Archives de catégorie : Cabinet de curiosité : enfance milléniale

Cahier d’école

Fabiola Olivos

Cahier de 200 feuilles, rayé, cousu et cartonné de format A5 (15,5 cm de large, 21,5 cm de long, 2, 5 cm d’épaisseur). Le cahier porte sur la première de couverture le logo de la marque « Loro » (perroquet). Trois stickers sont collés dans différents coins. Un protège cahier transparent bleu le recouvre. Sous l’épaisseur du cahier, nous pouvons remarquer des taches rouges qui font partie de la décoration. De multiples couleurs sur la couverture se présentent sous la forme de dégradés allant du  bleu, au bleu clair et à l’orange. La tranche du cahier est en tissu noir. Sur la quatrième de couverture, la marque du cahier et du logo sont présents, ainsi que la devise de la marque « para los que saben elejir» (pour ceux qui savent choisir).

En Amérique latine, les premiers cahiers sont apparus au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. À cette époque, le papier était très rare et coûteux. Lorsque la production de papier est devenue industrielle, le cahier est devenu un outil scolaire. Le premier cahier commercial a été inventé en 1902 par l’Australien J. A. Birchall, qui a été le premier à rassembler plusieurs papiers et à les joindre à un carton, au lieu de les laisser sous forme de feuilles volantes. Bien que de nombreuses personnes utilisent des cahiers, ceux-ci sont généralement associés aux étudiants qui les emportent avec eux pour prendre les notes des différentes matières. En raison du coût élevé des cahiers, ils n’étaient utilisés que par les élèves dans les cours les plus avancés. Au Pérou, les écoliers des années 80 et 90 utilisaient le célèbre « Cuaderno Popular » (cahier populaire) ou « Cuaderno Escolar » (cahier scolaire). Ses feuilles étaient jaunes et avaient un prix modeste. Une de ses caractéristiques principales était qu’il présentait sur sa couverture la carte du Pérou et des Péruviens de différentes professions. À l’intérieur se trouvait le « Décalogue de l’étudiant » et à l’arrière les premiers articles de la Constitution de 1979.

Ce cahier est précieux pour moi parce que je l’ai gagné lors d’un concours d’orthographe quand j’avais 10 ans. À l’époque, on utilisait normalement des cahiers A5 de 100 pages. Un cahier de 200 pages était quelque chose de différent et surtout cher. De plus, c’est l’unique cahier de 200 pages que j’ai eu dans ma vie. C’est pour ce motif que je me suis dit à l’époque, que j’allais faire quelque chose d’important dans ma vie. J’ai décidé de faire un cahier que je pourrai consulter toute ma vie pour trouver de précieuses informations et me rappeler les périodes importantes de ma vie. Comme je n’avais pas d’idées pour commencer à écrire, j’ai pris le dictionnaire et j’ai commencé à rédiger des abréviations. Ensuite, j’ai écrit des exercices de diction, des poèmes et j’ai même fait des dessins. Ce cahier représente pour moi une trace de l’évolution de ma vie. Il est possible de regarder l’évolution de mon écriture entre autres.

MARSUPILAMI

Audrey David

Cet objet, communément appelé « peluche », est en matière synthétique. Il s’apparente à un petit animal bipède, de couleur jaune avec des tâches noires. Il mesure 77 cm de haut (dont 45 cm de queue) et 27 cm de large. Les yeux et le nez sont en plastique dur de couleur noire. Les oreilles de l’animal ont la particularité d’être rigides grâce à une tige en métal glissée sous le tissu: elles peuvent donc être mises dans différentes positions. Aujourd’hui, le nez de l’animal est cassé mais tient malgré tout toujours en place.

Fabriquée en Chine à la fin des années 1980, cette peluche est issue de la bande dessinée Spirou et Fantasio, inventée par André Franquin en 1952. Elle représente Marsupilami, un des personnages mythiques de l’auteur. Créé initialement pour la série Spirou et Fantasio, le Marsupilami a accédé à sa propre série à partir de 1989. Depuis le personnage a été décliné en BD, dessin animé, film et divers produits dérivés dont cette peluche. Par son créateur, il est décrit comme un animal imaginaire mesurant environ 1 mètre, de couleur jaune et noir et a la particularité d’être à la fois ovipare et mammifère puisque la femelle pond des œufs mais allaite ses petits. Une de ses caractéristiques majeures est sa queue préhensible qui peut mesurer jusqu’à 8 mètres de long et lui sert de moyen de locomotion. Il vit au fond d’une forêt profonde, lointaine et inexplorée : la forêt amazonienne.  Franquin a construit le nom Marsupilami à partir de plusieurs éléments : « marsu » pour son appartenance à l’espèce des marsupiaux bien qu’il n’ait pas de poche ventrale et qu’il habite l’Amérique du sud, alors que les marsupiaux ne se trouvent qu’en Australie. « pil » en référence au Pilou-Pilou (personnage de la BD Popeye, créée par Segar qui a influencé Franquin), et « ami » pour montrer que c’était un animal amical. Avec l’album « La queue du Marsupilami » (1987), la bande dessinée entre dans le club des best-sellers. Ce premier album se vendra à plus de 600.000 exemplaires. Avec un album par an, le Marsupilami a confirmé sa place avec des millions d’albums vendus en français, en néerlandais, en allemand et dans les différentes langues scandinaves.

Petite, je ne voulais jamais quitter ma mère et restais toujours collée à elle. Mon surnom familial est rapidement devenu « Seccotine » pour faire référence à la colle célèbre du même nom dans les années 1960 et surtout au personnage féminin récurrent de la BD Spirou et Fantasio.  C’est en effet Seccotine, alors reporter dans le même journal que Spirou et Fantasio, qui découvre pour la première fois une famille de Marsupilamis sauvages en Palombie. Elle les suivra et les filmera pendant plusieurs mois. Mes parents ont choisi de m’offrir cette peluche, en guise de clin d’œil au début des années 90. C’est à ce moment-là que j’ai découvert la bande dessinée et je suis rapidement devenue une fidèle lectrice des aventures du Marsupilami. Cette peluche ne m’a jamais quittée, c’est d’ailleurs la seule que j’ai gardée durant ma vie d’adulte tellement sa valeur sentimentale (lien avec ma mère) est forte à mes yeux. Aujourd’hui, je l’ai donnée à mon fils pour perpétuer ce lien familial et partager avec lui les secrets de ce petit animal si particulier.

Taille-crayon

Julien Lopin

L’artefact en plastique jaune, de forme circulaire et évidé à l’intérieur, mesure 3,5 cm de long et 1,4 cm de large. La partie interne comprend la lame en magnésium servant à tailler les crayons. On peut remarquer la présence d’un dessin imprimé sur sa face supérieure. Ce dessin représente un personnage appelé Pikachu avec la marque Pokémon au-dessus et le contrat de licence en-dessous. L’objet dans son ensemble est très léger, probablement moins de cent grammes.

Il s’agit d’un objet destiné aux enfants, réalisé autour de l’an 2000 en Chine. Il est issu d’un jeu vidéo et d’un dessin animé populaire dans les années 2000 intitulé Pokemon. Il s’agit d’une franchise créée en 1996 par Satoshi Tajiri, présente dans des jeux vidéo Nintendo, jeux dans lesquels le joueur doit capturer et élever des créatures virtuelles appelées Pokemons. Il est possible de remarquer que le taille-crayon a servi et que des traces des crayons sont toujours présentes à l’intérieur. Il est dans un bon état de conservation même si le dessin s’est quelque peu dégradé sans doute à cause des frottements à l’intérieur de la trousse.

Ce taille-crayon représente deux thèmes : l’enfance et l’éducation. Je l’ai utilisé durant de nombreuses années avant de le remplacer par un autre, plus sobre et mieux adapté au monde des adultes. Le taille-crayon est indispensable aux écoliers puisqu’ils doivent souvent utiliser des crayons de bois ou de couleur. La marque Pokémonétait très populaire dans les cours de récréation. Il existait de nombreux objets dérivés tels que des cartes à collectionner ou des accessoires à destination des enfants. La popularité de cette marque était telle, que les enfants ne possédant aucun objet lié à l’univers des Pokémon pouvaient connaître une forme d’exclusion sociale. C’est l’un des seuls objets liés à l’enfance que j’ai conservé chez moi, sans doute en raison de son côté pratique.

Playmobils de la guerre de sécession

Jonathan Gloanec

Deux soldats articulés de la guerre de Sécession datant de 1994 : l’un est un sudiste l’autre nordiste. Entièrement fabriqués en plastique selon une méthode particulière : Il sont composés de granules plastiques colorisées qui sont ensuite chauffées, fondues, puis durcies afin de donner les différentes parties des personnages qui une fois assemblées donneront un playmobil. Les deux sujets ont les mêmes dimensions c’est-à-dire 7 cm de long et 2.4 cm de large. Ces deux personnages sont accompagnés d’accessoires : un fusil marron de 5.7 cm de long, un chapeau de 2 cm de haut et 2 cm de large, un uniforme boutonné représentatif de chacun des camps. Le playmobil qui représente l’Union porte un haut bleu foncé et un pantalon bleu clair ; il a un col jaune et un chapeau bleu. Celui qui représente le camp sudiste porte un haut gris et un pantalon bleu clair ; il a un col bleu et un chapeau gris.

L’entreprise Geobra Brandstatter située en Allemagne est spécialisée dans les jouets en plastiques. Dans les années 1970, elle produit essentiellement des objets en plastiques qui sont volumineux (tracteurs et voitures à pédales). Seulement, durant cette même période survient une crise pétrolière. Le plastique s’en retrouve impacté puisqu’il est composé de pétrole. Leur matière première devient plus chère et leur coût de production augmente. Il faut trouver une solution. Hans Beck, alors chef de création dans cette entreprise, conçoit un tout nouveau genre de jouet. Il s’agit d’un personnage en plastique de taille miniature (7 cm). Cela correspond aux objectifs de l’entreprise qui souhaite baisser ses coûts de production en économisant la matière première par la fabrication de jouets de petite taille. Ainsi, il présente en 1974 au salon du jouet de Nuremberg les premiers playmobils. Il en expose trois, un indien, un chevalier et un ouvrier. La mode à l’époque se porte sur les petits soldats de plomb et pourtant le succès est là. L’avantage offert par ce petit jouet est qu’il est personnalisable par ses accessoires. Ils possèdent 4 articulations, peut bouger les bras et mains, se plier et tourner la tête. Son concurrent ne possède pas ces avantages. En 1974 les playmobils produit ne sont que de sexe masculin. Puis en 1976 c’est le premier playmobil féminin. Ensuite, en 1984, c’est le premier bébé playmobil (3.5 cm). En 2010, sont vendus 2.5 milliards de playmobils dans le monde. Ces deux playmobils sont particuliers car ils font partie de la génération western de 1994 où l’on voit pour la première fois un évènement historique précis recevoir une collection playmobil. Outre, la guerre de Sécession, les playmobils représentent toutes les périodes historiques, de la Préhistoire à nos jours. Il existe même une histoire du monde racontée par des playmobils intitulée,La grande aventure de l’Histoire

C’est parce que les playmobils sont associés à l’Histoire qu’ils sont pour moi le début de ma passion pour cette discipline. Ils sont les jouets auxquels je me suis le plus attaché. C’est avec eux que j’ai joué le plus longtemps : ils ont donc marqué une grande partie de mon enfance. 

timballe

Alisson Lemière

Il s’agit d’un gobelet en plastique transparent pour enfants fabriqué dans les années 1980. Pour faciliter sa prise en main par les plus jeunes, il est doté de deux anses latérales. Des cadeaux et des étoiles jaunes, rose et bleus sont dessinés sur une face et sur l’autre, des mesures de dosages indiquent la contenance du gobelet pour que les parents puissent la mesurer (200 ml). 

Dans les années 1950, la consommation de masse a provoqué l’essor de l’industrie des matières plastiques. Fabriquées à partir du pétrole ou du gaz naturel, leurs usages sont variés et fréquents dans la conception d’objets du quotidien. Dans le cas présent, il s’agit d’un gobelet en plastique réutilisable. Utilisé pour contenir des boissons, froides de préférence, il peut-être de différentes couleurs, textures ou tailles. Le gobelet en plastique ou la timbale constitue un outil d’apprentissage pour apprendre aux enfants à boire seuls. Le plastique est effectivement plus solide que le verre et les anses facilitent la prise en main de l’objet.

Ce gobelet a été acheté dans les années 1990 et est passé dans les mains de 4 enfants différents, celles de mes frères et sœurs puis les miennes. S’il est aussi défraichi aujourd’hui c’est parce nous l’avons trainé partout et particulièrement dans les graviers. Les dessins, autrefois criards ont gagné en discrétion tandis que le plastique a commencé à s’opacifier avec les années. Après que ce gobelet ait rempli sa fonction d’apprentissage auprès de moi et des membres de ma famille, il est resté tout en haut du placard pendant de longues années. Ce n’est qu’il y a deux ans que ce gobelet a connu un nouvel usage régulier, avec ma nièce.  C’est à la fois un souvenir de mon enfance et de celles de mes frères et sœurs et désormais un lien intergénérationnel. 

T800-Terminator

Guirec Zeo

L’artefact est une figurine humanoïde de petite taille de 14 cm de hauteur et 5,5 cm de largeur. Entièrement composé de plastique dur, l’artefact est cependant souple et mobile : il est possible de bouger les bras, les jambes et le buste, ce qui lui donne une certaine ampleur de posture. L’objet est, à l’origine, revêtu d’une peinture de couleur grise métallique. À ce jour, des traces d’usures sont visibles sur les jambes, au niveau du bassin ainsi que sur la tête de cette figurine. 

Il s’agit d’une représentation du T800, personnage majeur de la saga Terminator dont le premier opus fut réalisé par James Cameron en 1984. La saga Terminator est considérée comme « culte » au sein de l’univers de la science-fiction. Le synopsis est le suivant : une intelligence artificielle, Skynet, a pris le contrôle des sociétés dans un futur proche et cherche l’extermination de l’espèce humaine à la suite d’un holocauste nucléaire. Une résistance est cependant menée contre les machines. Cette dernière est dirigée par un homme, John Connor. Skynet, afin d’annihiler toute forme de résistance humaine, décide d’envoyer dans le passé un T800, assassiner successivement Sarah Connor enceinte, puis John Connor. La saga, dont l’histoire est pensée en plein Guerre Froide, est liée à la crainte de la guerre totale nucléaire.  Le T800 est un cyborg à l’intelligence artificielle et au corps métallique recouvert de chair humaine, chargé de l’infiltration des bases humaines. Cette figure est centrale dans la saga puisqu’elle concentre les nombreuses interrogations sur la relation homme-machine et sur l’humanisation de la technologie. 

Cet artefact a, pour moi, une importance singulière. Il intègre la sphère de la science-fiction que j’affectionne depuis la plus tendre enfance. Le film Terminator 2 est l’un de mes premiers souvenirs en tant que cinéphile et est l’un des premiers moments privilégiés que j’eus avec mon père, à l’âge de 8 ans. 

Trousse scolaire

Juliette Rigaut

Cet objet est une trousse en cuir animal de couleur marron clair qui mesure 6 cm de haut par 20 cm de longueur et 5 cm de largeur. Elle se ferme avec une fermeture-éclair et comporte de nombreuses taches.

La trousse scolaire permet aux écoliers de transporter leur matériel d’écriture. Au temps du porte-plume, la trousse était rigide et s’appelait plumier. A partir des années 1930 les trousses comportent différents volets afin que le maître puisse d’un coup d’œil, contrôler le matériel de l’élève. Les trousses fourre-tout, souples, sont apparues plus tardivement.  Les trousses scolaires peuvent être faites avec de nombreux matériaux : cuir, plastique, tissu, métal. Certaines sont dotées de compartiments rigides pour protéger les stylos des chocs. Cette trousse souple prise en exemple contenait donc du matériel scolaire : crayons, gomme, stylos qui ont laissé de nombreuses tâches d’encre bleues, rouges, noires encore bien visibles. La trousse date de la fin des années 1990. Aucune marque ne permet de connaitre son lieu de fabrication, mais elle a probablement été produite artisanalement.

Cette trousse en cuir offerte à l’occasion d’un anniversaire sentait au déballage du cadeau fortement l’animal. Peu à peu, l’odeur s’est effacée, le cuir s’est assoupli en même temps que la trousse s’est parée de tâches d’encre, involontaires, apparaissant au fur et à mesure des accidents de stylo à encre. Cette trousse m’a accompagnée tout au long des nombreuses années d’études, depuis le début du collège jusqu’à la fin du Master 2. Posée fidèlement sur la table, béante ou refermée, elle attendait que passent les heures. 

Magnétophone et cassette

Noémie Gonnot

Ce lecteur de cassettes et magnétophone est majoritairement en plastique dur, avec une petite vitre de plexiglass sur le devant et de nombreux composants électroniques à l’intérieur. Des vis en métal ferment le boîtier et maintiennent l’ensemble. Les boutons jaunes et bleus se pressent vers le bas et il y a une molette pour le volume sonore. Un haut-parleur est présent à l’arrière : il est visible derrière une grille en plastique. Le lecteur possède une poignée intégrée qui permet de le transporter. Il fonctionne encore et ce, grâce à 4 piles LR14. Une lumière rouge s’allume quand on fait la lecture d’une cassette. Des autocollants sont également collés sur les côtés. Il a été assemblé en Chine. Les inscriptions sur la partie supérieure: Volume, Play, Forward, Rewind, Record, Stop, Eject et le nom de la marque Fisher Price. Les couleurs : rouge, bleu, jaune, sont primaires et témoignent de la cible que sont les enfants pour ce produit.  Dimensions : 21cm de hauteur, 19cm de largeur, 9 cm de profondeur. A ce lecture s’ajoute une cassette nommée « Le monde d’Henri Dès » datant de 2002. Elle en plastique dur blanc avec des bandes de lectures. Des écritures bleues sont présentes sur le dessus. Le boitier est transparent, avec une étiquette couvrant la cassette quand celle-ci se trouve à l’intérieur. Cette étiquette présente les musiques qui sont sur la cassette.  Dimensions cassette : 10 cm de longueur, 6,3 cm de hauteur, 0,9 cm de profondeur. Dimensions boîtier : 10,9 cm de longueur, 6,7 cm de longueur, 1,6 cm de profondeur. 

La marque Fisher-Price est une marque de jouets américaine créée en 1930 et filiale du groupe Mattel depuis 1993. En 1969, l’entreprise avait déjà été rachetée par Quaker Oats Company. Cette dernière est une entreprise agroalimentaire née en 1901 de la fusion de quatre entreprises céréalières américaines et a été achetée par Pepsico en 2001. Il est indiqué sur le couvercle des piles du lecteur de cassettes que Fisher Price appartenait encore à Quaker Oats Company, ce qui confirme que le lecteur de cassettes est antérieur à 2001. Comme l’indique en effet l’inscription sous le lecteur, le modèle a été déposé en 1980 et sa fabrication date de 1989. La cassette audio a constitué une véritable révolution aux débuts des années 1960. Appelée aussi « minicassette », elle a été inventée en 1961 par la marque Philips et présentée au grand public (ainsi que le premier magnétophone) en 1963. Elle est devenue très populaire à partir des années 1980. C’était le moyen pour le grand public d’enregistrer ce qu’il souhaitait, et de désormais pouvoir se déplacer avec de la musique grâce au walkman ou grâce à des lecteurs cassettes à piles. C’est certainement dans les années 1980 également que des cassettes et les produits liés comme le lecteur, ont été conçus à destination des enfants. 

https://www.ina.fr/video/PUB3784074011

A l’origine ce lecteur cassette appartenait à ma grande sœur avec laquelle nous avons 9 ans d’écart. Mais très vite lorsqu’elle a grandi, elle l’a abandonné et je l’ai récupéré. Je me souviens que lorsque nous étions petites nous nous amusions, souvent des après-midis entières, à s’enregistrer. Plus tard on écoutait ces enregistrements sur le lecteur cassette. J’aimais beaucoup, durant des heures, écouter des histoires comme la Fugue du petit poucet de Michel Tournier, ou m’amuser à chanter sur des musiques d’Henri Dès, de Bobby Lapointe ou encore des comptines. Utiliser le lecteur cassette était un moyen de m’évader, mais c’était aussi un jouet qu’il fallait manipuler avec soin en retournant la cassette ou en la rembobinant : une cassette trop utilisée ne se rembobinait plus automatiquement et je tentais de le faire à la main, ce qui était dangereux pour la bande.

4 étoiles de ski

Alea Tréguier

Il s’agit de quatre médailles de l’Ecole du Ski Français (E.S.F.) et d’un « carnet de capacités en ski ».  Les médailles sont toutes semblables : un flocon avec une banderole bleu-blanc-rouge et au milieu de celle-ci le sigle « E.S.F. ». Le seul changement est le nombre d’étoiles : aucune pour le flocon puis d’une à trois étoile(s) pour la première étoile, la deuxième, etc. Une épingle à nourrice est fixée au dos du flocon pour l’accrocher. Les quatre médailles sont en métal avec différentes couleurs : les flocons sont gris argentés, les étoiles sont couleur or et les couleurs bleu blanc rouge sont sur chaque côté du sigle E.S.F.  Le carnet est bleu clair et comporte différentes informations : outre l’identité de l’élève, le carnet donne des informations sur les aptitudes pour chaque niveau et l’évaluation. Pour la classe 1, et pour obtenir la première étoile, il fallait, par exemple, faire un « enchaînement de 7 à 8 virages en évolution élémentaire sur un tracé coulé. » La dimension des étoiles est de 3 centimètres par 3 centimètres.

Les médailles de l’ESF étaient délivrées après que la personne ait passé un test de niveau, généralement après une semaine de cours. Elles sont un symbole important de l’école.  L’Ecole de Ski Français est la plus ancienne école de France et la plus importante école au monde avec 250 écoles et 17 000 moniteurs. Après la Libération, l’ESF remplace l’Ecole française du ski, créée pendant l’entre deux guerres dans le but d’apprendre aux Français à skier mieux que les voisins Allemands. Aujourd’hui, les moniteurs enseignent le ski à 2 millions de personne chaque année, soit un skieur sur cinq. Et depuis le début, l’ESF a les mêmes codes et symboles : le pull rouge, le logo bleu, blanc rouge et les fameuses récompenses en forme d’étoile.  

Ces étoiles de l’ESF représentent une partie de mon enfance : tous les ans, jusqu’au début de mon adolescence, j’allais une semaine aux sports d’hivers avec mes grands-parents et mes frères et sœur. Nous allions toujours dans la même station, Les Gets en Haute-Savoie qui fait partie du domaine des Portes du Soleil, un domaine franco-suisse qui comprend 12 stations dont Avoriaz et Morzine.  Ces étoiles sont donc un symbole de moments joyeux passés en famille, d’autant plus qu’une année nous sommes partis à 40 pour y passer Noël. Et puisque j’y allais avec mes frères et sœur, nous avons tous ces médailles : c’est un objet qui nous rassemble.  Aujourd’hui nous n’allons plus au ski, le coût étant devenu trop important, c’est donc maintenant un objet empreint d’une forte nostalgie. 

Bus de la RATP

Simon Paris

Nous sommes en présence de la miniature d’un ancien modèle de bus utilisé par la RATP. Il s’agit d’un Autobus Renault TN6C de 1934 (date de production) qui fut réformé en 1969. C’était l’un des premiers modèles de bus motorisés utilisés pour desservir Paris. Leur production a permis de remplacer les bus à chevaux ainsi que les tramways qui commençaient à disparaître peu à peu dans les années 1930. D’une longueur de 18,5 cm, d’une hauteur de 5,5 cm et d’une largeur de 5,1 cm, elle pèse environ 176 grammes. L’échelle est de 1/50. La partie supérieure de l’objet est en plastique pour former le toit et les contours des vitres du véhicule. Ces vitres sont en plexiglas pour mieux représenter le verre. En effet, ce matériau est moins dangereux que le verre qui est beaucoup trop fragile. La partie inférieure verte de la miniature représente l’accès arrière, l’ossature principale ainsi que la partie moteur et les sièges du conducteur. Cette partie est en métal et est agglomérée à une autre en plastique qui est inférieure afin de permettre la fixation des roues. Cette autre partie de plastique constitue le plancher arrière du bus avec le pot d’échappement notamment. Les roues sont fixées par une tige en fer et son constituées de plastique pour les jantes et de caoutchouc pour les pneus. Enfin, une troisième partie en plastique est formée des sièges des passagers et de leur assise à l’intérieur du bus. En ce qui concerne la décoration, cette miniature reprend la physionomie de son époque, en particulier au niveau de la publicité qui se trouve sur le côté gauche de l’objet. Vu l’âge de la miniature, c’est tout ce qu’il reste de la décoration en papier car l’essentiel (numéro de ligne, numéro de bus, destination, principaux arrêts et autres publicités) s’est usé et a été décollée. Il manque les barres de soutien à l’arrière de la miniature pour permettre aux passagers de se tenir pendant que le bus est en mouvement.

Les miniatures de véhicules sont très populaires auprès des jeunes enfants et notamment des petits garçons : elles permettent de recréer des situations de circulation (urbaine ou non-urbaine) tout en permettant à l’imagination des enfants de s’exprimer. Cette miniature fut fabriquée dans les années 1960 ou 1970 en France par Solido qui est une entreprise spécialisée en la matière, fondée en 1932. Ces dates ne sont certainement pas anodines, car il s’agit de la période de l’arrêt de construction de ce modèle de bus pour la RATP. S’agissant d’une maquette à monter, cet objet était déjà assemblé quand il me fut donné en 2005 avec une partie de son emballage. Il m’a été offert en cadeau par un cousin éloigné de ma mère qui travaille en région parisienne. Etant passionné par les transports, j’ai beaucoup utilisé ce jouet pour reproduire des scènes de bus au milieu de constructions en lego et avec des figurines. Mais au fur et à mesure de ces utilisations ludiques, les principaux décors papiers ont disparus. Parmi les autres objets miniatures de transport, c’est le plus ancien que je possède. Ce bus miniature est représentatif d’une ancienne génération de bus parisiens qui font maintenant partie du patrimoine matérielle de la RATP.

Voiture de course

Julien Vaillant

Il s’agit d’une petite voiture de course de la marque lyonnaise Majorette n° 282 de la collection, ayant une échelle de 1/55 : les dimensions sont de 8 cm de long, pour 4 cm de large et 2 cm de haut. C’est une petite voiture de course automobile de type Formule 1, de couleur rouge et noire. La carrosserie est rouge avec des noms de sponsors écrits en blanc sur les côtés gauche et droit et elle porte le numéro 1 sur le capot de couleur blanche. Les sponsors sont Magneti Marelli, véritable fabriquant italien de batteries, d’alternateurs et de systèmes d’allumages électroniques, et Pioneer fabriquant américain d’autoradios. La carrosserie est en métal alors que le dessous de la voiture, l’aileron avant, les pneus et le flap sont en plastique de couleur noire. Il y a des rayures sur la carrosserie ce qui montre que l’objet a vécu et a été utilisé. Il n’est donc pas resté dans une boîte à être exposé comme un objet de collection.

On ne dispose pas d’année précise concernant la fabrication de l’objet. On sait qu’il fut conçu au début des années 2000, où il serait inspiré du modèle de la voiture de course de Michael Schumacher, idole sportive de cette époque. Le modèle appartient à la marque de jouets Majorette qui tient son siège social à Lyon, au Sud-Est de la France. En revanche, elle fut probablement produite, soit en Thaïlande, soit au Portugal, puisqu’à partir du milieu des années 1980 l’entreprise délocalisa sa production à l’étranger du fait que la main d’œuvre était moins chère, entrainant une production de jouets, plus ou moins de bonne qualité mais moins chers. L’objet ne contient pas l’inscription indiquant le nom du pays de fabrication. Peut-être était-il sur la boîte d’emballage, mais celle-ci n’aurait pas été conservée par le propriétaire. On ne saura probablement jamais où elle fut conçue mais elle fut produite au début des années 2000. Les quelques marques et impacts montrent que l’objet a servi lors des jeux d’enfants. L’enfant jouait ainsi, avec plusieurs voitures du même type que le model présenté, à la course automobile. Les enfants étant fascinés, admirant les pilotes, voulant sans cesse jouer et se distraire. Dès l’Antiquité, il existe des véhicules en jouets : l’iconographie des vases grecs révèle des représentations de jouets de charrettes. Dès l’entre-deux-guerres, il existe déjà des fabricants de jouets en France concevant des petites voitures en métal comme Solido, fonderie française de Nanterre pour l’automobile datant de 1919, qui se lance dans le jouet au début des années 1930, créant ainsi des voitures modélistes en zamak (alliage de zinc). Les premiers modèles sortent dès 1933. L’Allemagne nazie a aussi produit des jouets de petites voitures modélisées pour les enfants dans le cadre de propagande valorisant le régime et l’armée allemande. Quant au plastique, il est venu s’ajouter au métal à partir des années 1960. La petite voiture fait donc partie de cette histoire du jouet.

C’est un jouet ayant marqué l’enfance durant la première moitié des années 2000, puisque ce modèle rappelle la Formule 1 de marque Ferrari que Michael Schumacher, 7 fois champion du monde avec 5 victoires consécutives de 2000-2004, pilotait au sein de l’écurie Scuderia Ferrari. En effet, celui-ci fut plusieurs fois champion du monde de Formule 1 et ses victoires furent très médiatisées à cette époque dans la presse et sur les chaînes de télévisions disponibles pour le grand public, telle que TF1. Les victoires de ce pilote ont fasciné les jeunes enfants regardant la F1. Ceux-ci voulaient ainsi reproduire les courses automobiles dans leurs jeux de voitures. Cette voiture rappelle des souvenirs d’enfance où à chaque dimanche après-midi la F1 était diffusée à la télévision sur TF1. Schumacher, Coulthard, Räikkönen, Alonso, ou encore McRae s’affrontaient pour le titre de champion du monde ou d’autres titres, sur des circuits automobiles comme à Monte Carlo. Il y avait une fascination et une admiration de l’enfant envers ce sport. Beaucoup de jeunes enfants ont donc essayé de reproduire des circuits avec les moyens qu’ils disposaient, soit sur une table, soit sur un lit, soit par terre, ou bien directement sur un circuit en plastique fabriqué par les fabricants de jouets. 

Astérix 16-BIT

Grégoire Evano

L’objet en question est un jeu vidéo appelé « Astérix and the Great Rescue » sorti sur la console de jeu Sega Megadrive en novembre 1993 et fabriqué au Japon. De nos jours, la Sega Megadrive est qualifiée de console rétro car elle appartient à la première génération de consoles à être commercialisées dans le domaine vidéoludique. C’est un objet de divertissement pour enfants comme pour adultes. Il est constitué de 3 parties : La première est la jaquette plastique d’une forme rectangulaire de 20 x 12,8 cm. La deuxième est la disquette de jeu qu’il faut intégrer dans la console de jeu. Faite de plastique avec une illustration par Uderzo et Goscinny sur l’extérieur et des composants électroniques à l’intérieur. 10.7 x 7 cm. La troisième partie est le manuel d’utilisation en plusieurs langues qui présente le jeu et ses caractéristiques. Il a pour dimension 16,3 x 9,5 cm. Sur l’ensemble, malgré l’âge de l’objet, l’état de conservation est remarquable. Les quelques rayures sur le plastique de la jaquette témoignent d’une multiple utilisation.

Le personnage d’Astérix a été créé en 1959 par René Goscinny et Albert Uderzo. Avec son compère Obélix, Astérix va devenir le personnage qui a le plus marqué l’histoire de la bande dessinée. A l’heure actuelle, il y a 37 albums qui ont été réalisés. Le concept de la série a été fondé sur une satire historique en utilisant la période gauloise. Entre le burlesque et le comique, Astérix et Obélix sont à l’image des français, râleurs et bons vivants, ils mettent en avant également une critique du chauvinisme français de façon caricaturale. C’est la bande-dessinée la plus vendue dans le monde avec environ 370 millions d’albums ont été vendus dans le monde dont 130 millions dans les pays francophones. Elle a été traduite dans de 111 langues en latin ou encore en mandarin. Devant ce succès rapide et international, la série a été adaptée à travers différents formats, à la radio, en dessin-animé, film ou encore sous forme de jeu-vidéo.

Lorsque j’étais plus jeune, j’ai découvert le milieu du jeu vidéo à travers la console Sega Megadrive. La console et les différents jeux que j’avais à l’époque, et que j’ai toujours, proviennent probablement d’un membre de ma famille, un cousin sûrement. Ce jeu de plates-formes fait partie de mes premiers souvenirs vidéoludiques. Plus tard, avec les années, je me suis rendu compte que c’était l’un des jeux les plus compliqués à jouer en raison de sa difficulté.

Stylo-plume argenté

Pierre-Alexandre Lugué

Longueur sans bouchon : 12,5 cm. Longueur du bouchon : 6,8 cm. Longueur totale : 13,9 cm. Circonférence : 0,9 cm. A la base du stylo – 1,1 cm à la circonférence maximale. Matériaux: corps de l’objet en chrome, quelques parties en plastique. Il s’agit d’un objet chromé long et fin doté d’un bouchon de protection pour la plume. Une partie plastique soutenant la plume, entrant dans le stylo permet l’insertion d’une cartouche d’encre afin de pouvoir écrire du fait de l’écoulement de l’encre fluide depuis la cartouche jusqu’à la plume, en traversant la partie plastique. Ce stylo ne présente aucun décor, le chrome étant lisse, cependant nous pouvons remarquer la présence d’un symbole et d’une inscription sur la plume. Il y est écrit Waterman, et la forme est celle d’un « w » stylisé, symbole du fabriquant.

Waterman est une entreprise de fabrication de stylos-plume fondée à New-York en 1883 par Lewis Edson Waterman (1837-1901). L’histoire de l’entreprise naît d’une façon cocasse, puisque Waterman avait raté une vente importante du fait de la fuite de son stylo plume. Il invente alors un système « d’alimentation à trois rainures » (« Three Fissure Feed ») et dépose le brevet à New-York. Au départ nommée l’« Ideal Pen Company », la marque est renommée « LE WATERMAN Company » en 1888. Ce n’est qu’en 1927 que la marque s’implante en France sous la marque « JIF-WATERMAN » (Jules Isidore Fagard est le premier licencié de la marque en France d’où le JIF). Aujourd’hui Waterman fabrique des stylos en France à Saint-Herblain, Valence et Boulogne-Billancourt. Concernant le stylo-plume même, on retrace l’origine d’un premier stylo créé en 1827 par Petrache Poenaru (1799-1875), ingénieur roumain, qui ne dépose le brevet que le 12 février 1884. Cependant on s’accorde pour ne pas donner au stylo-plume d’inventeur mais pour le considérer comme une série d’évolutions progressives. On retiendra également le nom de Lewis Edson Waterman, présenté plus haut. Très important au XIXème siècle, ainsi que durant le premier XXème siècle, les années 50 sont un moment de déclin du stylo-plume face au stylo à bille, cependant il continue de se maintenir et connait même un nouveau développement. Les cartouches d’encres sont internationales, permettant une utilisation dans n’importe quel stylo, mais certaines marques utilisent des cartouches propres, ou bien d’une certaine taille uniquement (c’est le cas des stylos Waterman qui ne peuvent recevoir les cartouches longues).

J’ai choisi de présenter cet objet car le stylo-plume représente un rite de passage dans l’apprentissage scolaire. En effet, sa maniabilité plus complexe que celle d’un stylo à bille commun en fait un objet symbole d’une capacité acquise, une récompense d’un savoir-faire. Lorsque j’étais à l’école, le stylo-plume n’était autorisé que pour ceux qui savaient l’utiliser correctement, et pouvoir écrire avec était une marque de réussite. De plus l’un des premiers stylo-plumes que j’ai eu appartenait à mon père lorsqu’il était jeune, créant un lien symbolique avec l’objet.

Coquetier argenté

Yohann Vauché

Cet artefact est un coquetier datant de la fin du XXesiècle. Il mesure 5,5 cm de haut et son diamètre maximal, de 4,5 cm, se situe au niveau des lèvres. Le pied est plus étroit, pour un diamètre variant entre 1 cm à l’endroit le plus fin et 3,9 cm à sa base. Il est profond de 3,5 cm. Il est encore en bon état et pèse une centaine de grammes. Ce coquetier est fait d’inox ou d’un autre alliage métallique simple et peu onéreux. La partie supérieure de l’objet est lisse et brillante et ne présente aucun décor. Sa paroi interne est mate. Quant au pied, il affiche la même brillance que la partie supérieure mais est sobrement agrémenté de quelques motifs poinçonnés, dont le négatif se retrouve à l’intérieur du pied. 

Le coquetier est une invention ancienne ; les plus vieux exemplaires ont été retrouvés en Crète et datent de l’époque minoenne, c’est-à-dire environ 2 000 ans avant notre ère. Ils sont considérés comme des objets communs depuis le début de l’époque moderne. La facture de ce coquetier est plutôt simple, mais il s’avère bien plus durable que les modèles plus courants, souvent fabriqués en céramique peinte. Le lieu de production de celui-ci n’est pas connu puisqu’il ne dispose d’aucun marquage permettant d’indiquer son origine, bien qu’il provienne possiblement de France. Il aurait été construit au début des années 1990, au plus tard en 1993. Un coquetier est un composant des vaisselles occidentales permettant de déposer un œuf de poule afin de le manger sans qu’il risque de tomber ou de rouler. Ce coquetier a systématiquement été utilisé pour les œufs à la coque, accompagné de « mouillettes » : des petites lamelles de pain recouvertes de beurre doux et trempées dans l’œuf. Utiliser cet objet nécessite donc d’autres ustensiles, comme un ciseau à œufs, une cuillère, un couteau et/ou une assiette.

Ce coquetier est mon cadeau de naissance, survenue le 27 août 1993. Lors d’événements importants, comme des naissances ou des mariages, des pièces d’argenterie sont régulièrement offertes. Celles-ci sont parfois précieuses, se conservent toute une vie et peuvent se transmettre de génération en génération. Il est alors possible que ce coquetier, pourtant de facture modeste, m’ait été donné dans le cadre de cette tradition. Il m’a accompagné toute mon enfance et je continue de l’utiliser. Depuis 25 ans, il me rappelle donc ma famille mais aussi mon enfance. De plus, il m’a été offert par ma grand-mère, ce qui crée chez moi un attachement supplémentaire pour cet objet qui sert de vecteur de la mémoire de mes proches. Il s’agit de l’un des artefacts les plus vieux dont je dispose, aussi bien à propos de son âge absolu que concernant le temps depuis lequel il m’accompagne. 

Nos Dominos

Cécilia Vaucher

Le jeu se présente sous la forme d’une boîte rectangulaire en bois de 16,7 cm de long, 5 cm de large, 3,3 cm de haut. La partie supérieure coulisse sur toute la longueur et les quatre côtés sont fixés entre eux par des encoches et collés sur le socle. Le bois est brut sur l’ensemble de l’objet, les seules inscriptions sont peintes en vert sur l’extérieur : le couvercle porte l’inscription DOMINO suivie de la représentation d’une feuille qui est le logo d’Yves Rocher des années 1990 . La boîte contient 24 petits blocs rectangulaires de 4,1 cm, 2,2 cm de long et 1,1 cm de haut, également en bois mais entièrement peints du même vert que les inscriptions sur la boîte. Au recto est gravée la même feuille que l’on retrouve sur le couvercle, et au verso deux carrés contenant chacun 9 points blancs, représentant des chiffres. Ainsi, chacun des blocs rectangulaires comporte deux ensembles de points formant des chiffres différents, permettant de jouer par association. La manufacture de la boîte, comme des dominos est grossière car il s’agit d’un objet commercial offert par une marque.

Il s’agit d’un jeu populaire qui se joue généralement de 2 à 4 joueurs, mais il existe plusieurs variantes de règles de jeu. Les dominos sont reconnus pour être un jeu si ancien que l’on ne peut cerner précisément son origine, ni géographique, ni temporelle. Ainsi, nous pouvons retrouver plusieurs matières utilisées pour constituer les dominos. Il semblerait que ce jeu soit une modification chinoise d’un jeu de dés indien, dont les règles s’apparenterai à une variante des échecs, mais les sources restent difficiles à interpréter. Aussi, des traces sont trouvées dans l’Antiquité mais le jeu a été popularisé en Italie vers 1760, lors de la généralisation des salons et des jeux de société. Au XIXe siècle, le jeu est alors très en vogue, généralement en bois et en nacre, puis en plastique à partir de la Première Guerre Mondiale. 

Ce jeu de domino est un objet qui nous réunissait dans notre enfance, avec mes cousins et cousines. Lorsque j’étais petite, on m’a appris à y jouer pour m’occuper lors des réunions familiales et une fois devenue l’aîné de plusieurs enfants, on se réunissait tous autour des dominos, pour faire des constructions, imaginer de nouvelles manières de jouer ou se défier, en fonction des âges que nous avions et avec qui nous jouions. Ainsi, tous les enfants se retrouvaient autour de ce jeu et que l’on m’a confié, pour en avoir eu le plus de souvenirs, lors du décès de notre grande tante.