Si les objet avaient la parole- Catalogue

Les photographies sont de Jean-Gabriel Aubert

 

Néolithique

Hache à talon

 

 

Âge des métaux

Bracelet en bronze de l’âge du Fer

 

 

Epoque antique

Vase en céramique commune

 

Statuette en bronze

Epoque médiévale

Fragment de gisant au lion
Monnaie ducale

Photographies bientôt disponibles

 

Epoque moderne

Gobelet en argent

 

 

Pistolet d’arçon

 

Epoque contemporaine

Gravure sur bois

Conque de Terre-neuva

 

Si les objets avaient la parole…

Image tirée de l’ouvrage « Une histoire du monde en 100 objets« , Les Belles Lettres, 2018

Présentation générale

Les objets du passé ont de tous temps attiré la curiosité voire provoqué la fascination. Les individus disparaissent ainsi que les époques et  subsistent de leur existence des objets qui ont survécu à l’épaisseur du temps. Qu’ils soient d’une apparente banalité ou qu’ils attirent l’oeil par leur forme, leur décor ou leur matériau, les objets du passé surgissent dans notre présent comme témoins d’un passé plus ou moins lointain, d’un temps révolu avec ses valeurs, sa culture matérielle et ses modes de vie très éloignés de nous. 

Marqués par l’épaisseur du temps, ils appartiennent au patrimoine scientifique mais aussi au patrimoine culturel puisqu’ils permettent de retrouver les traces culturelles des sociétés qui les ont créés et les traces individuelles des femmes et des hommes qui les ont fabriqués et utilisés.

Ils sont témoins de l’Histoire mais aussi passeurs  d’histoires. Que nous dirait un objet du passé s’il avait la parole ? Répondre à cette question est le défi qu’ont lancé les étudiants de master 2.

Un projet d’exposition

10 objets appartenant au musée de Dinan, représentatifs de 6 périodes successives (Néolithique, âge des Métaux, Antiquité gallo-romaine, Moyen Âge, XVIIIe siècle, XIXe siècle), ont été sélectionnés pour faire  l’objet d’une valorisation pour le grand-public qui prendra la double forme d’une exposition conventionnelle et d’une exposition numérique avec représentation de objets en 3D.

L’exposition virtuelle

Le projet consiste à réaliser une présentation interactive et multi-touch sur table numérique (Vari Tilt 55 pouces) avec représentation 3D des 10 objets et enregistrement sonore d’une histoire contée, ainsi qu’une animation numérique pour casques de réalité virtuelle

L’écran d’accueil de la table numérique présentera une frise chronologique au sein de laquelle seront insérés les 10 objets. Il sera possible de cliquer sur chacun d’eux pour avoir accès à l’environnement chronologique et culturel qui le caractérise ainsi qu’à l’histoire contée.

Les partenaires du projet

  • Université Bretagne Sud, UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines
  • Ville de Dinan (prêt des objets)
  • Her-Bak Médias (conception technique de la présentation interactive)
  • Pilgrim Technology (numérisation 3D)

 

Theses en cours en 2020

Les étudiants inscrits en doctorat d’Histoire à l’UBS sont membres du laboratoire TEMOS, UMR 9016 du CNRS 

  • Elsa Bocher, La valorisation des ressources naturelles des îles australes françaises du XVIIIe au XXIe s. : acteurs, représentations et enjeux, sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Thomas Daniaux, Jouer en Gaule romaine. Culture ludique et sociabilité, thèse en codirection (Université de Fribourg et UBS), sous la direction de Véronique Dasen et Dominique Frère
  • Elisabeth Dodinet, Matériaux aromatiques des parfums antiques du 1er millénaire av J.-C. Problématiques de caractérisation et d’identification pluridisciplinaires à partir des résultats d’analyse des programmes Perhamo et MAGI de l’Agence Nationale de la Recherche, sous la direction de Dominique Frère
  • Julien Hillion, Le bataillon des « nuisibles. » La colonie pénitentiaire de Belle-Île-en-Mer (1880 – 1911), sous la direction de François Ploux
  • Kentigwern Jaouen, Création et premier développement des flottes françaises du Ponant (vers 1460 – vers 1520), sous la direction de Mathias Tranchant
  • Marine Jaouen, Pour une archéologie du cabotage lointain en Europe au XVIIIe siècle : l’exemple de la Jeanne-Elisabeth, sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Françoise Thomas , Pierre Le Baud (1450-1505) : homme d’Église, écrivain de l’histoire bretonne, sous la direction de Mathias Tranchant
  • Solène Vandroy, Parfums antiques et patrimoine muséographie. Etude archéologique comparative et valorisation des vases à parfum antiques des collections publiques de Bretagne, sous la direction de Dominique Frère
  • Yajaira Vargas Velasquez, Naufrages et récupération des cargaisons englouties dans la mer des Caraïbes (du XVIe au XVIIIe s.), sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Cécilia Vaucher, Le navire expérimental : laboratoire technique de l’innovation maritime en Bretagne (XVIIe s.-1er empire), sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Robert Veccella, Les aménagements maritimes en Océanie, de l’arrivée de Wallis à Tahiti à l’ouverture du canal de Panama, une politique d’équipement et sécuritaire d’accompagnement du développement des possessions françaises dans le pacifique (1767-1914), sous la direction de Sylviane Llinarès

 

2020-2021 Mémoires de master en Histoire contemporaine

  • Paul Bihoreau, Auguste Jal, un historien de la marine sous la Monarchie de Juillet, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Lorys Bonfils, Dominer par la vertu. L’imposition des vertus de la bourgeoisie dans l’espace public (1880-1905), sous la direction de François Ploux
  • Romain Caprio, Les croyances et le surnaturel dans la Bretagne du XIXe siècle, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Antoine Cidale, La politique pétrolière de la France sous Valéry Giscard d’Estaing, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Daniel Clément, La construction de la figure de Béla Kun dans l’opinion publique, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Lucas Ducos, La LVF, 1941-1945, mythes et réalités selon l’œuvre de Saint-Loup, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Kenan Emery, Les prisons maritimes à l’époque contemporaine, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Raphaël Fourmon, Le mouvement du réarmement moral (RAM), sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Arthur Hemard, Le rôle de la DCA allemande dans la défense du port de Saint-Nazaire durant l’opération Chariot, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Jérôme Kerjouan, Clemenceau et le Japon, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Nicolas Marc, Armée de l’air et résistance dans le Morbihan, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • François Naphle, Danielle Collobert Les jeunes années, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Jean-Pierre Poinsignon, Idelette Allier-Dugast, itinéraire d’une ethnographe, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Elsa Quinel, Evolution de la vulgarisation scientifique à destination des enfants dans la presse du début du XXème siècle jusqu’aux prémices de la Seconde Guerre Mondiale, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Arthur Tonnelier, Clemenceau et la marine de guerre : objet d’écrits dans la Justice, 1892-1902, sous la direction de Jean-Baptiste Bruneau
  • Nathalie Vernadat, Kreurzberg, Mainzer strasse, Seattle, Notre Dame des Landes… Le Black Block, sous la direction de François Ploux

2020-2021 Mémoires de master en histoire moderne

  • Charline Buland, Le répertoire et le parcours du compositeur Francesco Cavalli au XVIIe siècle, sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Jean-Marc Deschamps, Les Cancalais et la course durant la guerre de Succession d’Autriche (1744-1748), sous la direction de Philippe Hrodej
  • Ariane Jeaneau, Le voyage en Amérique du Nord du botaniste André Michaux et le transfert de nouvelles espèces botaniques, sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Océane Kerriel, Passagers et objets dans les navires de la compagnie des Indes entre la France et la Chine, sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Mathilde Le Meur, Étude d’un corpus numérique à partir du Dictionnaire universel de cuisine de Joseph Favre, sous la direction de Christophe Cérino
  • David Roussel, Port-Louis, un port colonial sur la route des Indes 1732 – 1781, sous la direction de Sylviane Llinarès
  • Tanguy Roussel, Gens de mer de Saint-Coulomb au XVIIIe siècle, carrières maritimes et familles, sous la direction de Philippe Hrodej
  • Samuel Sochon, La poste maritime en France au XVIIIe siècle, sous la direction de Sylviane Llinarès

2020-2021 Mémoires de master en Histoire ancienne et archéologie

  • Nadine Alfahel, La valorisation du patrimoine archéologique phénicien au Liban, sous la direction de Dominique Frère
  • Anne David, Un tournant historique de l’archéologie bretonne : le congrès celtique international de Saint Brieuc en 1867, sous la direction de Dominique Frère
  • Laurent Gauthier, La décision dans le théâtre grec du Ve siècle, sous la direction de Véronique Mehl
  • Rozenn Le Gleux, L’enfant et l’enfance chez Plutarque, sous la direction de Véronique Mehl
  • Camille Leroux, Les suicides des aristocrates romains du IIIe s. à 30 av. J.-C., sous la direction de Cyrielle Landréa
  • Pascal Pereira San Martin, La poix en Gaule: production et usage, sous la direction de Dominique Frère
  • Clara Plailly, La valorisation du patrimoine romain dans les départements du Morbihan et du Finistère, sous la direction de Dominique Frère
  • Manon Quentel, Les pouvoirs extraordinaires de Pompée, sous la direction de Cyrielle Landréa
  • Marta Riba Ocana, Le partage de la terre, des Gracques à l’assassinat de Clodius, sous la direction de Cyrielle Landréa
  • Virginie Stoeckel , Recettes médicinales en Etrurie, sous la direction de Dominique Frère

Journées nationales de l’archéologie

Le matériel

Le matériel de l’atelier de parfumerie antique est composé d’un mortier en marbre, d’un pilon en bois et de céramiques archéologiques fabriquées par le potier Jérôme Colivet.
Ces céramiques sont des reproductions fidèles de braseros, de cruches, de vases à feu chypriotes du XVIIIe siècle et étrusques des VIIIe-VIe siècles av. J.-C. Ces céramiques permettent de reconstituer différentes méthodes de production de parfums antiques, à savoir l’enfleurage à froid, l’enfleurage à chaud et la protodistillation.

Une huile parfumée à la rose

La méthode est celle de l’enfleurage à chaud. Les pétales de rose sont plongées dans une huile d’olive chaude mais non bouillante (60°) et macèrent durant 30 minutes avec ajout de fixateurs et de conservateurs (résine de pin, miel et cire d’abeille).

La macération des pétales de roses dans l’huile d’olive chaude

Cahier d’école

Fabiola Olivos

Cahier de 200 feuilles, rayé, cousu et cartonné de format A5 (15,5 cm de large, 21,5 cm de long, 2, 5 cm d’épaisseur). Le cahier porte sur la première de couverture le logo de la marque « Loro » (perroquet). Trois stickers sont collés dans différents coins. Un protège cahier transparent bleu le recouvre. Sous l’épaisseur du cahier, nous pouvons remarquer des taches rouges qui font partie de la décoration. De multiples couleurs sur la couverture se présentent sous la forme de dégradés allant du  bleu, au bleu clair et à l’orange. La tranche du cahier est en tissu noir. Sur la quatrième de couverture, la marque du cahier et du logo sont présents, ainsi que la devise de la marque « para los que saben elejir» (pour ceux qui savent choisir).

En Amérique latine, les premiers cahiers sont apparus au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. À cette époque, le papier était très rare et coûteux. Lorsque la production de papier est devenue industrielle, le cahier est devenu un outil scolaire. Le premier cahier commercial a été inventé en 1902 par l’Australien J. A. Birchall, qui a été le premier à rassembler plusieurs papiers et à les joindre à un carton, au lieu de les laisser sous forme de feuilles volantes. Bien que de nombreuses personnes utilisent des cahiers, ceux-ci sont généralement associés aux étudiants qui les emportent avec eux pour prendre les notes des différentes matières. En raison du coût élevé des cahiers, ils n’étaient utilisés que par les élèves dans les cours les plus avancés. Au Pérou, les écoliers des années 80 et 90 utilisaient le célèbre « Cuaderno Popular » (cahier populaire) ou « Cuaderno Escolar » (cahier scolaire). Ses feuilles étaient jaunes et avaient un prix modeste. Une de ses caractéristiques principales était qu’il présentait sur sa couverture la carte du Pérou et des Péruviens de différentes professions. À l’intérieur se trouvait le « Décalogue de l’étudiant » et à l’arrière les premiers articles de la Constitution de 1979.

Ce cahier est précieux pour moi parce que je l’ai gagné lors d’un concours d’orthographe quand j’avais 10 ans. À l’époque, on utilisait normalement des cahiers A5 de 100 pages. Un cahier de 200 pages était quelque chose de différent et surtout cher. De plus, c’est l’unique cahier de 200 pages que j’ai eu dans ma vie. C’est pour ce motif que je me suis dit à l’époque, que j’allais faire quelque chose d’important dans ma vie. J’ai décidé de faire un cahier que je pourrai consulter toute ma vie pour trouver de précieuses informations et me rappeler les périodes importantes de ma vie. Comme je n’avais pas d’idées pour commencer à écrire, j’ai pris le dictionnaire et j’ai commencé à rédiger des abréviations. Ensuite, j’ai écrit des exercices de diction, des poèmes et j’ai même fait des dessins. Ce cahier représente pour moi une trace de l’évolution de ma vie. Il est possible de regarder l’évolution de mon écriture entre autres.

MARSUPILAMI

Audrey David

Cet objet, communément appelé « peluche », est en matière synthétique. Il s’apparente à un petit animal bipède, de couleur jaune avec des tâches noires. Il mesure 77 cm de haut (dont 45 cm de queue) et 27 cm de large. Les yeux et le nez sont en plastique dur de couleur noire. Les oreilles de l’animal ont la particularité d’être rigides grâce à une tige en métal glissée sous le tissu: elles peuvent donc être mises dans différentes positions. Aujourd’hui, le nez de l’animal est cassé mais tient malgré tout toujours en place.

Fabriquée en Chine à la fin des années 1980, cette peluche est issue de la bande dessinée Spirou et Fantasio, inventée par André Franquin en 1952. Elle représente Marsupilami, un des personnages mythiques de l’auteur. Créé initialement pour la série Spirou et Fantasio, le Marsupilami a accédé à sa propre série à partir de 1989. Depuis le personnage a été décliné en BD, dessin animé, film et divers produits dérivés dont cette peluche. Par son créateur, il est décrit comme un animal imaginaire mesurant environ 1 mètre, de couleur jaune et noir et a la particularité d’être à la fois ovipare et mammifère puisque la femelle pond des œufs mais allaite ses petits. Une de ses caractéristiques majeures est sa queue préhensible qui peut mesurer jusqu’à 8 mètres de long et lui sert de moyen de locomotion. Il vit au fond d’une forêt profonde, lointaine et inexplorée : la forêt amazonienne.  Franquin a construit le nom Marsupilami à partir de plusieurs éléments : « marsu » pour son appartenance à l’espèce des marsupiaux bien qu’il n’ait pas de poche ventrale et qu’il habite l’Amérique du sud, alors que les marsupiaux ne se trouvent qu’en Australie. « pil » en référence au Pilou-Pilou (personnage de la BD Popeye, créée par Segar qui a influencé Franquin), et « ami » pour montrer que c’était un animal amical. Avec l’album « La queue du Marsupilami » (1987), la bande dessinée entre dans le club des best-sellers. Ce premier album se vendra à plus de 600.000 exemplaires. Avec un album par an, le Marsupilami a confirmé sa place avec des millions d’albums vendus en français, en néerlandais, en allemand et dans les différentes langues scandinaves.

Petite, je ne voulais jamais quitter ma mère et restais toujours collée à elle. Mon surnom familial est rapidement devenu « Seccotine » pour faire référence à la colle célèbre du même nom dans les années 1960 et surtout au personnage féminin récurrent de la BD Spirou et Fantasio.  C’est en effet Seccotine, alors reporter dans le même journal que Spirou et Fantasio, qui découvre pour la première fois une famille de Marsupilamis sauvages en Palombie. Elle les suivra et les filmera pendant plusieurs mois. Mes parents ont choisi de m’offrir cette peluche, en guise de clin d’œil au début des années 90. C’est à ce moment-là que j’ai découvert la bande dessinée et je suis rapidement devenue une fidèle lectrice des aventures du Marsupilami. Cette peluche ne m’a jamais quittée, c’est d’ailleurs la seule que j’ai gardée durant ma vie d’adulte tellement sa valeur sentimentale (lien avec ma mère) est forte à mes yeux. Aujourd’hui, je l’ai donnée à mon fils pour perpétuer ce lien familial et partager avec lui les secrets de ce petit animal si particulier.

Taille-crayon

Julien Lopin

L’artefact en plastique jaune, de forme circulaire et évidé à l’intérieur, mesure 3,5 cm de long et 1,4 cm de large. La partie interne comprend la lame en magnésium servant à tailler les crayons. On peut remarquer la présence d’un dessin imprimé sur sa face supérieure. Ce dessin représente un personnage appelé Pikachu avec la marque Pokémon au-dessus et le contrat de licence en-dessous. L’objet dans son ensemble est très léger, probablement moins de cent grammes.

Il s’agit d’un objet destiné aux enfants, réalisé autour de l’an 2000 en Chine. Il est issu d’un jeu vidéo et d’un dessin animé populaire dans les années 2000 intitulé Pokemon. Il s’agit d’une franchise créée en 1996 par Satoshi Tajiri, présente dans des jeux vidéo Nintendo, jeux dans lesquels le joueur doit capturer et élever des créatures virtuelles appelées Pokemons. Il est possible de remarquer que le taille-crayon a servi et que des traces des crayons sont toujours présentes à l’intérieur. Il est dans un bon état de conservation même si le dessin s’est quelque peu dégradé sans doute à cause des frottements à l’intérieur de la trousse.

Ce taille-crayon représente deux thèmes : l’enfance et l’éducation. Je l’ai utilisé durant de nombreuses années avant de le remplacer par un autre, plus sobre et mieux adapté au monde des adultes. Le taille-crayon est indispensable aux écoliers puisqu’ils doivent souvent utiliser des crayons de bois ou de couleur. La marque Pokémonétait très populaire dans les cours de récréation. Il existait de nombreux objets dérivés tels que des cartes à collectionner ou des accessoires à destination des enfants. La popularité de cette marque était telle, que les enfants ne possédant aucun objet lié à l’univers des Pokémon pouvaient connaître une forme d’exclusion sociale. C’est l’un des seuls objets liés à l’enfance que j’ai conservé chez moi, sans doute en raison de son côté pratique.

Playmobils de la guerre de sécession

Jonathan Gloanec

Deux soldats articulés de la guerre de Sécession datant de 1994 : l’un est un sudiste l’autre nordiste. Entièrement fabriqués en plastique selon une méthode particulière : Il sont composés de granules plastiques colorisées qui sont ensuite chauffées, fondues, puis durcies afin de donner les différentes parties des personnages qui une fois assemblées donneront un playmobil. Les deux sujets ont les mêmes dimensions c’est-à-dire 7 cm de long et 2.4 cm de large. Ces deux personnages sont accompagnés d’accessoires : un fusil marron de 5.7 cm de long, un chapeau de 2 cm de haut et 2 cm de large, un uniforme boutonné représentatif de chacun des camps. Le playmobil qui représente l’Union porte un haut bleu foncé et un pantalon bleu clair ; il a un col jaune et un chapeau bleu. Celui qui représente le camp sudiste porte un haut gris et un pantalon bleu clair ; il a un col bleu et un chapeau gris.

L’entreprise Geobra Brandstatter située en Allemagne est spécialisée dans les jouets en plastiques. Dans les années 1970, elle produit essentiellement des objets en plastiques qui sont volumineux (tracteurs et voitures à pédales). Seulement, durant cette même période survient une crise pétrolière. Le plastique s’en retrouve impacté puisqu’il est composé de pétrole. Leur matière première devient plus chère et leur coût de production augmente. Il faut trouver une solution. Hans Beck, alors chef de création dans cette entreprise, conçoit un tout nouveau genre de jouet. Il s’agit d’un personnage en plastique de taille miniature (7 cm). Cela correspond aux objectifs de l’entreprise qui souhaite baisser ses coûts de production en économisant la matière première par la fabrication de jouets de petite taille. Ainsi, il présente en 1974 au salon du jouet de Nuremberg les premiers playmobils. Il en expose trois, un indien, un chevalier et un ouvrier. La mode à l’époque se porte sur les petits soldats de plomb et pourtant le succès est là. L’avantage offert par ce petit jouet est qu’il est personnalisable par ses accessoires. Ils possèdent 4 articulations, peut bouger les bras et mains, se plier et tourner la tête. Son concurrent ne possède pas ces avantages. En 1974 les playmobils produit ne sont que de sexe masculin. Puis en 1976 c’est le premier playmobil féminin. Ensuite, en 1984, c’est le premier bébé playmobil (3.5 cm). En 2010, sont vendus 2.5 milliards de playmobils dans le monde. Ces deux playmobils sont particuliers car ils font partie de la génération western de 1994 où l’on voit pour la première fois un évènement historique précis recevoir une collection playmobil. Outre, la guerre de Sécession, les playmobils représentent toutes les périodes historiques, de la Préhistoire à nos jours. Il existe même une histoire du monde racontée par des playmobils intitulée,La grande aventure de l’Histoire

C’est parce que les playmobils sont associés à l’Histoire qu’ils sont pour moi le début de ma passion pour cette discipline. Ils sont les jouets auxquels je me suis le plus attaché. C’est avec eux que j’ai joué le plus longtemps : ils ont donc marqué une grande partie de mon enfance. 

timballe

Alisson Lemière

Il s’agit d’un gobelet en plastique transparent pour enfants fabriqué dans les années 1980. Pour faciliter sa prise en main par les plus jeunes, il est doté de deux anses latérales. Des cadeaux et des étoiles jaunes, rose et bleus sont dessinés sur une face et sur l’autre, des mesures de dosages indiquent la contenance du gobelet pour que les parents puissent la mesurer (200 ml). 

Dans les années 1950, la consommation de masse a provoqué l’essor de l’industrie des matières plastiques. Fabriquées à partir du pétrole ou du gaz naturel, leurs usages sont variés et fréquents dans la conception d’objets du quotidien. Dans le cas présent, il s’agit d’un gobelet en plastique réutilisable. Utilisé pour contenir des boissons, froides de préférence, il peut-être de différentes couleurs, textures ou tailles. Le gobelet en plastique ou la timbale constitue un outil d’apprentissage pour apprendre aux enfants à boire seuls. Le plastique est effectivement plus solide que le verre et les anses facilitent la prise en main de l’objet.

Ce gobelet a été acheté dans les années 1990 et est passé dans les mains de 4 enfants différents, celles de mes frères et sœurs puis les miennes. S’il est aussi défraichi aujourd’hui c’est parce nous l’avons trainé partout et particulièrement dans les graviers. Les dessins, autrefois criards ont gagné en discrétion tandis que le plastique a commencé à s’opacifier avec les années. Après que ce gobelet ait rempli sa fonction d’apprentissage auprès de moi et des membres de ma famille, il est resté tout en haut du placard pendant de longues années. Ce n’est qu’il y a deux ans que ce gobelet a connu un nouvel usage régulier, avec ma nièce.  C’est à la fois un souvenir de mon enfance et de celles de mes frères et sœurs et désormais un lien intergénérationnel. 

T800-Terminator

Guirec Zeo

L’artefact est une figurine humanoïde de petite taille de 14 cm de hauteur et 5,5 cm de largeur. Entièrement composé de plastique dur, l’artefact est cependant souple et mobile : il est possible de bouger les bras, les jambes et le buste, ce qui lui donne une certaine ampleur de posture. L’objet est, à l’origine, revêtu d’une peinture de couleur grise métallique. À ce jour, des traces d’usures sont visibles sur les jambes, au niveau du bassin ainsi que sur la tête de cette figurine. 

Il s’agit d’une représentation du T800, personnage majeur de la saga Terminator dont le premier opus fut réalisé par James Cameron en 1984. La saga Terminator est considérée comme « culte » au sein de l’univers de la science-fiction. Le synopsis est le suivant : une intelligence artificielle, Skynet, a pris le contrôle des sociétés dans un futur proche et cherche l’extermination de l’espèce humaine à la suite d’un holocauste nucléaire. Une résistance est cependant menée contre les machines. Cette dernière est dirigée par un homme, John Connor. Skynet, afin d’annihiler toute forme de résistance humaine, décide d’envoyer dans le passé un T800, assassiner successivement Sarah Connor enceinte, puis John Connor. La saga, dont l’histoire est pensée en plein Guerre Froide, est liée à la crainte de la guerre totale nucléaire.  Le T800 est un cyborg à l’intelligence artificielle et au corps métallique recouvert de chair humaine, chargé de l’infiltration des bases humaines. Cette figure est centrale dans la saga puisqu’elle concentre les nombreuses interrogations sur la relation homme-machine et sur l’humanisation de la technologie. 

Cet artefact a, pour moi, une importance singulière. Il intègre la sphère de la science-fiction que j’affectionne depuis la plus tendre enfance. Le film Terminator 2 est l’un de mes premiers souvenirs en tant que cinéphile et est l’un des premiers moments privilégiés que j’eus avec mon père, à l’âge de 8 ans. 

Trousse scolaire

Juliette Rigaut

Cet objet est une trousse en cuir animal de couleur marron clair qui mesure 6 cm de haut par 20 cm de longueur et 5 cm de largeur. Elle se ferme avec une fermeture-éclair et comporte de nombreuses taches.

La trousse scolaire permet aux écoliers de transporter leur matériel d’écriture. Au temps du porte-plume, la trousse était rigide et s’appelait plumier. A partir des années 1930 les trousses comportent différents volets afin que le maître puisse d’un coup d’œil, contrôler le matériel de l’élève. Les trousses fourre-tout, souples, sont apparues plus tardivement.  Les trousses scolaires peuvent être faites avec de nombreux matériaux : cuir, plastique, tissu, métal. Certaines sont dotées de compartiments rigides pour protéger les stylos des chocs. Cette trousse souple prise en exemple contenait donc du matériel scolaire : crayons, gomme, stylos qui ont laissé de nombreuses tâches d’encre bleues, rouges, noires encore bien visibles. La trousse date de la fin des années 1990. Aucune marque ne permet de connaitre son lieu de fabrication, mais elle a probablement été produite artisanalement.

Cette trousse en cuir offerte à l’occasion d’un anniversaire sentait au déballage du cadeau fortement l’animal. Peu à peu, l’odeur s’est effacée, le cuir s’est assoupli en même temps que la trousse s’est parée de tâches d’encre, involontaires, apparaissant au fur et à mesure des accidents de stylo à encre. Cette trousse m’a accompagnée tout au long des nombreuses années d’études, depuis le début du collège jusqu’à la fin du Master 2. Posée fidèlement sur la table, béante ou refermée, elle attendait que passent les heures. 

Carnet de recherche en histoire et archéologie de l'Université Bretagne Sud -ISSN 2609-9527

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search