2021-2022 Mémoires de master en histoire ancienne et archéologie

 Master 1

  • Nadine Alfahel, La valorisation du patrimoine archéologique libanais,  sous la direction de Dominique Frère 
  • Liza Hurtecam, L’archéologie des produits laitiers en Armorique de l’âge du Fer et romaine, sous la direction de Dominique Frère
  • Marta Riba Ocana, Le partage de la terre des Gracques à l’assassinat de Clodius, sous la direction de Cyrielle Landrea
  • Virginie Stoeckel, Pratiques cosmétiques et médicinales en Etrurie, sous la direction de Dominique Frère 

Master 2

  • Nathalie Bellay, La porte de Mars de Reims, sous la direction de Cyrielle Landrea
  • Anne David, Un tournant historique de l’archéologie bretonne : le congrès celtique international de Saint Brieuc en 1867, sous la direction de Dominique Frère 
  • Camille Leroux, Les suicides des aristocrates romains du IIIe s. à 30 av. J.-C., sous la direction de Cyrielle Landrea
  • Pascal Pereira San Martin, L’archéologie des produits de la ruche, sous la direction de Dominique Frère 
  • Clara Plailly, Les ambiances sonores des documentaires historiques liés au monde romain, sous la direction de Dominique Frère 
  • Manon Quentel, Les pouvoirs extraordinaires de Pompée, sous la direction de Cyrielle Landrea

2021-2022 Mémoires de master en histoire médiévale

Master 1

  • Cyril-Marie Hillion, Travaux sur des seigneuries littorales bretonnes “La ville d’Hennebont du XIVe au XVIe s.”, sous la direction de Mathias Tranchant
  • Kléden Pendu, Les ordres mendiants de Vannes et de ses alentours, XIIIe-XVIe s., sous la direction de Mathias Tranchant
  • Sébastien Pérotin, Poèmes et satires de l’évêque Marbode de Rennes, sous la direction de Mathias Tranchant

2021-2022 Mémoires de master en histoire moderne

Master 1

  • Imad Eddine Arroudj, Etats hebdomadaires de la situation des vents, du temps et de la mer 1783-1787, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Richard Mathurin Boissy, Le patrimoine maritime d’époque moderne du Sénégal, sous la direction de Philippe Hrodej
  • Brigitte Cortela, Les compositrices aux XVIème, XVIIème, et XVIIIème siècles, sous la direction de Philippe Hrodej
  • Jean-Marc Deschamps, Les Cancalais et la course durant la guerre de Succession d’Autriche (1744-1748), sous la direction de Philippe Hrodej
  • Ariane Jeaneau, Les transferts botaniques de la Mission Michaux en Amérique entre 1785 et 1796, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Yan Verrimst, La trajectoire du système défensif bellilois (XVIIe-XXIe siècle), sous la direction de Christophe Cerino
  • Oscar Victoria, Les batailles navales du Cap Finisterre (1747) à travers les rôles d’équipage des vaisseaux du roi, sous la direction de Philippe Hrodej

Master 2

  • Charline Buland, Le répertoire et le parcours du compositeur Francesco Cavalli au XVIIe siècle, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Océane Kerriel, Les objets circulant par les navires de la Compagnie des Indes entre la France et la Chine (1720-1780), sous la direction d’Hélène Vu-Thanh et de de Sylviane Llinares
  • David Roussel, Port-Louis, un port colonial sur la route des Indes 1732 – 1781, sous la direction de Sylviane Llinares

2021-2022 Mémoires de master en histoire contemporaine

Master 1

  • Axel Abdallah, Le rôle politique et social des athlètes afro-américains dans la NBA, sous la direction de Jean-François Klein
  • Matthieu Allain, Les groupes de pression du parti colonial à travers l’exemple de la ligue coloniale et maritime (1899-1921), sous la direction de Jean-François Klein
  • Gaël Bay, L’expédition de Madagascar (1894-1896), sous la direction de Jean-François Klein
  • Paul Bihoreau, Auguste Jal, un historien de la marine sous la Monarchie de Juillet, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Romain Bodiou-Biglietto, L’histoire de la résistance dans le pays de Pontivy (1940-1944), sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Rémy CoquellePenser le mutualisme au Morbihan : les sociétés autorisées de secours mutuels comme transition politique et sociale du mouvement ouvrier rural de 1864 à 1884, sous la direction de François Ploux
  • Yann Faburel, Théoriser la contre-guérilla (1951-1958) : étude prosopographique de quatre officiers français, théoriciens de la contre-guérilla, sous la direction de Jean-François Klein
  • Régis Flahaut, Adaptation, interdiction et répression des Syndicats Allemands pendant la Révolution Nationale-Socialiste. 30 janvier 1933 – 02 mai 1933, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Brian Gogarty, La chasse baleinière bretonne aux XVIIIe et XIXe siècles, sous la direction de Jean-François Klein
  • Glen Gourdenne, La marine de Vichy vue par la presse française, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Hugo James, Les relations entre la France et le Laos, de la décolonisation à la coopération, sous la direction de Jean-François Klein
  • François Naphle, Danielle Collobert -Les jeunes années, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Esteban Olichet, L’arrivée à la chancellerie d’Adolf Hitler vue par le journal de l’Action française (1930-1933), sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Romane Pochat, Les relations diplomatiques entre les empires coloniaux et Singapour -1820-1830, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Louis Rota, Les Croix-de-Feu du Morbihan à travers leur journal “Le Flambeau Morbihannais”, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Breval Tramoy, L’utilisation des langues régionales dans l’armée, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau

Master 2

  • Romain Caprio, Les croyances et le surnaturel dans la Bretagne du XIXe s., sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Kénan Emery, Les prisons maritimes françaises : de leur création jusqu’à la première guerre mondiale, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Pascal Fragu, Jean Deuve, de la guérilla à la contre-guérilla 1940-1945, sous la direction de Jean-François Klein
  • Nicolas Marc, Armée de l’air et résistance dans le Morbihan, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Cyril Neth, Des assises de grâce ? Travail sur la fréquence des verdicts d’acquittement prononcés par les cours d’assises au cours du XIXe siècle, sous la direction de François Ploux
  • Jean-Pierre Poinsignon, Idelette Allier-Dugast, itinéraire d’une ethnographe, sous la direction de François Ploux
  • Nathalie Vernadat, Kreurzberg, Mainzer strasse, Seattle, Notre Dame des Landes… Le Black Block, sous la direction de François Ploux

Thèses en cours en 2021

Les étudiants inscrits en doctorat d’Histoire à l’UBS sont membres du laboratoire TEMOS, UMR 9016 du CNRS 

  • Tanguy Audic, Les sociétés littorales du golfe du Morbihan au XIXe siècle : diversité des professions, pluriactivité, un réseau complexe entre terre et mer, ville et campagne, sous la direction de François Ploux
  • Shannon Beck, Les Français au Bengale XVIIe-XIXe siècles : développement des comptoirs, acteurs, représentations et enjeux, sources européennes comparées, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Denis BouleisAppartenance politique irlandaise et impériale : perspectives historiographiques sur les particularismes et paradoxes des jeux politiques nationaux et impériaux entre l’Irlande et le Royaume-Uni sous l’Acte d’Union, sous la direction de Norbert Col.
  • Elsa Bocher-ChevalierLa mise en valeur des ressources naturelles des îles australes françaises (Amsterdam, Saint-Paul, Kerguelen et Crozet) depuis la fin du XVIIIe siècle, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Thomas DaniauxJouer en Gaule romaine. Culture ludique et sociabilité, thèse en codirection (Université de Fribourg et UBS), sous la direction de Véronique Dasen et Dominique Frère
  • Elisabeth Dodinet, Matériaux aromatiques des parfums antiques du 1er millénaire av J.-C. Problématiques de caractérisation et d’identification pluridisciplinaires à partir des résultats d’analyse des programmes Perhamo et MAGI de l’Agence Nationale de la Recherche, sous la direction de Dominique Frère
  • Anne Forrer, Les maladies contagieuses chez les marins à la Grande pêche du XVIIIe siècle à 1914 : observations et prises en charge, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Geneviève Hamon-Taboret, Auray pendant la Première guerre mondiale, sous la direction de François Ploux
  • Kentigwern Jaouen, Création et premier développement des flottes françaises du Ponant (vers 1460 – vers 1520), sous la direction de Mathias Tranchant
  • Marine Jaouen, Pour une archéologie du cabotage lointain au XVIIIe siècle en Europe : l’exemple de la Jeanne-Elisabeth, sous la direction de Sylviane Llinares et Michel l’Hour
  • Julien Hillion, Le bataillon des nuisibles. La colonie pénitentiaire de Belle-île-en-mer (1880-1911) Parcours de vie et modèle carcéral, sous la direction de François Ploux
  • Françoise Thomas, Pierre Le Baud (1450-1505) : homme d’Eglise, écrivain de l’histoire bretonne, sous la direction de Mathias Tranchant
  • Solène Vandroy, Parfums antiques et patrimoine muséographique. Etude archéologique comparative et valorisation des vases à parfum antiques des collections publiques de Bretagne, sous la direction de Dominique Frère
  • Yajaira Vargas, Naufrages et récupération des cargaisons englouties dans la mer des Caraïbes (du XVIe au XVIIIe siècle), sous la direction de Sylviane Llinares et Michel l’Hour
  • Cécilia Vaucher, Le Navire expérimental : laboratoire de l’innovation maritime en Bretagne (XVIIe siècle – Ier Empire), sous la direction de Sylviane Llinares
  • Robert Veccella, Les aménagements maritimes en Océanie de l’arrivée de Wallis à Tahiti et à l’ouverture du canal de Panama, une politique d’équipement et sécuritaire d’accompagnement du développement des possessions françaises dans le Pacifique ? (1767 – 1914), sous la direction de Sylviane Llinare

Histoire contée

Je ne sais plus exactement quelle année je fus frappée, sans doute vers 1340. En tout cas je me souviens que c’était à Brest même. Je suis en Bretagne l’héritière d’une très longue tradition, une histoire de l’instrument monétaire de plusieurs milliers d’années. 

En effet, pendant ce que les archéologues d’aujourd’hui appellent l’âge du Bronze, et plus précisément à l’extrême fin de cette époque, l’Armorique est une terre de fabrication de petites haches à douilles, faites d’un alliage de cuivre, d’étain et de plomb, qui sont en fait des outils paléomonétaires rappelant le numéraire chinois de la même époque.

Les premières pièces armoricaines sont datées de la période suivante, l’âge du Fer, et font parties des plus belles réalisations de l’art gaulois, donnant vie à l’imaginaire celtique telle que les pièces des Osismes ou des Vénètes. La conquête romaine entraîne la disparition de ce symbole de souveraineté avec une brève résurgence des ateliers locaux lors de la crise des années 270 ap. J.-C et l’autonomie des Empereurs Gaulois.

Lors de la dynastie mérovingienne, naissent les officines de Rennes, Nantes et Vannes qui émettent des trientes d’orpâle qui vont circuler dans tout le regnum Francorum. Par la suite Charlemagne apporte une nouveauté décisive, avec la création du denier. Peu à peu, la légende et l’aloi dégénèrent et vers l’an mil, un duc audacieux remplace une formule devenue obsolète, GRATIA DEI REX, par DUX BRITANNIE que l’on voit donc apparaître sur la légende de notre monnaie. Le duc Alain II (1008-1040) fait sortir la monnaie ducale de l’anonymat et tous les princes bretons monnayent par la suite sans interruption jusqu’au XVe siècle et prennent l’initiative de s’affranchir peu à peu de la tutelle du roi de France.

J’ai été utilisée à une époque où les événements politiques et militaires se sont accélérés, lors de la guerre de succession de Bretagne (1341-1364) et sous les Montfort (1361-1491). J’étais alors bien plus qu’une simple pièce de monnaie, mais un vrai symbole de souveraineté, portant fièrement les hermines du duché.

contexte

Cette pièce est un denier à la croix longue de Brest (et non Saint-Brieuc comme c’est écrit partout par erreur) de Jean III (1312-1341). Sur l’avers est inscrit IOHANNES DUX précédé d’une croix. Cette légende entoure le centre, composé du blason du duché de Bretagne, un écu de plain d’hermine. Sur le revers est inscrit BRITTANIE précédé d’une croix, la légende entoure quant à elle un centre composé d’une croix longue latine  avec une lettre B dans le quart droit de la croix. 

Ce denier représente donc un témoignage du règne de Jean III de Bretagne dit Jean le Bon, duc de Bretagne du 27 août 1312 au 30 avril 1341. Ce duc a changé en 1316 les armes ducales, passant de l’échiqueté d’or et d’azur à la bordure de gueules, au franc-quartier d’hermine brochant, un blason dérivé de celui des Dreux. Cette modification est un tournant politique puisque les armes dérivées d’une famille capétienne, proche du roi de France, sont changées pour des armes plaines. Ce type d’armes est très prestigieux puisque rare et se hisse au même niveau de prestige que le plain de lys du roi de France. Cette action de Jean III est un coup de génie politique.

La pièce s’inscrit dans cette histoire, frappée dans un contexte où le duc de Bretagne (ici Jean III dit « le Bon »), descendant d’une famille capétienne (de Dreux), à la volonté de s’émanciper de la suzeraineté du roi de France et des origines françaises de sa famille en modifiant les armes ducales.  Il est donc possible que cette monnaie prenne le relais du denier au champ écartelé. Il en existe 6 variétés différentes signalées par Yves Jézéquel, toutes de l’atelier brestois, ce qui laisse supposer une émission assez longue. Il faut y voir une monnaie de la fin du règne de Jean III, voire de celui de Jean de Montfort (demi-frère de Jean III). En l’état actuel des connaissances, rien ne permet d’attribuer, définitivement ce type à Jean III. Au mieux peut-on noter sa parenté avec les deniers voisins de Charles de Blois et Jean IV, ce qui plaide pour une datation basse.

Description

Pièce à l’alliage non encore déterminé, d’un diamètre de 18 mm :

  • sur l’avers, † IOHANNES DUX ; au centre, écu avec quatre mouchetures d’hermines.
  • sur le revers,

    † BRITTANIE ; au centre, croix longue qui barre la légende avec la lettre B dans le quart haut droit de la croix.

Musée : Dinan

Inventaire : 1965.135.

Etat : surface altérée.

Matériau : billon ?

Provenance : inconnue.

Datation : 1312-1341.

Histoire contée

7ème campagne de pêche. Nouveau jour de brume.

Avec Gaston, on remontait les bulots qui serviront d’appâts le lendemain pour les gars partant pêcher la morue en doris.

Grosse prise, un drôle de coquillage. Un mollusque rougeâtre, pas très beau, mais une belle coque avec comme des épines. On pourra le manger en rentrant, Jehan le cuisinier en fera un bouillon.

La mer et le ciel grondent, on dirait qu’ils se mélangent. Le bâtiment tangue et craque. On attend que la tempête passe et que le jour arrive. Quelque chose roule et s’arrête contre mon pied : le coquillage. Je casse la pointe en la cognant sèchement contre le montant de ma paillasse.

Maintenant on l’emporte avec nous dans le doris quand on va chercher les appâts. Il roule sur le fond, ses pointes cassent.

Un hiver, entre deux campagnes, j’ai soigneusement façonné une embouchure en cuivre, je l’ai ajustée à l’extrémité du coquillage en utilisant de la poix, un goudron végétal qui fait une très belle colle. Désormais, le son est superbe, comme celui des les vieux qui fermaient les processions quand j’étais gamin.

Une fois, ça nous a permis de retrouver la goélette, on était perdus à cause de la brume, arrivée comme ça en un rien de temps. Trempés,  harassés, déboussolés. Nous n’avions plus aucun repère dans cette purée épaisse de pois et on a soufflé à tour de rôle dans la conque : plusieurs coups longs d’un son puissant et rêche qui raclait la brume. Puis le silence lourd et angoissant. Et enfin, au loin mais distinct, une autre corne qui répond et nous appelle pour nous guider et nous faire échapper à la mort grise, froide et humide. 

Et puis une fois, pour la fête de la mer à Dinan, mon fils Ernest a défilé en tête de cortège avec cette corne de brume ramenée du fond de la mer. Quelques semaines plus tard, ils prenaient la mer tous les deux.

Cette conque en a connu des campagnes à Terre-Neuve, des marins-pêcheurs, des processions, des tempêtes, des tonnes de morue salée, des cérémonies, des chants des gens de mer, des heures d’angoisse, des premiers départs, des fêtes, des retrouvailles, des derniers départs.

C’est sûr, elle nous a accompagnés et protégés.

Contexte

Cet objet appartenait à un terre-neuva, un marin-pêcheur qui allait pêcher la morue au large de l’île Terre-Neuve et la région canadienne du Labrador. Cette pêche a lieu du XVIe siècle au XXe siècle. Le navire emblématique de cette pêche est le trois-mâts goélette, qui embarquaient jusqu’à 60 hommes, dont des mousses âgés de 12 ans pour les plus jeunes. Ce type de bateau mettait, suivant les conditions météorologiques, entre 20 à 45 jours pour atteindre les côtes de Terre-Neuve. Ces grands navires transportaient de plus petites embarcations, pour que les hommes aillent pêcher le poisson et les appâts. Il s’agit d’abord de chaloupes, puis des doris qui se généralisent à la fin du XIXe siècle. Le doris est une embarcation légère à fond plat, d’une longueur de 5 à 6 mètres. Il peut s’emboiter aux autres doris pour gagner en espace sur le pont du navire ou sur le campement à terre. En effet, il existe deux techniques de pêche à la morue :

  • La première est la pêche errante, dite pêche à la morue verte. Les navires partaient pour une saison de pêche de 5 à 9 mois. Une fois le navire arrivé sur les bancs, les doris étaient mis à la mer avec deux hommes d’équipage. Ils pêchaient toute la journée à la ligne dérivante. Une fois rapportée au bateau, la morue était ouverte, lavée, salée et empilée. Le poisson était alors appelé “morue verte” et stocké sur le bateau.
  • La pêche à la morue sèche est une technique bien différente. Une fois sur place, l’équipage mouillait dans un havre de Terre-Neuve et construisait des baraquements à terre pour stocker, préparer et sécher le poisson. D’autres baraquements abritaient les hommes.

En Bretagne, les ports de Saint-Malo, Saint-Brieuc et Paimpol sont des ports de forte activité morutière, en concurrence avec les ports normands de Granville et Fécamp.

Cette conque, conservée au fil des années, a peut-être été réalisée par un terre-neuva lors d’un moment libre entre deux tâches et l’aura accompagné toute sa vie professionnelle. Face à la rudesse de la vie en mer et la peur, les marins ont développé de nombreuses superstitions. L’usage d’un grand et noble coquillage était-il un moyen de montrer son respect pour la mer et de s’attirer sa bienveillance ? 

Description

Grand coquillage de couleur crème strié de nervures et présentant dix-huit pointes s’enroulant en spirale autour de son apex. Intérieur lisse et brillant, rose en son cœur et blanc aux bords. Embouchure en cuivre fixée à l’apex (l’extrémité de la coquille qui a été coupée) à l’aide d’une résine végétale.

Musée : Dinan

Inventaire : 1963.87.

Etat : bon état général ; excroissances brisées à leur extrémité. 

Matériau : coquille de strombe géant ; cuivre ; résine végétale.

Dimensions : longueur : 23,6 cm ; largeur : 23,1 cm ; hauteur : 14,5 cm.

Provenance : inconnue.

Datation : fin XIXe, premier tiers XXe siècle.

Histoire contée

Scène 1 (commande) 

(Bruit de sonnette)

            Bien le bonjour ! Je suis François, le bourgeois, je viens vous commander un bel imprimé qui servira à l’éducation du bas peuple.

 

Scène 2 (Roger le Noyer) 

(Bruit de feuille nature)

            Salutations bande de trouffions !

Je suis Roger le noyer. L’autre jour, j’me suis fait couper. Je pensais qu’on finirait par me transformer en un magnifique objet, qui serait destiné à éduquer les plus fortunés. Un beau livre destiné à être lu au coin d’une cheminée. Malheureusement mon issue n’est pas celle espérée. Mon destin était scellé : j’ instruirai le peuple des campagnes reculées et des fils d’ouvriers.

 

Scène 3 (retour à l’atelier) 

(Bruit de la fabrique)

Viens par ici bon à rien que je te montre les ficelles du métier de graveur imprimeur avant que messieurs Leffas & Pierret ne renvoient ta trogne dans les prisons de Nantes. Tu vois cette planche de bois ? C’est du noyer. Son principal avantage c’est que c’est un bois mi-lourd mi-dur qui se prête bien à la gravure. Le bourgeois de ce matin nous a commandé l’histoire de Damon et Henriette. C’est une histoire d’amour tragique. Le bon Damon veut épouser Henriette mais le père de la pucelle préfère l’envoyer au couvent, histoire de pas payer la dot et de transférer son héritage intact à son seul fils. Bref le bougre envoie la petite chez les bonnes sœurs. Le Damon, lui, est envoyé à la guerre où l’on pense qu’il est mort. Heureusement pour les tourtereaux, le grand-frère de la demoiselle meurt et le père veut de nouveau la marier, Damon revient de la guerre comme de parmi les morts, il retrouve la petite dans un couvent et à l’annonce de son arrivée, la petite, folle de bonheur, s’écroule parmi les sœurs. C’est la dernière scène qu’on doit graver pour qu’elle soit ensuite diffusée, entourée des texte racontant l’histoire des deux amants.

Alors tu vois, pour graver le bois, il faut que je mette le texte et l’image à l’envers. Quand la planche est gravée on l’appelle une matrice. Pour imprimer l’image contre du velin on met de l’encre sur la matrice, et à l’aide de la presse à bras on colle les deux pendant un moment et paf, l’image se remet à l’endroit. Tu me suis ? Oui ? Et bien parfait l’apprenti. Va donc nous chercher un godet histoire de fêter que tu vas apprendre à te servir de tes dix doigts autrement que pour te curer le nez !

 

Scène 4 (A la campagne)

(Clocher et bruit d’animaux en fond)

– Vot’ père ! Qu’est qu’y a d’écrit autoureuh d’l’image ? Voulez bien nous l’lire ? Y a qu’vous qui sait dans l’bourgade !

– Et bien mes enfants pourquoi pas. Mais il va d’abord falloir me promettre d’assister à la messe avec plus d’assiduité. Car je vous vois quitter, de plus en plus les bancs dominicaux que pour n’assister qu’aux enterrements et baptêmes.

Et bien voilà :

« Jeunesse trop coquette,

Ecoutez la leçon,

Que vous font Henriette

Et son amant Damon :

Vous verrez leurs malheurs ;

Vaincus par leur constance ;

Et leurs sensibles cœurs

Méritent récompense.

            Henriette était fille

D’un Baron de renom

D’ancienne famille

Etait le beau Damon… »

– Et voilà !!! Encore une histoire de gens fortuné ! Y en a que pour les barons, seigneurs et autres rois ! A croire que la tête du bon Louis ne leurs a pas suffi !! Moi je vous le dis il faut rebrûler les châteaux, comme à la bonne époque. N’y aura pas que les bourgeois qu’ont le droit à s’attaquer aux gardes suisses pour libérer les embastillés ! Ils vous bourrent le crâne mes frères !!! Seule la République est bonne pour tous les hommes !! Nos frères à Paris ont fait tomber l’aberration qu’était le retour à la monarchie. En début d’année, le 24 février 1848, ils ont réussi à faire abdiquer Louis-Phillipe. Le 25, ils proclamaient la Seconde République. Dés l’arrivée de l’hiver il vous faudra, pour la première fois de l’histoire, voter. Elire celui qui sera le nouveau président de France. Mes amis voilà la démocratie, le moment pour vous de faire entendre vos voix ! Qui pourra enfin faire la grandeur de notre pays ?

 

Scène5 (Clap de fin)

(Narrateur à la façon d’un journaliste)

Le 11 décembre 1848, Louis Napoléon Bonaparte, est élu président de la Seconde République au suffrage universel masculin grâce à son patronyme. Les gens des campagnes, en effet, croient au retour de Napoléon Ier. Il se fera proclamer empereur dès le 2 décembre 1852.

Contexte

C’est une imprimerie vosgienne qui crée une imagerie qualifiée “d’Epinal” à l’époque de la révolution française. Le succès est tel que c’est tout un univers d’images simples, souvent naïves, délivrant un message moral, politique ou religieux, qui devient une véritable culture populaire au XIXe siècle. Si les images connaissent un succès phénoménal au XIXe siècle c’est parce que la population pauvre, souvent illettrée, connait une « boulimie du regard ». L’Histoire de Damon et Henriette rencontre beaucoup de succès en Bretagne. Relayée par les chants populaires, elle illustre un amour vrai et constant, sans cupidité et empli de piété. Le texte qui entoure l’image sur les estampes indique le destinataire de ce discours : « la jeunesse ». La production iconographique est donc une forme d’éducation populaire, destinée à un public analphabète et rural, et vise à diffuser la culture catholique comme l’atteste l’inscription “INRI” qui est l’abréviation de « Jésus le Nazaréen roi des Juifs ». 

La technique de la xylographie (gravure dans une planche de bois), permet d’imprimer un ouvrage ou un périodique comportant plusieurs images colorées à un prix raisonnable. L’atelier des éditions Pierret de Rennes adopte ce dispositif technique à partir de 1824 mais disparaît en 1877, ne s’étant pas modernisé suite au développement de la lithographie qui a révolutionné l’imprimerie. 

 

Description

Planche en bois de poirier au revers lisse et à l’avers gravé en haut-relief (xylogravure) d’une scène composée de 11 personnes évoluant dans un décor architectural gothique composé de hautes et fines colonnes  sur lesquelles reposent des voutes sur croisée d’ogive, d’une grande fenêtre ogivale  au verre plombé surmonté d’une grande rosace, de murs en appareil épais et d’un dallage de grands carreaux carrés. A droite de la fenêtre, entre deux lances croisées et au-dessus d’une grande couronne végétale, court une inscription de quatre lettres en écriture inversée : “INRI”.

Un muret sculpté avec deux colonnes à ses extrémités sépare le cloître de la grande salle de réception. Dans le cloître, à gauche du muret, se tiennent 10 femmes portant un grand voile qui descend dans leur dos, vêtues d’une grande robe resserrée à la taille par une simple ceinture de corde. 7 femmes debout sont spectatrices à l’arrière-plan, deux autres, agenouillées au premier plan, se tiennent l’une derrière l’autre, la première semblant s’appuyer sur la seconde qui se tient derrière elle. Enfin, la première femme, à la tête du groupe, se tient debout de profil vers la droite, la main gauche levée en signe de salut et la main droite posée sur le muret. Elle s’adresse à jeune-homme de haute stature qui se tient debout vers elle, de trois-quart profil vers la gauche, de l’autre côté du muret. Les cheveux mi-longs, raides, soigneusement coiffés, vêtu de chausses à la poulaine, d’un collant, d’une tunique courte resserrée à la taille et d’un manteau sur les épaules, celui-ci porte son chapeau de la main droite baissée et porte la main gauche ouverte à hauteur de la poitrine. La tête légèrement fléchie vers elle, il semble s’adresser à la femme postée devant lui. 

Au-dessus du décor figuré court une inscription en écriture inversée en typographie antique : “HISTOIRE DE DAMON ET HENRIETTE”. 

Musée : Dinan.

Inventaire : 1986.01.07.

Etat : bon état général mais quelques altérations de surface et petits trous d’insecte xylophage (vrillette). Des fragments de feuille imprimée de papier bleu sont encore collés sur le revers noirci d’encre. 

Matériau : bois de poirier.

Dimensions : longueur : 45,1 cm ; largeur : 32,65 cm ; épaisseur : 2,1 cm.

Provenance : inconnue. 

Datation : années 1870. 

 

Carnet de recherche en histoire et archéologie de l'Université Bretagne Sud -ISSN 2609-9527

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search