous inspire et vous guide. Car ce n’est qu’en cela que j’accomplirai ma mission. À travers l’Histoire, les contes ou la mémoire, la grandeur de mon maître survivra, deviendra vôtre et perdurera après votre mort. Peut-être alors serais-je revenu à vos côtés, sous cette forme ou une autre. 

            C’est là que réside limmortalité…

Contexte

Nous voici devant une imposante tête de lion du Moyen Âge, et plus précisément du XIVe siècle, ayant appartenu à la représentation d’un gisant en armures. On y voit encore précisément les traits du lion, dont les yeux, le nez et une bouche légèrement souriante sont encore bien visibles, de même que les détails de la crinière. Sur le côté droit de cette tête de lion se trouve un pied revêtu d’une chausse de mailles. De fait, des animaux pouvaient être représentés sur les monuments funéraires de gisants en armure, à l’image de ce lion. Demeurent encore quelques traces de peinture rouge au niveau des sangles attestant de la présence de polychromie. 

Un gisant est une sculpture funéraire représentant le défunt allongé sur le dos, les mains le long du corps ou croisées sur la poitrine. Cette représentation n’était réservée qu’à ceux qui avaient les moyens de s’offrir un tel ornement, c’est-à-dire la noblesse féodale et royale. Ils peuvent décorer des tombeaux. Les gisants étaient également utilisés pour représenter les parties du corps du défunt, tels que le coeur ou les entrailles. Ceux-ci pouvaient être séparés du corps au moment du traitement du corps, en accord avec le mos teutonicus, ou mos gallicus (« usage teuton » ou « usage gaulois »), qui consistait à séparer les os de la chair. Pour signifier la présence du coeur ou des entrailles sous le gisant, on représente alors le défunt avec un petit sachet à la main, soit posé sur le coeur pour ce dernier, soit tenu le long du corps pour les entrailles.

Les représentations animalières sur les gisants apparaissent au XIIIe siècle et peuvent comprendre le chien, le lion, l’aigle ou encore le dragon. Le lion, l’animal le plus représenté avec le chien, se retrouve aux pieds des gisants de rois de France, voire sur ceux de leurs épouses. La symbolique attachée au « roi des animaux » est plurivoque : puissance redoutable, force tranquille, justice, mort glorieuse au combat mais aussi figure paternelle. Le lion est de même symbole de la résurrection du Christ : en effet, au Moyen Âge, on pensait que les lionceaux n’ouvraient les yeux qu’au bout de trois jours parce qu’ils naissaient morts-nés, et qu’ils ne revenaient à la vie que grâce au souffle de leur mère.

La représentation des gisants en armure apparait au XIIIe siècle, dans l’ouest de la France, avant que le modèle ne se répande dans le reste de l’Europe avec un très grand succès.

Description

Tête de lion à gueule large, fermée, avec commissures en relief, museau large et aplati avec naseaux profondément creusés, pommettes en fort relief, grands yeux en amande surmontés d’un petit front plat, petites oreilles bien visibles, profondément creusées, crinière lisse, volumineuse et ondulée en léger relief par rapport au pelage de la poitrine épais et ondulé. Un pied complet, sanglé et recouvert d’une cotte de maille, est posé sur le côté droit de la tête du lion.

Inventaire : 2018.00.11.

Etat : bon état général, hormis la gueule et le museau altérés et surface marquée de légers impacts par endroits. Traces de rouge vif à plusieurs endroits de la sangle du pied.

Matériau : calcaire.

Dimensions : longueur : 30,5 cm ; largeur : 32,6 cm ; hauteur : 17,7 cm.

Provenance : inconnue, sans doute les Côtes-d’Armor et plus précisément le pays de Dinan.

Datation : XIVe siècle.

Histoire contée

“Bonjour, je m’appelle Caius, je vais vous expliquer ce qu’est ma vie à Rome. J’ai beaucoup voyagé pour arriver jusqu’ici, on m’a envoyé en ces lieux car je suis un saltimbanque, un joueur de cerceau. Les jeux ont circulé durant l’Antiquité au gré des déplacements de nombreuses personnes de tous horizons. Les jeux de dés, de plateau et de pions ont été diffusés grâce à la grande mobilité des militaires. Les saltimbanques et acrobates, professionnels également caractérisés par l’itinérance, contribuent à la diffusion de jeux ludiques, tels que le jonglage, les jeux d’adresse et d’équilibre, le funambulisme… Que nous soyons esclaves ou libres, nous, saltimbanques, devons faire face à de violentes critiques de notre métier. Nous sommes stigmatisés et moqués.

 

Voix off :

 

Contrairement au sport, qui a une visée normative et civique car contribuant à l’entraînement militaire, l’acrobatie explore les limites du corps avec l’ambition de les dépasser sans rechercher une plus grande vigueur, mais un moyen de subsistance. Les compétences acquises ne constituent pas une technê, à savoir une technique utile, car elles ne contribuent pas à la santé. Le fait de gagner sa vie en se produisant avec son corps est même considéré comme une forme de prostitution.”

 

Le mépris que la société nous porte est en partie partagé par tous les acteurs qui exercent des métiers de scène, mais aussi les musiciens. Notre existence n’est pas simple au sein d’une société qui porte un lourd jugement sur notre profession. Nous sommes vus comme des marginaux car nous sommes itinérants et artistes, mais à chacun de nos spectacles, il y a foule. Nous mettons notre vie en danger et le public aime voir cela, mais ne nous reconnaît pas comme des personnes de valeur.

Aujourd’hui, je dois travailler avec un jeune lion. Il a beau être apprivoisé, j’ai peur car il est imprévisible. Les gens disent que je suis vaillant et que j’aurai l’ascendant sur ce jeune lion, mais il m’effraie tout de même.

 

Voix off :

Se montrer avec des animaux sauvages est un signe de courage. L’élite montre l’étendue de ses moyens en faisant participer des animaux sauvages aux jeux de l’amphithéâtre.

 

À chaque prestation, je risque ma vie, ce qui n’a pas l’air de compter énormément aux yeux de la société romaine. Je ne suis pour eux qu’un jeune homme aux compétences étonnantes mais inutiles, qui doit les divertir.

Combien de mes camarades sont décédés ou devenus infirmes lors d’accidents, funambules tombés de leur fil, acrobates blessés par un ours ou un lion. Certains avaient moins de 15 ans… Je gagne ma vie en étant une distraction pour les autres, mais chaque jour je risque de la perdre.



Contexte

Cette pièce a été découverte à La Bouillie, près d’Erquy en Côtes d’Armor dans la première moitié du XIXe siècle. Cette statuette était fixée à un meuble (chaise, table…) dont elle représentait un élément décoratif. De tels meubles luxueux ne pouvaient appartenir qu’à une élite éminemment aisée du peuple gallo-romain des Coriosolites dont la capitale était Fanum Martis (actuellement Corseul). Sans information sur le lieu précis ni sur les circonstances de cette découverte, nous pouvons supposer qu’elle était liée à une riche villa romaine. Dans les campagnes romaines, les villas étaient des établissements agricoles composés de deux parties, une pars rustica et une pars urbana. La première, en partie peuplée d’esclaves, était consacrée aux travaux agricoles avec les bâtiments d’exploitation tandis que la seconde était réservée au maître et à sa famille. Richement décorées, les pièces de vie de la pars urbana reflétaient un mode d’existence calqué sur celui des plus riches familles romaines, avec une architecture, une décoration peinte et un ameublement directement inspirés des modèles italiens. C’est sans doute de la pars urbana d’une de ces villas que provient cette pièce décorative de meuble. 

 

Bien qu’il puisse se rapprocher d’un petit Éros avec son physique potelé et ses cheveux courts, c’est d’un jeune garçon dont il s’agit et non d’une divinité ailée. Ce n’est donc pas l’amour maîtrisant un lion qui est représenté mais bien un jeune jongleur sur le dos d’un fauve impassible. 

Dans le monde romain, et particulièrement en Gaule, les jeux de l’amphithéâtre et du Cirque étaient très prisés pour les spectacles pittoresques et violents qu’ils offraient mais aussi car ils représentaient l’adhésion à la romanité. Si les combats de gladiateurs dans l’amphithéâtre et les courses de chevaux et de chars dans le cirque sont les plus connus des jeux romains, nombre d’autres attractions étaient proposées. Et parmi celles-ci, les prouesses des jongleurs et acrobates qui accomplissaient des tours d’adresse durant les intermèdes rythmant les nombreux combats et venationes (chasses aux fauves).

Le jonglage, le funambulisme, les jeux d’adresse et d’équilibrisme, parfois avec un animal comme c’est le cas ici, sont le fait de spécialistes, libres ou serviles, qui ont une parfaite maîtrise corporelle et technique et qui se déplacent seuls ou en groupes sous la forme de petites troupes d’artistes. Très mal considérés par les Romains, c’étaient des saltimbanques en marge de la communauté civique qui offraient des spectacles ludiques où l’habileté rivalisait avec la dangerosité.  

Ainsi, ce jeune garçon qui joue au cerceau sur le dos d’un fauve. Bien sûr, ce dernier semble paisible mais il suffirait d’un rien pour qu’il sorte de sa torpeur et dévore l’impudent qui ose lui piétiner le dos. A la différence d’un gladiateur puissant et bien entraîné qui risque sa vie dans l’arène ou d’un condamné de droit commun qui mourra dévoré par les bêtes, c’est un garçon jeune et innocent qui s’expose ainsi à une mort terrible. Nous pouvons imaginer l’émotion des spectateurs à la fois ravis du spectacle d’adresse qui leur est donné et effrayés que celui-ci se termine en carnage sauvage. C’est l’importance de la prise de risque qui compte, sachant que l’omniprésence de la mort « va cependant de pair avec le faible prix de la vie d’un acrobate, souvent de statut servile et de surcroit encore très jeune. » (Véronique Dasen). 

Si l’usage du cerceau est connu dans les mondes grec, étrusque et romain, il n’est représenté dans un contexte de spectacle forain que sur une série de lampes romaines du Ier siècle après Jésus-Christ. Le petit bronze du musée de Dinan est donc une œuvre originale nous permettant d’approcher le statut qu’avaient les jeunes saltimbanques, entre admiration d’une foule enthousiaste lors des spectacles où ils risquaient leur vie et mépris pour une catégorie de professionnels au plus bas de la société. 




Description

Un jeune garçon nu, replet (chevelure ondulée, visage à expression neutre), tenant un cerceau dans chaque main (bras droit fléchi en hauteur et bras gauche baissé le long du corps, se tient debout en équilibre sur la jambe gauche sur le dos d’un lion couché (au repos mais la tête dressée, gueule fermée).

Inventaire : sans numéro d’inventaire.

Etat : bon état général.

Matériau et technique : bronze coulé à la cire perdue.

Dimensions : hauteur : 6,6 cm ; longueur : 4,5 cm. 

Provenance : La Bouillie, près d’Erquy (Côtes d’Armor 22), donnée au musée de Dinan en 1848 par M. Lesage.

Datation : première moitié du IIe siècle après Jésus-Christ.

Epoque contemporaine

1800 jusqu’à aujourd’hui

Les historiens font commencer la période contemporaine soit à la Révolution française de 1789 soit au Congrès de Vienne de 1815 qui marque la fin des guerres napoléoniennes. L’industrialisation, commencée au siècle précédent, transforme radicalement l’Europe puis une partie du monde au XIXe siècle, entraînant une urbanisation à grande échelle, le développement rapide des moyens de transport motorisés et des changements sociétaux profonds qui donnent naissance à de nouveaux courants de pensée politiques tel que le marxisme. Croissance démographique, nationalismes, révolutions politiques, colonialisme puis décolonisation, mort de masse avec la guerre industrielle et les génocides, extension de la démocratie, épisodes totalitaires, progrès de la médecine, bouleversements énergétiques, explosion des moyens de communication, du télégraphe au téléphone, de la radio à la télévision, de l’ordinateur personnel à internet, sont les aspects contrastés de deux siècles d’une période d’extraordinaire accélération de l’histoire.

Epoque moderne

1500 – 1800

Cette époque est celle des grandes découvertes et de la première mondialisation. Commençant par les expéditions maritimes et la volonté d’inventaire du monde, elle s’achève par les guerres napoléoniennes, avec les deux événements qui annoncent une nouvelle ère que sont l’indépendance des États-Unis d’Amérique en 1783 et la Révolution française quelques années plus tard. Elle peut être subdivisée en trois périodes marquées par des transformations politiques et culturelles et d’importantes découvertes scientifiques : la Renaissance, de la fin du XVe aux premières décennies du XVIIesiècle, l’avènement de l’État-nation sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV (XVIIe et début du XVIIIe siècle) et le siècle des Lumières (XVIIIe siècle).

Moyen Âge

500 – 1500

Cette période porte très mal son nom. Commençant avec la déposition du dernier empereur romain ou avec le baptême de Clovis 20 ans plus tard, elle se termine en 1453 avec la prise de Constantinople par les Turcs ou en 1492 avec l’accostage de Christophe Colomb en Amérique. Loin d’être un âge obscur entre l’Antiquité et la Renaissance qui auraient tout inventé, cette longue période d’un millénaire représente le ferment de notre monde actuel, avec la naissance de nos États européens et des Universités, l’affirmation d’une pensée riche et diversifiée, des innovations techniques fondamentales concernant l’architecture, l’agriculture et l’élevage, la métallurgie, la céramique et le verre, le textile et même celle de l’imprimerie qui est l’aboutissement direct du développement de la culture et des humanités.

Âges des métaux

Âge du Bronze

2200-800 av. J.-C.

L’apparition de la métallurgie, avec la découverte de l’alliage du cuivre et de l’étain, constitue une autre étape importante de l’évolution de l’humanité. Le métal se substitue progressivement à la pierre taillée et polie et, adopté pour l’outillage et l’armement, entraîne l’apparition de savoir-faire spécialisés comme la charrerie, la menuiserie, la charpenterie, dont la charpenterie de marine avec un large développement de la navigation maritime. Des objets aussi banals que le clou, le rivet, le moyeu s’avèrent d’une grande portée technique, permettant de nombreuses innovations et l’amélioration d’inventions remontant au Néolithique comme l’araire et la traction animale. Désormais, l‘accès au métal, par le contrôle des gisements métallifères et celui des routes commerciales terrestres et maritimes, représente un enjeu stratégique de première importance pour les sociétés qui connaissent de profondes mutations culturelles, économiques et politiques.

 

Âge du Fer

800-50 av. J.-C.

C’est l’usage d’un nouveau métal qui a été choisi par les archéologues pour dénommer la dernière période de la Protohistoire. Le fer, qui est adopté pour une partie de l’armement et pour nombre d’outils, ne se substitue pas complètement au bronze qui reste toujours largement employé. C’est durant cette période que se produit le premier événement historique en Gaule, à savoir l’arrivée des Grecs (Phocéens) et l’implantation de la première ville dénommée Massalia (Marseille) en 598. Seuls quelques textes grecs et latins nous parlent de la Gaule et de ses habitants, ce qui fait que les sources archéologiques restent les plus importantes pour la connaissance d’un vaste pays occupé par un grand nombre de tribus celtiques. Loin des clichés d’une Gaule sauvage couverte de forêts avec quelques villages établis dans des clairières, les territoires des peuples gaulois sont amplement défrichés et organisés. L’agriculture, l’élevage, la métallurgie représentent les principales ressources économiques de sociétés complexes qui évoluent rapidement avec l’apparition de la monnaie et celle de véritables villes qui sont des centres économiques et des chefs-lieux politiques.

Contexte

A l’époque de l’empereur Tibère (14-37 ap. J.-C.), la Gaule a perdu son indépendance depuis deux à trois générations. Les villes romaines, comme Fanum Martis (Corseul), sont toujours en construction tandis que le territoire de chaque cité celtique comme celui des Coriosolites, connaît une rapide évolution, avec l’aménagement d’un réseau de voies qui relient entre elles les nouvelles capitales des cités mais qui irriguent aussi les campagnes dans lesquelles sont implantées de riches villas romaines. Les élites gauloises se sont rapidement enrichies grâce à la période de paix imposée par le pouvoir romain et au développement des échanges à l’échelle d’un immense empire. Plus modestement, tout un peuple de petits artisans et commerçants vit dans les centres urbains, leurs faubourgs et à proximité des sanctuaires qui attirent des foules de dévots. Les potiers appartiennent à cette catégorie de petits artisans qui, sans mener le train de vie des élites, connaissent une certaine prospérité et peuvent s’enorgueillir de faire vivre leur famille dans des conditions honorables, pouvant même posséder un ou quelques esclaves. Restant encore en partie fidèles à une tradition gauloise , ils s’adaptent rapidement à cette forme de mondialisation que représente l’empire romain, adoptant les fours, les nouvelles techniques ainsi que des formes et des décorations originaires du monde méditerranéen. Les potiers gaulois font preuve d’un dynamisme et d’une inventivité qui en font les meilleurs de l’empire à une époque où la céramique est incontournable pour la production de tous ces objets qui sont actuellement en métal, en verre et en plastique. Les usages des vases en céramique sont très variés, pour conditionner, conserver, stocker, pour chauffer et cuire, pour présenter et servir, pour consommer des nourritures solides et liquides, pour offrir aux divinités et aux défunts. 

Les potiers gaulois, modestes artisans, exerçaient ainsi une profession indispensable à la vie quotidienne, aux échanges économiques et aux pratiques rituelles. Ils pouvaient être plusieurs à l’échelle d’une petite ville comme Fanum Martis, avec leurs ateliers installés dans les faubourgs et, pour certains d’entre-eux, une boutique sur le forum, répondant à des commandes particulières comme celles d’un parfumeur ou d’un apothicaire à la recherche de récipients spécifiques pour leurs produits. 

 

 

Histoire contée

A l’époque de l’empereur Tibère, dans la cité de Fanum Martis, capitale des Coriosolites (Corseul), vivait une belle jeune femme prénommée Gaia. Elle devait se marier avec Carios, un auxiliaire Gaulois, comme elle natif de la cité coriosolite, dont elle était follement amoureuse. Parti pour une mission de reconnaissance pour lutter contre des pirates qui infestaient la côte, il mourut tragiquement lors d’une attaque surprise.

Totalement anéantis, Gaia et sa famille offrirent une truie pour le sacrifice. Durant les funérailles, Carios fut allongé à la manière romaine sur un lit de parade qui était en réalité un bûcher funéraire. Celui-ci était richement décoré avec des objets déposés autour du défunt dont des lampes et des encensoirs, des offrandes de viande, de pain, de fruits, des cruches remplies de vin mais également ce petit vase en céramique que Gaia avait acheté  dans la boutique du potier installée sur le forum. Elle y avait délicatement versé un miel exquis de fleurs de ronces provenant d’un rucher de la propriété de ses parents. Cette modeste offrande représente devant les dieux et les hommes, son amour éternel envers Carios. Le miel était un signe d’immortalité dans l’antiquité. Après avoir sacrifié la truie, sa viande fut partagée entre les participants au banquet funéraire et son sang versé en libation pour le mort. Et alors que le bûcher se consumait, Carios participait à son dernier banquet, à proximité de son amoureuse et de ses proches. Une fois la cérémonie terminée, du vin était versé sur les cendres encore fumantes et les os calcinés soigneusement récoltés, nettoyés et mis à reposer à l’intérieur d’une urne cinéraire elle-même déposée dans une petite tombe en compagnie du vase à miel de Gaia. Carios pouvait partir rejoindre les mânes de ses ancêtres, apaisé par le bon déroulement du rituel donné en son honneur et par la certitude que personne ne l’oubliera. 

Histoire contée

Il était une fois une jeune fille qui vivait dans un village au cœur du massif armoricain. Rêveuse, ses pensées s’envolaient souvent vers un lointain passé, jusqu’à une époque où vivait une autre jeune fille de son âge, une époque que les archéologues appellent l’âge du Fer, dominé, en Europe occidentale, par les peuples celtes. 

« Je contemple la vallée jusque vers la mer, adossée à un dolmen à Saint-Jean-Trolimon. Je viens souvent ici pour me retrouver, nouer les liens invisibles avec mes ancêtres et,  inspirée par la beauté intemporelle du paysage, laisser mon imagination vagabonder. Là où je suis assise, ont été retrouvés au XIXe s. des vestiges attestant d’une occupation s’étalant du Néolithique jusqu’à l’époque gauloise, c’est-à-dire de la présence d’une ou de plusieurs communautés sur plusieurs millénaires . Ce sont souvent les paysans qui font des découvertes archéologiques pendant les labours ! On a retrouvé ici des squelettes en bon état ainsi que 21 urnes contenant des cendres, des os et divers objets funéraires. Parmi les inhumations, il y avait la tombe de cette jeune fille qui portait des bracelets en bronze aux chevilles et aux poignets. Les Celtes sont très connus pour leur travail de la métallurgie, mais, à la différence de la période précédente, n’ont été mis au jour que peu d’objets en bronze, ce qui fait de ce bracelet un exemplaire rare. Je me demande qui était cette fille, et pourquoi elle est morte si jeune. Ce qui est certain, c’est que sa famille devait être, si ce n’est riche, au moins d’un statut social assez élevé  : ses bracelets forment une belle parure et on a aussi trouvé dans sa sépulture un vase en céramique à décor incisé, ce qui était rare à l’époque. J’ai appris à l’école que la péninsule armoricaine était une région prospère car produisant de l’étain, nécessaire à la fabrication du bronze. C’était une importante région de production métallifère mais aussi agricole et saline. Le métal, le sel marin, les céréales mais aussi sans doute la viande salée faisaient l’objet d’échanges  dynamiques à l’échelle de l’Ouest et sans doute au-delà, dont une grande partie par voie maritime. Les élites aristocratiques qui organisaient et contrôlaient cette activité de production et d’échanges, vivaient dans des fermes fortifiées qui s’apparentaient parfois à de puissantes forteresses dont l’exemple le plus connu en Bretagne est celui de Paule en Côtes d’Armor.  La jeune fille appartenait peut-être à un de ces clans aristocratiques qui dominaient la tribu des Osismes. A la différence des vêtements et des objets en matériaux organiques qui n’ont pas survécu à l’épreuve du temps, les bijoux en bonze et la céramique qui les accompagnaient, demeurent les seuls éléments matériels qui peuvent témoigner des funérailles organisées en l’honneur de cette jeune fille, marque d’affection de sa famille et de son clan, mais aussi symbole de prestige au sein d’une société extrêmement hiérarchisée, des plus humbles esclaves aux plus puissants des chefs de guerre. Je me demande si cette fille  portait ses bracelets tous les jours, où s’ils lui ont été offerts pour ses funérailles. Moi, j’ai beaucoup de bracelets, et j’adore les bijoux, mais ceux en bronze ont l’air si lourd ! Je viens de terminer le bracelet de marguerites que j’étais en train de fabriquer. Chaque fois que je viens ici, je dépose un bracelet de fleurs ou de feuilles au pied du mégalithe avant de m’en aller. Cette offrande, c’est pour cette fille, qui pourra les ajouter à ses fameux bracelets, comme gage d’une mémoire conservée et chérie. »

Contexte

La nécropole gauloise de Kerviltré (Kerveltré) se situe dans un champ dénommé Parc-an-Menhir, en forme de monticule, où s’élevaient autrefois cinq menhirs dont quatre ont été renversés, brisés et leurs pierres en partie utilisées pour des constructions, un seul subsistant avec des traces de six cupules sur l’une de ses faces. 21 urnes cinéraires furent trouvées par le propriétaire qui les brisa, espérant y trouver un trésor caché ; elles contenaient des restes  humains calcinés et des bracelets en bronze. Deux autres urnes, découvertes en 1874 par le propriétaire, contenaient des objets qui furent vendus à vil prix à un orfèvre, mais quelques-uns furent sauvés par l’archéologue Paul du Chatellier, alors informé de ces découvertes, qui entreprit une campagne de fouilles en 1875. Celle-ci permit de mettre au jour d’autres urnes, des squelettes et de nombreux objets archéologiques, ainsi qu’une cachette de fondeur située à proximité. 

Paul du Chatellier témoigne, dans la publication de ses fouilles en 1877, d’une découverte qui avait été faite des années auparavant de sépultures à inhumation, dont celle qui contenait le bracelet actuellement conservé au musée de Dinan :

Il y a quelques vingt ans, on trouva en outre plusieurs squelettes dans Parc-ar-Menhir, et mon père fut assez heureux pour relever aux bras et aux jambes de l’un de ces squelettes cinq bracelets en bronze, dont trois sont dessinés sous les N°1, 2, 3 (planche 1). Ce squelette, en parfait état de conservation, était celui d’une jeune fille.

Comptes-rendus & mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, XIV, 1877, p. 251-252
Comptes-rendus & mémoires de la Société d’émulation des Côtes-du-Nord, XIV, 1877, pl. I, 1, 2, 3

Carnet de recherche en histoire et archéologie de l'Université Bretagne Sud -ISSN 2609-9527

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search