Archives de catégorie : Histoire médiévale

2021-2022 Mémoires de master en histoire médiévale

Master 1

  • Cyril-Marie Hillion, Travaux sur des seigneuries littorales bretonnes “La ville d’Hennebont du XIVe au XVIe s.”, sous la direction de Mathias Tranchant
  • Kléden Pendu, Les ordres mendiants de Vannes et de ses alentours, XIIIe-XVIe s., sous la direction de Mathias Tranchant
  • Sébastien Pérotin, Poèmes et satires de l’évêque Marbode de Rennes, sous la direction de Mathias Tranchant

Thèses en cours en 2021

Les étudiants inscrits en doctorat d’Histoire à l’UBS sont membres du laboratoire TEMOS, UMR 9016 du CNRS 

  • Tanguy Audic, Les sociétés littorales du golfe du Morbihan au XIXe siècle : diversité des professions, pluriactivité, un réseau complexe entre terre et mer, ville et campagne, sous la direction de François Ploux
  • Shannon Beck, Les Français au Bengale XVIIe-XIXe siècles : développement des comptoirs, acteurs, représentations et enjeux, sources européennes comparées, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Denis BouleisAppartenance politique irlandaise et impériale : perspectives historiographiques sur les particularismes et paradoxes des jeux politiques nationaux et impériaux entre l’Irlande et le Royaume-Uni sous l’Acte d’Union, sous la direction de Norbert Col.
  • Elsa Bocher-ChevalierLa mise en valeur des ressources naturelles des îles australes françaises (Amsterdam, Saint-Paul, Kerguelen et Crozet) depuis la fin du XVIIIe siècle, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Thomas DaniauxJouer en Gaule romaine. Culture ludique et sociabilité, thèse en codirection (Université de Fribourg et UBS), sous la direction de Véronique Dasen et Dominique Frère
  • Elisabeth Dodinet, Matériaux aromatiques des parfums antiques du 1er millénaire av J.-C. Problématiques de caractérisation et d’identification pluridisciplinaires à partir des résultats d’analyse des programmes Perhamo et MAGI de l’Agence Nationale de la Recherche, sous la direction de Dominique Frère
  • Anne Forrer, Les maladies contagieuses chez les marins à la Grande pêche du XVIIIe siècle à 1914 : observations et prises en charge, sous la direction de Sylviane Llinares
  • Geneviève Hamon-Taboret, Auray pendant la Première guerre mondiale, sous la direction de François Ploux
  • Kentigwern Jaouen, Création et premier développement des flottes françaises du Ponant (vers 1460 – vers 1520), sous la direction de Mathias Tranchant
  • Marine Jaouen, Pour une archéologie du cabotage lointain au XVIIIe siècle en Europe : l’exemple de la Jeanne-Elisabeth, sous la direction de Sylviane Llinares et Michel l’Hour
  • Julien Hillion, Le bataillon des nuisibles. La colonie pénitentiaire de Belle-île-en-mer (1880-1911) Parcours de vie et modèle carcéral, sous la direction de François Ploux
  • Françoise Thomas, Pierre Le Baud (1450-1505) : homme d’Eglise, écrivain de l’histoire bretonne, sous la direction de Mathias Tranchant
  • Solène Vandroy, Parfums antiques et patrimoine muséographique. Etude archéologique comparative et valorisation des vases à parfum antiques des collections publiques de Bretagne, sous la direction de Dominique Frère
  • Yajaira Vargas, Naufrages et récupération des cargaisons englouties dans la mer des Caraïbes (du XVIe au XVIIIe siècle), sous la direction de Sylviane Llinares et Michel l’Hour
  • Cécilia Vaucher, Le Navire expérimental : laboratoire de l’innovation maritime en Bretagne (XVIIe siècle – Ier Empire), sous la direction de Sylviane Llinares
  • Robert Veccella, Les aménagements maritimes en Océanie de l’arrivée de Wallis à Tahiti et à l’ouverture du canal de Panama, une politique d’équipement et sécuritaire d’accompagnement du développement des possessions françaises dans le Pacifique ? (1767 – 1914), sous la direction de Sylviane Llinare

Le denier scandinave de Péran

Un denier pour « acheter » l’histoire :

le denier d’York de Péran

Michaël Bonno

Une monnaie peut à elle seule définir et dater un site d’occupation. Un objet de moins d’un gramme devient alors un témoin archéologique d’une très grande valeur. En effet, les détails qu’il peut nous offrir, dans sa conceptualisation et ses caractéristiques, sont tels un message gravé dans l’argent. En retraçant l’histoire d’une monnaie, il est alors possible de tenter de comprendre son cheminement jusqu’au site de découverte, le camp de Péran.

Notre périple commence à York, l’ancienne ville romaine Eboracum devenue Jórvek en 866 suite à la conquête des territoires de l’Est de l’actuelle Angleterre par la Grande Armée viking originaire du Danemark. Situés à la confluence de l’Ouse et de la Fosse, les Scandinaves s’organisent, s’implantent solidement dans cette ville et en font la capitale du Danelaw, la fondation viking anglaise. Soucieux de s’intégrer dans le système monétaire nord-européen, les hommes du Nord se mettent à battre monnaie dès les années 880. Il faut attendre l’année 905 pour voir apparaître pour la première fois le style « Two lines » propre à notre monnaie. A cette période, l’élite scandinave est très solidement implantée à York grâce à des revenus divers et des relations fortes avec les autres fondations scandinaves du Nord de l’Europe. Cette monnaie pourrait donc s’insérer dans un système d’échange ayant pu l’amener, de mains en mains, à côtoyer les diverses zones commerciales du nouveau pôle d’attractivité européen, la mer du Nord. Ainsi, on aurait pu la retrouver sur les quais de Dorestad ou de Quentovic, deux grandes zones portuaires très actives au Haut Moyen Âge.

Cependant, il n’en est rien, ce témoignage monétaire a été mis au jour en Bretagne, dans une enceinte circulaire fortifiée costarmoricaine ayant subi un très violent incendie destructeur dans la première partie du Xe siècle. Cette structure, nommée le camp de Péran, a également livré un ensemble d’artefacts militaires et liés à la vie quotidienne. Mais cette monnaie vient réellement perturber la lecture de ce site et l’identification de ses occupants. Les sources écrites, discrètes pour cette période en Bretagne, nous présentent une époque de troubles liés aux incursions scandinaves provoquant la disparition de l’élite, de la famille royale et du clergé. Autrement nommée « l’interrègne scandinave », cette période aurait donc été propice à l’arrivée d’une telle monnaie en Domnonée. Cependant, les causes de son arrivée demeurent mystérieuses : elles peuvent témoigner d’échanges commerciaux entre le monde viking et le royaume breton ou d’une installation scandinave dans cette zone géographique.

Pour en savoir plus :

www.historyofyork.org.uk/themes/viking-invasion

-Boyer Régis, Les Vikings : Histoire, Mythes, Dictionnaire, Paris, Robert Laffont, 2008, 912 p.

-Coupland Simon, Carolingian Coinage and the Vikings : Studies on Power and Trade in the 9th Century, Aldershot, Ashgate varium, 2007, 324 p.

-Dolley Michaël, Viking Coins of the Danelaw and of Dublin, London, The Trustees of the British Museum, 1965, 32 p.

-Moesgaard Jens Christian, « Monnaies, Marchands et Vikings… », dans Ridel Elisabeth (dir.), Les Vikings dans l’Empire Franc : Impact, Héritage, Imaginaire, Bayeux, OREP, 2014, p. 33.

-Nicolardot Jean-Pierre, Guigon Philippe, « Une forteresse du Xe siècle : le camp de Péran à Plédran (Côtes d’Armor) », Revue archéologique de l’Ouest, 1991, tome 8, 123-157 p.