Tous les articles par Dominique Frère

Histoire contée

Depuis l’ouverture des Etats Généraux le 5 mai 1789, le mouvement révolutionnaire s’intensifie. Le début de l’été est explosif à Paris. Les députés du tiers-état font la promesse de ne jamais se quitter jusqu’à l’établissement d’une nouvelle constitution, lors du serment du Jeu de Paume le 20 juin 1789. Une contre-offensive royale, politique et militaire, vient mettre à mal la situation précaire de ces députés. Le ministre Necker est renvoyé et des troupes sont concentrées dans Paris. Vient alors  le moment pour la population parisienne de jouer son rôle dans cette période révolutionnaire.

14 juillet 1789, Paris.

10h30, prison de la Bastille.

Lieu qui incarne le despotisme, la foule se masse près de la prison de la Bastille. Une première délégation entre en négociation avec le gouverneur pour que le peuple puisse récupérer de la poudre. (Bruit de foule à l’extérieur, qui s’amasse)

  • La situation empire de jour en jour depuis que le roi nous a mandé de venir ici, s’interroge un soldat de garde dans la prison.
  • Oui, tu entends cette foule qui s’amasse ? Sait-on jamais, allons charger nos fusils et pistolets, lui rétorque Raoul Château, soldat depuis 30 ans dans l’armée royale, qui constate depuis des mois un climat d’insurrection dans la capitale.

11h30

Le gouverneur fait déployer l’étendard de la paix. Un détachement de régiment des Gardes Françaises, qui a pris fait et cause pour le peuple parisien, s’avance dans la cour de la Bastille, accompagné de bourgeois armés. Dépassant le pont-levis, la recrudescence des tensions est à son apogée. Les émeutiers sont dans la première cour, encore en-dehors de l’enceinte.

  • “Introduisez la balle dans votre pistolet, bourrez avec la tige sous le canon, versez la poudre dans le bassinet, relevez le chien avec le silex, tirez !” (Bruit de canonnade)

Accompagné d’un bruit d’explosion provenant d’un canon, Raoul Château exécute les ordres de son supérieur et, muni de son pistolet de cavalerie, tire sur la foule. Le peuple parisien, qu’il côtoie tous les jours, tente un coup de force pour pénétrer dans la Bastille. 

13h30

L’affrontement aux abords de la place de la Bastille, s’intensifie. La foule s’accroît devant la prison. Les soldats s’aperçoivent que les émeutiers sont désormais armés de pistolets, mais également de canons provenant des Invalides. À travers les cris de haine et de colère, une détonation retentit. La canonnade est tirée en direction des murs de la prison. La porte de la forteresse est touchée, elle tombe et permet aux émeutiers de pénétrer dans l’enceinte.

Cette brèche engendre le début des combats rapprochés, entre gardes royaux et insurgés. De nombreux corps viennent joncher le sol. Raoul Château tire à de multiples reprises sur la foule. C’est alors, qu’il se fait surprendre par un révolutionnaire. Ce dernier lui assène plusieurs coups de poing. Raoul arrive malgré tout à se débattre mais son arme tombe à terre, il essaye de s’enfuir. L’insurgé le rattrape, l’arme à feu dans les mains et lui donne un coup fatal avec la crosse du pistolet. Claude Carpentier, révolutionnaire de la première heure du faubourg Saint-Antoine, observe l’arme avec attention. Il décide de la garder afin de poursuivre son combat vers la liberté.

15h30

La Bastille est prise par les révolutionnaires. Les dernières négociations entre les insurgés et les forces du pouvoir, ont échoué. Les derniers soldats qui résistent encore, sont faits prisonniers. Certains insurgés se mettent à crier de joie devant la réussite de leur entreprise. D’autres, dans un moment de recueillement, viennent ramasser les corps de leurs camarades tombés pendant les affrontements. C’est à ce moment que Marie et Henri, deux amis de longue date de Claude, le retrouvent au milieu de la Bastille. Son corps est criblé de balles. Dans sa main droite, il tient le pistolet de cavalerie, comme s’il était prêt de nouveau à combattre. Ses amis décident alors d’offrir cette arme à son fils Joseph, en mémoire de la bravoure de son père, mort pour la liberté, qui au péril de sa vie a combattu de face les soldats royaux.

2 décembre 1805, Austerlitz

Joseph Carpentier, membre de l’armée révolutionnaire réorganisée par Napoléon, lance l’assaut contre les forces autrichiennes avec le pistolet de cavalerie de son père. L’arme retrouve sa fonction militaire première, celle de Raoul Château, pour la défense des intérêts de l’Etat qui désormais n’est plus la monarchie mais l’empire. 

Contexte

La mention « Manufacture de Libreville » est ce qui permet de dater précisément cet objet. Ce pistolet de cavalerie est en effet produit entre 1789 et 1792. Pendant la Révolution française, certaines communes changent de nom dans un but de déchristianisation ou de suppression des références au modèle politique précédent, la monarchie d’Ancien Régime. Dans cette logique, Charleville est renommée Libreville, du fait du préfixe « Charles », prénom royal. La manufacture d’arme suit cette évolution, d’où l’inscription de son nom révolutionnaire sur ce pistolet.

Ces années contestatrices de l’ordre établi en France et en Europe entraînent un besoin croissant d’armes. C’est dans ce contexte qu’est remodelée la conception  du pistolet conçu en 1763/66. Il est facile à fabriquer, contrairement aux modèles précédents, mais aussi plus robuste. En terme de conception, on remarque qu’il est constitué de plusieurs matériaux (bois, fer mais aussi du laiton). Son mécanisme de tir est basé sur le système de platine à silex, largement répandu au XVIIe et XVIIIsiècles. La pierre à feu, nécessaire pour créer une étincelle et enflammer la poudre de tir, dure environ 40 coups.

Deux pistolets du même modèle ont été donnés par Luigi Odorici, fondateur et premier conservateur du musée de Dinan, sachant que ce type d’arme était utilisé par paire par les cavaliers. Les pistolets appartenaient auparavant à Néel de la Vigne qui a exercé des fonctions politiques à l’époque de la Révolution française, du premier Empire puis de la Restauration. Il est indiqué que les pistolets avaient été saisis par les Révolutionnaires lors de la prise de la Bastille. Il s’agit en fait d’une légende faite pour les rattacher à un événement prestigieux, sachant que ce modèle n’existait pas encore le 14 juillet 1789.  

 

Description

Pistolet de cavalerie du modèle de 1763/66, troisième type dit “révolutionnaire”. Sa queue de culasse, marquée M 1763, permet d’identifier le modèle. L’inscription « Manufacture de Libreville » est frappée sur la platine, ce qui certifie sa fabrication entre 1789 et 1792. Le pontet est poinçonné d’un bonnet phrygien et la calotte arrondie est fixée de vis. En bois et en fer, il pèse 1,1 kg. La pierre à feu est encore présente. Une arme à feu complexe de ce type est composée de plusieurs parties : 

  • Le canon :  c’est le tube en métal servant au lancement de la balle. Il est en cette fin de XVIIIè siècle plat, rond et lisse. C’est-à-dire qu’il n’y a aucune rainure à l’intérieur du canon afin d’éviter les frottements. Le diamètre de la bouche du canon est de 15mm.
  • La baguette : celle-ci est glissée sous l’arme dans un renfoncement prévu à cet effet. Cette longue tige de fer trouve son utilité quand on sait que cette arme à feu utilise de la poudre noire pour sa mise à feu. La culasse étant fermée, la poudre et la balle se chargent par l’avant du canon. La baguette sert donc à tasser au fond du canon la poudre ainsi que la balle pour charger l’arme.
  • La culasse : partie charnière de l’arme qui fait la jointure entre le canon, la crosse et la platine, c’est la pièce qui assure l’étanchéité du mécanisme de mise à feu et donc de son bon fonctionnement. En cette fin du XVIIIè siècle elle est encore fermée et non-mobile. C’est pourquoi le chargement se fait par la bouche du canon.
  • La platine : la platine est la partie métallique sur le côté de l’arme où est fixé le mécanisme de mise à feu. Cette partie plus large contient bien souvent des inscriptions gravées.
  • La crosse : la crosse en bois, de forme incurvée est faite pour s’adapter au creux de la main des cavaliers. C’est l’extrémité de l’arme, large et ronde et renforcée par une pièce métallique. Il n’est pas rare d’apercevoir dans les œuvres de fiction, les cavaliers se servir de la crosse de leur arme pour assommer leur adversaire. Le poids du pistolet et la forme de la crosse le permettant aisément.

Musée : Dinan.

Inventaire : 1989.29.83.

Etat : bon état général ; crosse marquée de petits trous d’insecte xylophage (vrillette).

Matériaux : bois, fer, laiton, cuir et pierre. 

Dimensions :  longueur : 39,6 cm ; longueur de canon : 23 cm ; calibre de 17,1 mm.

Provenance : offert par Charles Rolland Néel de la Vigne à Luigi Odorici, premier conservateur du musée de Dinan. 

Datation : 1789-1792.

Histoire contée

Une année s’était écoulée depuis que l’orfèvre était arrivé à Dinan, lorsqu’un vieil homme vint le voir pour une commande spéciale : son fils unique allait bientôt partir en mer pour la première fois, comme lui-même l’avait fait dans sa jeunesse. Superstitieux, il croyait fermement qu’une timbale en argent avait non seulement la vertu de purifier l’eau mais aussi le pouvoir de protéger celui qui la possédait.  Il demanda donc à l’orfèvre d’en fabriquer une pour que son fils pense à  lui lors de ses lointains voyages mais surtout pour qu’il ne lui arrive pas malheur.

Touché par cette histoire, l’orfèvre se mit immédiatement au travail. Il apposa le dernier poinçon la veille du départ du fils, tard dans la nuit. Aux premières lueurs du jour, le vieil homme arriva à l’atelier. Pour l’occasion, l’orfèvre avait glissé le gobelet dans une boîte en bois.

Aussitôt le gobelet en sa possession, le vieil homme se pressa d’arriver au port de Saint-Malo. A quelques rues, il pouvait voir le mât du bateau et ses drapeaux flotter au vent. Comme il avait peur d’arriver en retard, il hâta le pas. Heureusement, son fils n’avait pas encore embarqué sur le  lorsqu’il arriva au quai. Il lui glissa dans les mains la petite boîte en bois en lui priant de l’utiliser tous les jours. Le jeune homme ouvrit la boîte et, découvrant le gobelet en argent, il le prit dans une main et l’observa silencieusement sous tous les angles. Il effleura de son pouce l’inscription gravée sur l’objet, avec son nom de famille “Porée”,  celui d’une lignée fiers armateurs et l’abréviation de son prénom “Florent” . Il remit le gobelet dans sa boîte en esquissant un sourire, serra une dernière fois son père dans ses bras en pensant avec tendresse à toutes ces superstitions de vieux marin. Lui n’y croyait pas, la lecture de Voltaire et Diderot lui ayant appris à exercer son esprit critique. 

Pourtant, dès les premiers jours du voyage, le jeune homme ne manquait pas d’utiliser consciencieusement la timbale pour se servir à boire. Non pas parce qu’il croyait en ses capacités purificatrices, mais parce qu’il tenait à ce cadeau que lui avait fait son père.

Un jour, alors qu’il allait prendre de l’eau, une vague frappa la coque du navire et le jeune homme renversa le liquide par terre. Il s’était habitué aux remous des vagues alors il ne s’inquiéta pas. Il recommençait à se verser de l’eau quand la cloche d’alerte se mit à sonner. Dans sa précipitation, il laissa le gobelet sur une caisse en bois et se précipita sur le pont. C’était le début de la tempête, arrivée un jour plus tôt que prévu. Lui et les autres membres de l’équipage se battirent pour résister à la houle et au vent qui se faisait de plus en plus fort. Pendant que tout ce petit monde était en ébullition, le gobelet fut projeté au sol et une lourde caisse de métal tomba sur le bord de son pied. Le choc le projeta de l’autre côté de la cale, au milieu des provisions.

Lorsque la tempête se fut calmée, le jeune homme se souvint de son gobelet et il partit à sa recherche. Après un long moment, il le retrouva, légèrement cabossé.

Quelques jours passèrent, et une maladie commença à se déclarer à bord. Bien qu’elle ne fût pas particulièrement agressive, elle commença à toucher de plus en plus de marins et ceux-ci étaient trop faibles pour effectuer leur travail. Alors que la maladie avait déjà atteint le tiers des membres d’équipage, le jeune homme redoubla son utilisation du gobelet.

Lorsqu’ils rentrèrent au port quelques semaines plus tard, il fut un des seuls marins à avoir été épargné par la maladie.

S’il ne se disait pas superstitieux comme son vieux père, il emportait désormais précieusement son gobelet en argent lors de ses voyages en mer. Plus seulement par nostalgie de son père, mais aussi et surtout car un peu de protection surnaturelle ne pouvait pas de mal. 

 

Contexte

La pratique de l’orfèvrerie civile est liée à celle de la frappe de la monnaie. Dans les deux cas, il s’agit de contrôler un travail autour des matériaux précieux. L’orfèvrerie produit des pièces destinées à des représentants d’une catégorie sociale élevée (noblesse, bourgeoisie, haut clergé) qui les personnalisaient en y gravant leur nom.  Il est possible de situer les foyers de production en Bretagne par la présence de nombreuses pièces d’orfèvrerie marquées de poinçons à partir du XVème siècle.  Ces derniers permettent de comprendre plus aisément le cadre dans lequel se déroule la production de l’orfèvrerie. Chacun d’entre eux a une signification bien précise et permet de contextualiser la pièce sur laquelle il est inscrit.  Ainsi, sous le pied de ce gobelet, il est possible d’observer quatre poinçons qui le marquent et le certifient. L’un d’entre eux, le poinçon de jurande, représente le corps de métier de la communauté de Dinan, un autre plus précisément le maître orfèvre Jean Joseph Falguière (un J et un F encadrant une hermine surmontée d’une fleur de lys), un troisième l’impôt à prélever (poinçon de charge) et un dernier la preuve que l’impôt a été prélevé (poinçon de décharge).  

La présence d‘orfèvres dans la ville de Dinan remonte à l’an 1539. Au début du XVIIIème siècle, il n’y a pas encore de jurande à Dinan, plusieurs orfèvres étrangers s’y installent et ce sont les orfèvres de Saint-Malo qui contrôlent ceux de Dinan, à l’image de Guillaume Hamon et René Briceau. 

Jean Joseph Falguière, l’orfèvre qui a réalisé ce gobelet, est né en 1707. A l’âge de 16 ans il obtient son brevet avant de devenir compagnon-orfèvre à Toulouse en 1729. En 1740, il peut s’installer à Dinan avec l’accord de trois maîtres orfèvres : Jean de Certainville, Jérome Prosper Mallet et Jean SagentCette même année, il devient maître orfèvre et obtient donc son poinçon portant les lettres J. et F. ainsi qu’une hermine et une fleur de lys couronnée. Par la suite en 1744, il est nommé sous-fermier de la marque, avant d’être chargé en 1746 de la mise en œuvre de la jurande à Dinan. Par ailleurs, c‘est en 1753 et pour une durée de deux années qu’il est nommé juré garde du poinçon de contremarque. Cela signifie que Jean Joseph Falguière doit gérer la communauté d’orfèvres de Dinan afin que les règles de l’orfèvrerie soient maintenues. Il meurt à Dinan en 1780.

La gravure sur le corps du gobelet nous indique l’identité de son propriétaire : Porée, qui pourrait être le nom d’une célèbre famille de négociants et armateurs de Saint-Malo. La famille Porée compte notamment Charles Porée de la Touche et Alain Porée du Breil, deux frères malouins ayant navigué ensemble et dont les actes étaient particulièrement reconnus. Tous deux étant décédés quelques années avant l’arrivée de Jean-Joseph Falguière, le gobelet  ne leur a pas appartenu. Il est toutefois possible qu’il ait été façonné pour un membre de leur famille portant sans doute le prénom de Florent. 

Le gobelet, ou timbale comme on l’appelait à l’époque, pouvait avoir de multiples usages. A cette époque, l’argent était considéré comme ayant des vertus purificatrices et une timbale de ce type pouvait représenter l’objet quotidien et indispensable d’un homme désireux de préserver sa santé en consommant une eau ou n’importe quelle autre boisson assainie  par simple contact avec le métal précieux. Propre à consommer des breuvages médicinaux, cette timbale pouvait être utilisée pour mélanger des préparations thérapeutiques. Les rayures circulaires dans le fond interne de la vasque laissent penser que son propriétaire usait d’un objet métallique à cette fin. 

Description

Gobelet à pied petit annulaire pourvu d’un filet en creux dans sa partie inférieure ; vasque haute tronconique s’évasant vers le haut, avec deux filets en creux juste en-dessous de l’embouchure ronde. Au-dessus du centre de la vasque, sont gravés les deux mots « FLO PORÉE » avec un ornement de palmette horizontale vers la droite et une flèche horizontale simple vers la gauche. Sous le pied, sont gravés 4 poinçons de contrôle, dont l’un avec les lettres J et F qui encadrent une hermine surmontée d’une fleur de lys.

Musée : Dinan.

Inventaire : 2012.01.02.

Etat : fêlure sous l’embouchure ; quelques rayures sous le pied et à l’intérieur de la vasque ; surface interne avec tâches sombres ; dessous du pied légèrement cabossé.

Matériau : argent.

Dimensions : hauteur : 6,9 cm ; diamètre embouchure : 6,8 cm ; diamètre pied : 4,2 cm.

Provenance : inconnue.

Datation : 1761-1763.

Histoire contée

À vous, qui parcourez ces allées, ces voies et ces pièces. À vous, qui respirez. À vous, qui demain périrez. Laissez-moi vous présenter l’éternité. 

            Cela fait désormais bien longtemps que je repose ici, censé protéger de mon corps de pierre une dépouille aujourd’hui oubliée. Vous ne la trouverez plus à mes côtés. Les êtres de chair pourrissent et disparaissent. Tel est le sort du vivant. Mais après tout, la pierre ne vaut guère mieux : nous nous usons certes moins vite, mais notre forme change. Celui qui m’a jadis donné cette forme aurait aujourd’hui bien du mal à reconnaître dans ce morceau de pierre l’œuvre détaillée et colorée qui  avait fait sa fierté. Mais tel est l’avenir de ce qui est et de ce qui aura été : décrépir pour peut-être renaître un jour.  

            Depuis combien de temps suis-je ? Pour la pierre, l’âge ne dicte qu’un état : naturelle, sculptée ou poussière, elle perdure. Quant à mon compagnon disparu, les siècles ont été cruels envers son souvenir. Peut-être était-il un preux chevalier, comme son pied chaussé de mailles semble l’attester. Ou alors, sans avoir jamais été combattant, était-il un noble juste et vertueux, représenté en armure comme nombre de ses pairs ? 

            Il n’y a désormais qu’une seule certitude à son sujet, et j’en suis le porteur. On a fait de moi un lion, symbole de bravoure et de sagesse, afin de porter les exploits de mon maître à travers un temps plus long que la vie d’un mortel. Et même après que son corps a disparu avec les détails de sa vie, je me tiens à ses pieds, défiant quiconque d’oublier les vertus de mon maître. 

            Alors allez, souvenez-vous de la bravoure de cet homme que j’ai gardé. Qu’elle reste en vous, vous inspire et vous guide. Car ce n’est qu’en cela que j’accomplirai ma mission. À travers l’Histoire, les contes ou la mémoire, la grandeur de mon maître survivra, deviendra vôtre et perdurera après votre mort. Peut-être alors serais-je revenu à vos côtés, sous cette forme ou une autre. 

            C’est là que réside limmortalité…

Contexte

Nous voici devant une imposante tête de lion du Moyen Âge, et plus précisément du XIVe siècle, ayant appartenu à la représentation d’un gisant en armures. On y voit encore précisément les traits du lion, dont les yeux, le nez et une bouche légèrement souriante sont encore bien visibles, de même que les détails de la crinière. Sur le côté droit de cette tête de lion se trouve un pied revêtu d’une chausse de mailles. De fait, des animaux pouvaient être représentés sur les monuments funéraires de gisants en armure, à l’image de ce lion. Demeurent encore quelques traces de peinture rouge au niveau des sangles attestant de la présence de polychromie. 

Un gisant est une sculpture funéraire représentant le défunt allongé sur le dos, les mains le long du corps ou croisées sur la poitrine. Cette représentation n’était réservée qu’à ceux qui avaient les moyens de s’offrir un tel ornement, c’est-à-dire la noblesse féodale et royale. Ils peuvent décorer des tombeaux. Les gisants étaient également utilisés pour représenter les parties du corps du défunt, tels que le coeur ou les entrailles. Ceux-ci pouvaient être séparés du corps au moment du traitement du corps, en accord avec le mos teutonicus, ou mos gallicus (« usage teuton » ou « usage gaulois »), qui consistait à séparer les os de la chair. Pour signifier la présence du coeur ou des entrailles sous le gisant, on représente alors le défunt avec un petit sachet à la main, soit posé sur le coeur pour ce dernier, soit tenu le long du corps pour les entrailles.

Les représentations animalières sur les gisants apparaissent au XIIIe siècle et peuvent comprendre le chien, le lion, l’aigle ou encore le dragon. Le lion, l’animal le plus représenté avec le chien, se retrouve aux pieds des gisants de rois de France, voire sur ceux de leurs épouses. La symbolique attachée au “roi des animaux” est plurivoque : puissance redoutable, force tranquille, justice, mort glorieuse au combat mais aussi figure paternelle. Le lion est de même symbole de la résurrection du Christ : en effet, au Moyen Âge, on pensait que les lionceaux n’ouvraient les yeux qu’au bout de trois jours parce qu’ils naissaient morts-nés, et qu’ils ne revenaient à la vie que grâce au souffle de leur mère.

La représentation des gisants en armure apparait au XIIIe siècle, dans l’ouest de la France, avant que le modèle ne se répande dans le reste de l’Europe avec un très grand succès.

Description

Tête de lion à gueule large, fermée, avec commissures en relief, museau large et aplati avec naseaux profondément creusés, pommettes en fort relief, grands yeux en amande surmontés d’un petit front plat, petites oreilles bien visibles, profondément creusées, crinière lisse, volumineuse et ondulée en léger relief par rapport au pelage de la poitrine épais et ondulé. Un pied complet, sanglé et recouvert d’une cotte de maille, est posé sur le côté droit de la tête du lion.

Musée : Dinan.

Inventaire : 2018.00.11.

Etat : bon état général, hormis la gueule et le museau altérés et surface marquée de légers impacts par endroits. Traces de rouge vif à plusieurs endroits de la sangle du pied.

Matériau : calcaire.

Dimensions : longueur : 30,5 cm ; largeur : 32,6 cm ; hauteur : 17,7 cm.

Provenance : inconnue, sans doute les Côtes-d’Armor et plus précisément le pays de Dinan.

Datation : XIVe siècle.

Histoire contée

“Bonjour, je m’appelle Caius, je vais vous expliquer ce qu’est ma vie à Rome. J’ai beaucoup voyagé pour arriver jusqu’ici, on m’a envoyé en ces lieux car je suis un saltimbanque, un joueur de cerceau. Les jeux ont circulé durant l’Antiquité au gré des déplacements de nombreuses personnes de tous horizons. Les jeux de dés, de plateau et de pions ont été diffusés grâce à la grande mobilité des militaires. Les saltimbanques et acrobates, professionnels également caractérisés par l’itinérance, contribuent à la diffusion de jeux ludiques, tels que le jonglage, les jeux d’adresse et d’équilibre, le funambulisme… Que nous soyons esclaves ou libres, nous, saltimbanques, devons faire face à de violentes critiques de notre métier. Nous sommes stigmatisés et moqués.

 

Voix off :

 

Contrairement au sport, qui a une visée normative et civique car contribuant à l’entraînement militaire, l’acrobatie explore les limites du corps avec l’ambition de les dépasser sans rechercher une plus grande vigueur, mais un moyen de subsistance. Les compétences acquises ne constituent pas une technê, à savoir une technique utile, car elles ne contribuent pas à la santé. Le fait de gagner sa vie en se produisant avec son corps est même considéré comme une forme de prostitution.”

 

Le mépris que la société nous porte est en partie partagé par tous les acteurs qui exercent des métiers de scène, mais aussi les musiciens. Notre existence n’est pas simple au sein d’une société qui porte un lourd jugement sur notre profession. Nous sommes vus comme des marginaux car nous sommes itinérants et artistes, mais à chacun de nos spectacles, il y a foule. Nous mettons notre vie en danger et le public aime voir cela, mais ne nous reconnaît pas comme des personnes de valeur.

Aujourd’hui, je dois travailler avec un jeune lion. Il a beau être apprivoisé, j’ai peur car il est imprévisible. Les gens disent que je suis vaillant et que j’aurai l’ascendant sur ce jeune lion, mais il m’effraie tout de même.

 

Voix off :

Se montrer avec des animaux sauvages est un signe de courage. L’élite montre l’étendue de ses moyens en faisant participer des animaux sauvages aux jeux de l’amphithéâtre.

 

À chaque prestation, je risque ma vie, ce qui n’a pas l’air de compter énormément aux yeux de la société romaine. Je ne suis pour eux qu’un jeune homme aux compétences étonnantes mais inutiles, qui doit les divertir.

Combien de mes camarades sont décédés ou devenus infirmes lors d’accidents, funambules tombés de leur fil, acrobates blessés par un ours ou un lion. Certains avaient moins de 15 ans… Je gagne ma vie en étant une distraction pour les autres, mais chaque jour je risque de la perdre.



Contexte

Cette pièce a été découverte à La Bouillie, près d’Erquy en Côtes d’Armor dans la première moitié du XIXe siècle. Cette statuette était fixée à un meuble (chaise, table…) dont elle représentait un élément décoratif. De tels meubles luxueux ne pouvaient appartenir qu’à une élite éminemment aisée du peuple gallo-romain des Coriosolites dont la capitale était Fanum Martis (actuellement Corseul). Sans information sur le lieu précis ni sur les circonstances de cette découverte, nous pouvons supposer qu’elle était liée à une riche villa romaine. Dans les campagnes romaines, les villas étaient des établissements agricoles composés de deux parties, une pars rustica et une pars urbana. La première, en partie peuplée d’esclaves, était consacrée aux travaux agricoles avec les bâtiments d’exploitation tandis que la seconde était réservée au maître et à sa famille. Richement décorées, les pièces de vie de la pars urbana reflétaient un mode d’existence calqué sur celui des plus riches familles romaines, avec une architecture, une décoration peinte et un ameublement directement inspirés des modèles italiens. C’est sans doute de la pars urbana d’une de ces villas que provient cette pièce décorative de meuble. 

 

Bien qu’il puisse se rapprocher d’un petit Éros avec son physique potelé et ses cheveux courts, c’est d’un jeune garçon dont il s’agit et non d’une divinité ailée. Ce n’est donc pas l’amour maîtrisant un lion qui est représenté mais bien un jeune jongleur sur le dos d’un fauve impassible. 

Dans le monde romain, et particulièrement en Gaule, les jeux de l’amphithéâtre et du Cirque étaient très prisés pour les spectacles pittoresques et violents qu’ils offraient mais aussi car ils représentaient l’adhésion à la romanité. Si les combats de gladiateurs dans l’amphithéâtre et les courses de chevaux et de chars dans le cirque sont les plus connus des jeux romains, nombre d’autres attractions étaient proposées. Et parmi celles-ci, les prouesses des jongleurs et acrobates qui accomplissaient des tours d’adresse durant les intermèdes rythmant les nombreux combats et venationes (chasses aux fauves).

Le jonglage, le funambulisme, les jeux d’adresse et d’équilibrisme, parfois avec un animal comme c’est le cas ici, sont le fait de spécialistes, libres ou serviles, qui ont une parfaite maîtrise corporelle et technique et qui se déplacent seuls ou en groupes sous la forme de petites troupes d’artistes. Très mal considérés par les Romains, c’étaient des saltimbanques en marge de la communauté civique qui offraient des spectacles ludiques où l’habileté rivalisait avec la dangerosité.  

Ainsi, ce jeune garçon qui joue au cerceau sur le dos d’un fauve. Bien sûr, ce dernier semble paisible mais il suffirait d’un rien pour qu’il sorte de sa torpeur et dévore l’impudent qui ose lui piétiner le dos. A la différence d’un gladiateur puissant et bien entraîné qui risque sa vie dans l’arène ou d’un condamné de droit commun qui mourra dévoré par les bêtes, c’est un garçon jeune et innocent qui s’expose ainsi à une mort terrible. Nous pouvons imaginer l’émotion des spectateurs à la fois ravis du spectacle d’adresse qui leur est donné et effrayés que celui-ci se termine en carnage sauvage. C’est l’importance de la prise de risque qui compte, sachant que l’omniprésence de la mort « va cependant de pair avec le faible prix de la vie d’un acrobate, souvent de statut servile et de surcroit encore très jeune. » (Véronique Dasen). 

Si l’usage du cerceau est connu dans les mondes grec, étrusque et romain, il n’est représenté dans un contexte de spectacle forain que sur une série de lampes romaines du Ier siècle après Jésus-Christ. Le petit bronze du musée de Dinan est donc une œuvre originale nous permettant d’approcher le statut qu’avaient les jeunes saltimbanques, entre admiration d’une foule enthousiaste lors des spectacles où ils risquaient leur vie et mépris pour une catégorie de professionnels au plus bas de la société. 




Description

Un jeune garçon nu, replet (chevelure ondulée, visage à expression neutre), tenant un cerceau dans chaque main (bras droit fléchi en hauteur et bras gauche baissé le long du corps, se tient debout en équilibre sur la jambe gauche sur le dos d’un lion couché (au repos mais la tête dressée, gueule fermée).

Musée : Dinan.

Inventaire : 1961.175.

Etat : bon état général.

Matériau et technique : bronze coulé à la cire perdue.

Dimensions : hauteur : 6,6 cm ; longueur : 4,5 cm. 

Provenance : La Bouillie, près d’Erquy (Côtes d’Armor 22), donnée au musée de Dinan en 1848 par M. Lesage.

Datation : première moitié du IIe siècle après Jésus-Christ.

Epoque contemporaine

1800 jusqu’à aujourd’hui

Les historiens font commencer la période contemporaine soit à la Révolution française de 1789 soit au Congrès de Vienne de 1815 qui marque la fin des guerres napoléoniennes. L’industrialisation, commencée au siècle précédent, transforme radicalement l’Europe puis une partie du monde au XIXe siècle, entraînant une urbanisation à grande échelle, le développement rapide des moyens de transport motorisés et des changements sociétaux profonds qui donnent naissance à de nouveaux courants de pensée politiques tel que le marxisme. Croissance démographique, nationalismes, révolutions politiques, colonialisme puis décolonisation, mort de masse avec la guerre industrielle et les génocides, extension de la démocratie, épisodes totalitaires, progrès de la médecine, bouleversements énergétiques, explosion des moyens de communication, du télégraphe au téléphone, de la radio à la télévision, de l’ordinateur personnel à internet, sont les aspects contrastés de deux siècles d’une période d’extraordinaire accélération de l’histoire.

Epoque moderne

1500 – 1800

Cette époque est celle des grandes découvertes et de la première mondialisation. Commençant par les expéditions maritimes et la volonté d’inventaire du monde, elle s’achève par les guerres napoléoniennes, avec les deux événements qui annoncent une nouvelle ère que sont l’indépendance des États-Unis d’Amérique en 1783 et la Révolution française quelques années plus tard. Elle peut être subdivisée en trois périodes marquées par des transformations politiques et culturelles et d’importantes découvertes scientifiques : la Renaissance, de la fin du XVe aux premières décennies du XVIIesiècle, l’avènement de l’État-nation sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV (XVIIe et début du XVIIIe siècle) et le siècle des Lumières (XVIIIe siècle).

Moyen Âge

500 – 1500

Cette période porte très mal son nom. Commençant avec la déposition du dernier empereur romain ou avec le baptême de Clovis 20 ans plus tard, elle se termine en 1453 avec la prise de Constantinople par les Turcs ou en 1492 avec l’accostage de Christophe Colomb en Amérique. Loin d’être un âge obscur entre l’Antiquité et la Renaissance qui auraient tout inventé, cette longue période d’un millénaire représente le ferment de notre monde actuel, avec la naissance de nos États européens et des Universités, l’affirmation d’une pensée riche et diversifiée, des innovations techniques fondamentales concernant l’architecture, l’agriculture et l’élevage, la métallurgie, la céramique et le verre, le textile et même celle de l’imprimerie qui est l’aboutissement direct du développement de la culture et des humanités.