Tous les articles par Dominique Frère

Histoire contée

Je ne sais plus exactement quelle année je fus frappée, sans doute vers 1340. En tout cas je me souviens que c’était à Brest même. Je suis en Bretagne l’héritière d’une très longue tradition, une histoire de l’instrument monétaire de plusieurs milliers d’années. 

En effet, pendant ce que les archéologues d’aujourd’hui appellent l’âge du Bronze, et plus précisément à l’extrême fin de cette époque, l’Armorique est une terre de fabrication de petites haches à douilles, faites d’un alliage de cuivre, d’étain et de plomb, qui sont en fait des outils paléomonétaires rappelant le numéraire chinois de la même époque.

Les premières pièces armoricaines sont datées de la période suivante, l’âge du Fer, et font parties des plus belles réalisations de l’art gaulois, donnant vie à l’imaginaire celtique telle que les pièces des Osismes ou des Vénètes. La conquête romaine entraîne la disparition de ce symbole de souveraineté avec une brève résurgence des ateliers locaux lors de la crise des années 270 ap. J.-C et l’autonomie des Empereurs Gaulois.

Lors de la dynastie mérovingienne, naissent les officines de Rennes, Nantes et Vannes qui émettent des trientes d’orpâle qui vont circuler dans tout le regnum Francorum. Par la suite Charlemagne apporte une nouveauté décisive, avec la création du denier. Peu à peu, la légende et l’aloi dégénèrent et vers l’an mil, un duc audacieux remplace une formule devenue obsolète, GRATIA DEI REX, par DUX BRITANNIE que l’on voit donc apparaître sur la légende de notre monnaie. Le duc Alain II (1008-1040) fait sortir la monnaie ducale de l’anonymat et tous les princes bretons monnayent par la suite sans interruption jusqu’au XVe siècle et prennent l’initiative de s’affranchir peu à peu de la tutelle du roi de France.

J’ai été utilisée à une époque où les événements politiques et militaires se sont accélérés, lors de la guerre de succession de Bretagne (1341-1364) et sous les Montfort (1361-1491). J’étais alors bien plus qu’une simple pièce de monnaie, mais un vrai symbole de souveraineté, portant fièrement les hermines du duché.

contexte

Cette pièce est un denier à la croix longue de Brest (et non Saint-Brieuc comme c’est écrit partout par erreur) de Jean III (1312-1341). Sur l’avers est inscrit IOHANNES DUX précédé d’une croix. Cette légende entoure le centre, composé du blason du duché de Bretagne, un écu de plain d’hermine. Sur le revers est inscrit BRITTANIE précédé d’une croix, la légende entoure quant à elle un centre composé d’une croix longue latine  avec une lettre B dans le quart droit de la croix. 

Ce denier représente donc un témoignage du règne de Jean III de Bretagne dit Jean le Bon, duc de Bretagne du 27 août 1312 au 30 avril 1341. Ce duc a changé en 1316 les armes ducales, passant de l’échiqueté d’or et d’azur à la bordure de gueules, au franc-quartier d’hermine brochant, un blason dérivé de celui des Dreux. Cette modification est un tournant politique puisque les armes dérivées d’une famille capétienne, proche du roi de France, sont changées pour des armes plaines. Ce type d’armes est très prestigieux puisque rare et se hisse au même niveau de prestige que le plain de lys du roi de France. Cette action de Jean III est un coup de génie politique.

La pièce s’inscrit dans cette histoire, frappée dans un contexte où le duc de Bretagne (ici Jean III dit « le Bon »), descendant d’une famille capétienne (de Dreux), à la volonté de s’émanciper de la suzeraineté du roi de France et des origines françaises de sa famille en modifiant les armes ducales.  Il est donc possible que cette monnaie prenne le relais du denier au champ écartelé. Il en existe 6 variétés différentes signalées par Yves Jézéquel, toutes de l’atelier brestois, ce qui laisse supposer une émission assez longue. Il faut y voir une monnaie de la fin du règne de Jean III, voire de celui de Jean de Montfort (demi-frère de Jean III). En l’état actuel des connaissances, rien ne permet d’attribuer, définitivement ce type à Jean III. Au mieux peut-on noter sa parenté avec les deniers voisins de Charles de Blois et Jean IV, ce qui plaide pour une datation basse.

Description

Pièce à l’alliage non encore déterminé, d’un diamètre de 18 mm :

  • sur l’avers, † IOHANNES DUX ; au centre, écu avec quatre mouchetures d’hermines.
  • sur le revers,

    † BRITTANIE ; au centre, croix longue qui barre la légende avec la lettre B dans le quart haut droit de la croix.

Inventaire : 1965.135.

Etat : surface altérée.

Matériau : billon ?

Provenance : inconnue.

Datation : 1312-1341.

Histoire contée

7ème campagne de pêche. Nouveau jour de brume.

Avec Gaston, on remontait les bulots qui serviront d’appâts le lendemain pour les gars partant pêcher la morue en doris.

Grosse prise, un drôle de coquillage. Un mollusque rougeâtre, pas très beau, mais une belle coque avec comme des épines. On pourra le manger en rentrant, Jehan le cuisinier en fera un bouillon.

La mer et le ciel grondent, on dirait qu’ils se mélangent. Le bâtiment tangue et craque. On attend que la tempête passe et que le jour arrive. Quelque chose roule et s’arrête contre mon pied : le coquillage. Je casse la pointe en la cognant sèchement contre le montant de ma paillasse.

Maintenant on l’emporte avec nous dans le doris quand on va chercher les appâts. Il roule sur le fond, ses pointes cassent.

Un hiver, entre deux campagnes, j’ai soigneusement façonné une embouchure en cuivre, je l’ai ajustée à l’extrémité du coquillage en utilisant de la poix, un goudron végétal qui fait une très belle colle. Désormais, le son est superbe, comme celui des les vieux qui fermaient les processions quand j’étais gamin.

Une fois, ça nous a permis de retrouver la goélette, on était perdus à cause de la brume, arrivée comme ça en un rien de temps. Trempés,  harassés, déboussolés. Nous n’avions plus aucun repère dans cette purée épaisse de pois et on a soufflé à tour de rôle dans la conque : plusieurs coups longs d’un son puissant et rêche qui raclait la brume. Puis le silence lourd et angoissant. Et enfin, au loin mais distinct, une autre corne qui répond et nous appelle pour nous guider et nous faire échapper à la mort grise, froide et humide. 

Et puis une fois, pour la fête de la mer à Dinan, mon fils Ernest a défilé en tête de cortège avec cette corne de brume ramenée du fond de la mer. Quelques semaines plus tard, ils prenaient la mer tous les deux.

Cette conque en a connu des campagnes à Terre-Neuve, des marins-pêcheurs, des processions, des tempêtes, des tonnes de morue salée, des cérémonies, des chants des gens de mer, des heures d’angoisse, des premiers départs, des fêtes, des retrouvailles, des derniers départs.

C’est sûr, elle nous a accompagnés et protégés.

Contexte

Cet objet appartenait à un terre-neuva, un marin-pêcheur qui allait pêcher la morue au large de l’île Terre-Neuve et la région canadienne du Labrador. Cette pêche a lieu du XVIe siècle au XXe siècle. Le navire emblématique de cette pêche est le trois-mâts goélette, qui embarquaient jusqu’à 60 hommes, dont des mousses âgés de 12 ans pour les plus jeunes. Ce type de bateau mettait, suivant les conditions météorologiques, entre 20 à 45 jours pour atteindre les côtes de Terre-Neuve. Ces grands navires transportaient de plus petites embarcations, pour que les hommes aillent pêcher le poisson et les appâts. Il s’agit d’abord de chaloupes, puis des doris qui se généralisent à la fin du XIXe siècle. Le doris est une embarcation légère à fond plat, d’une longueur de 5 à 6 mètres. Il peut s’emboiter aux autres doris pour gagner en espace sur le pont du navire ou sur le campement à terre. En effet, il existe deux techniques de pêche à la morue :

  • La première est la pêche errante, dite pêche à la morue verte. Les navires partaient pour une saison de pêche de 5 à 9 mois. Une fois le navire arrivé sur les bancs, les doris étaient mis à la mer avec deux hommes d’équipage. Ils pêchaient toute la journée à la ligne dérivante. Une fois rapportée au bateau, la morue était ouverte, lavée, salée et empilée. Le poisson était alors appelé « morue verte » et stocké sur le bateau.
  • La pêche à la morue sèche est une technique bien différente. Une fois sur place, l’équipage mouillait dans un havre de Terre-Neuve et construisait des baraquements à terre pour stocker, préparer et sécher le poisson. D’autres baraquements abritaient les hommes.

En Bretagne, les ports de Saint-Malo, Saint-Brieuc et Paimpol sont des ports de forte activité morutière, en concurrence avec les ports normands de Granville et Fécamp.

Cette conque, conservée au fil des années, a peut-être été réalisée par un terre-neuva lors d’un moment libre entre deux tâches et l’aura accompagné toute sa vie professionnelle. Face à la rudesse de la vie en mer et la peur, les marins ont développé de nombreuses superstitions. L’usage d’un grand et noble coquillage était-il un moyen de montrer son respect pour la mer et de s’attirer sa bienveillance ? 

Description

Grand coquillage de couleur crème strié de nervures et présentant dix-huit pointes s’enroulant en spirale autour de son apex. Intérieur lisse et brillant, rose en son cœur et blanc aux bords. Embouchure en cuivre fixée à l’apex (l’extrémité de la coquille qui a été coupée) à l’aide d’une résine végétale.

Inventaire : 1963.87.

Etat : bon état général ; excroissances brisées à leur extrémité. 

Matériau : coquille de strombe géant ; cuivre ; résine végétale.

Dimensions : longueur : 23,6 cm ; largeur : 23,1 cm ; hauteur : 14,5 cm.

Provenance : inconnue.

Datation : fin XIXe, premier tiers XXe siècle.

Histoire contée

Scène 1 (commande) 

(Bruit de sonnette)

            Bien le bonjour ! Je suis François, le bourgeois, je viens vous commander un bel imprimé qui servira à l’éducation du bas peuple.

 

Scène 2 (Roger le Noyer) 

(Bruit de feuille nature)

            Salutations bande de trouffions !

Je suis Roger le noyer. L’autre jour, j’me suis fait couper. Je pensais qu’on finirait par me transformer en un magnifique objet, qui serait destiné à éduquer les plus fortunés. Un beau livre destiné à être lu au coin d’une cheminée. Malheureusement mon issue n’est pas celle espérée. Mon destin était scellé : j’ instruirai le peuple des campagnes reculées et des fils d’ouvriers.

 

Scène 3 (retour à l’atelier) 

(Bruit de la fabrique)

Viens par ici bon à rien que je te montre les ficelles du métier de graveur imprimeur avant que messieurs Leffas & Pierret ne renvoient ta trogne dans les prisons de Nantes. Tu vois cette planche de bois ? C’est du noyer. Son principal avantage c’est que c’est un bois mi-lourd mi-dur qui se prête bien à la gravure. Le bourgeois de ce matin nous a commandé l’histoire de Damon et Henriette. C’est une histoire d’amour tragique. Le bon Damon veut épouser Henriette mais le père de la pucelle préfère l’envoyer au couvent, histoire de pas payer la dot et de transférer son héritage intact à son seul fils. Bref le bougre envoie la petite chez les bonnes sœurs. Le Damon, lui, est envoyé à la guerre où l’on pense qu’il est mort. Heureusement pour les tourtereaux, le grand-frère de la demoiselle meurt et le père veut de nouveau la marier, Damon revient de la guerre comme de parmi les morts, il retrouve la petite dans un couvent et à l’annonce de son arrivée, la petite, folle de bonheur, s’écroule parmi les sœurs. C’est la dernière scène qu’on doit graver pour qu’elle soit ensuite diffusée, entourée des texte racontant l’histoire des deux amants.

Alors tu vois, pour graver le bois, il faut que je mette le texte et l’image à l’envers. Quand la planche est gravée on l’appelle une matrice. Pour imprimer l’image contre du velin on met de l’encre sur la matrice, et à l’aide de la presse à bras on colle les deux pendant un moment et paf, l’image se remet à l’endroit. Tu me suis ? Oui ? Et bien parfait l’apprenti. Va donc nous chercher un godet histoire de fêter que tu vas apprendre à te servir de tes dix doigts autrement que pour te curer le nez !

 

Scène 4 (A la campagne)

(Clocher et bruit d’animaux en fond)

– Vot’ père ! Qu’est qu’y a d’écrit autoureuh d’l’image ? Voulez bien nous l’lire ? Y a qu’vous qui sait dans l’bourgade !

– Et bien mes enfants pourquoi pas. Mais il va d’abord falloir me promettre d’assister à la messe avec plus d’assiduité. Car je vous vois quitter, de plus en plus les bancs dominicaux que pour n’assister qu’aux enterrements et baptêmes.

Et bien voilà :

« Jeunesse trop coquette,

Ecoutez la leçon,

Que vous font Henriette

Et son amant Damon :

Vous verrez leurs malheurs ;

Vaincus par leur constance ;

Et leurs sensibles cœurs

Méritent récompense.

            Henriette était fille

D’un Baron de renom

D’ancienne famille

Etait le beau Damon… »

– Et voilà !!! Encore une histoire de gens fortuné ! Y en a que pour les barons, seigneurs et autres rois ! A croire que la tête du bon Louis ne leurs a pas suffi !! Moi je vous le dis il faut rebrûler les châteaux, comme à la bonne époque. N’y aura pas que les bourgeois qu’ont le droit à s’attaquer aux gardes suisses pour libérer les embastillés ! Ils vous bourrent le crâne mes frères !!! Seule la République est bonne pour tous les hommes !! Nos frères à Paris ont fait tomber l’aberration qu’était le retour à la monarchie. En début d’année, le 24 février 1848, ils ont réussi à faire abdiquer Louis-Phillipe. Le 25, ils proclamaient la Seconde République. Dés l’arrivée de l’hiver il vous faudra, pour la première fois de l’histoire, voter. Elire celui qui sera le nouveau président de France. Mes amis voilà la démocratie, le moment pour vous de faire entendre vos voix ! Qui pourra enfin faire la grandeur de notre pays ?

 

Scène5 (Clap de fin)

(Narrateur à la façon d’un journaliste)

Le 11 décembre 1848, Louis Napoléon Bonaparte, est élu président de la Seconde République au suffrage universel masculin grâce à son patronyme. Les gens des campagnes, en effet, croient au retour de Napoléon Ier. Il se fera proclamer empereur dès le 2 décembre 1852.

Contexte

C’est une imprimerie vosgienne qui crée une imagerie qualifiée « d’Epinal » à l’époque de la révolution française. Le succès est tel que c’est tout un univers d’images simples, souvent naïves, délivrant un message moral, politique ou religieux, qui devient une véritable culture populaire au XIXe siècle. Si les images connaissent un succès phénoménal au XIXe siècle c’est parce que la population pauvre, souvent illettrée, connait une « boulimie du regard ». L’Histoire de Damon et Henriette rencontre beaucoup de succès en Bretagne. Relayée par les chants populaires, elle illustre un amour vrai et constant, sans cupidité et empli de piété. Le texte qui entoure l’image sur les estampes indique le destinataire de ce discours : « la jeunesse ». La production iconographique est donc une forme d’éducation populaire, destinée à un public analphabète et rural, et vise à diffuser la culture catholique comme l’atteste l’inscription « INRI » qui est l’abréviation de « Jésus le Nazaréen roi des Juifs ». 

La technique de la xylographie (gravure dans une planche de bois), permet d’imprimer un ouvrage ou un périodique comportant plusieurs images colorées à un prix raisonnable. L’atelier des éditions Pierret de Rennes adopte ce dispositif technique à partir de 1824 mais disparaît en 1877, ne s’étant pas modernisé suite au développement de la lithographie qui a révolutionné l’imprimerie. 

 

Description

Planche en bois de poirier au revers lisse et à l’avers gravé en haut-relief (xylogravure) d’une scène composée de 11 personnes évoluant dans un décor architectural gothique composé de hautes et fines colonnes  sur lesquelles reposent des voutes sur croisée d’ogive, d’une grande fenêtre ogivale  au verre plombé surmonté d’une grande rosace, de murs en appareil épais et d’un dallage de grands carreaux carrés. A droite de la fenêtre, entre deux lances croisées et au-dessus d’une grande couronne végétale, court une inscription de quatre lettres en écriture inversée : « INRI ».

Un muret sculpté avec deux colonnes à ses extrémités sépare le cloître de la grande salle de réception. Dans le cloître, à gauche du muret, se tiennent 10 femmes portant un grand voile qui descend dans leur dos, vêtues d’une grande robe resserrée à la taille par une simple ceinture de corde. 7 femmes debout sont spectatrices à l’arrière-plan, deux autres, agenouillées au premier plan, se tiennent l’une derrière l’autre, la première semblant s’appuyer sur la seconde qui se tient derrière elle. Enfin, la première femme, à la tête du groupe, se tient debout de profil vers la droite, la main gauche levée en signe de salut et la main droite posée sur le muret. Elle s’adresse à jeune-homme de haute stature qui se tient debout vers elle, de trois-quart profil vers la gauche, de l’autre côté du muret. Les cheveux mi-longs, raides, soigneusement coiffés, vêtu de chausses à la poulaine, d’un collant, d’une tunique courte resserrée à la taille et d’un manteau sur les épaules, celui-ci porte son chapeau de la main droite baissée et porte la main gauche ouverte à hauteur de la poitrine. La tête légèrement fléchie vers elle, il semble s’adresser à la femme postée devant lui. 

Au-dessus du décor figuré court une inscription en écriture inversée en typographie antique : « HISTOIRE DE DAMON ET HENRIETTE ». 

Inventaire : 1986.01.07.

Etat : bon état général mais quelques altérations de surface et petits trous d’insecte xylophage (vrillette). Des fragments de feuille imprimée de papier bleu sont encore collés sur le revers noirci d’encre. 

Matériau : bois de poirier.

Dimensions : longueur : 45,1 cm ; largeur : 32,65 cm ; épaisseur : 2,1 cm.

Provenance : inconnue. 

Datation : années 1870. 

 

Histoire contée

Depuis l’ouverture des Etats Généraux le 5 mai 1789, le mouvement révolutionnaire s’intensifie. Le début de l’été est explosif à Paris. Les députés du tiers-état font la promesse de ne jamais se quitter jusqu’à l’établissement d’une nouvelle constitution, lors du serment du Jeu de Paume le 20 juin 1789. Une contre-offensive royale, politique et militaire, vient mettre à mal la situation précaire de ces députés. Le ministre Necker est renvoyé et des troupes sont concentrées dans Paris. Vient alors  le moment pour la population parisienne de jouer son rôle dans cette période révolutionnaire.

14 juillet 1789, Paris.

10h30, prison de la Bastille.

Lieu qui incarne le despotisme, la foule se masse près de la prison de la Bastille. Une première délégation entre en négociation avec le gouverneur pour que le peuple puisse récupérer de la poudre. (Bruit de foule à l’extérieur, qui s’amasse)

  • La situation empire de jour en jour depuis que le roi nous a mandé de venir ici, s’interroge un soldat de garde dans la prison.
  • Oui, tu entends cette foule qui s’amasse ? Sait-on jamais, allons charger nos fusils et pistolets, lui rétorque Raoul Château, soldat depuis 30 ans dans l’armée royale, qui constate depuis des mois un climat d’insurrection dans la capitale.

11h30

Le gouverneur fait déployer l’étendard de la paix. Un détachement de régiment des Gardes Françaises, qui a pris fait et cause pour le peuple parisien, s’avance dans la cour de la Bastille, accompagné de bourgeois armés. Dépassant le pont-levis, la recrudescence des tensions est à son apogée. Les émeutiers sont dans la première cour, encore en-dehors de l’enceinte.

  • « Introduisez la balle dans votre pistolet, bourrez avec la tige sous le canon, versez la poudre dans le bassinet, relevez le chien avec le silex, tirez ! » (Bruit de canonnade)

Accompagné d’un bruit d’explosion provenant d’un canon, Raoul Château exécute les ordres de son supérieur et, muni de son pistolet de cavalerie, tire sur la foule. Le peuple parisien, qu’il côtoie tous les jours, tente un coup de force pour pénétrer dans la Bastille. 

13h30

L’affrontement aux abords de la place de la Bastille, s’intensifie. La foule s’accroît devant la prison. Les soldats s’aperçoivent que les émeutiers sont désormais armés de pistolets, mais également de canons provenant des Invalides. À travers les cris de haine et de colère, une détonation retentit. La canonnade est tirée en direction des murs de la prison. La porte de la forteresse est touchée, elle tombe et permet aux émeutiers de pénétrer dans l’enceinte.

Cette brèche engendre le début des combats rapprochés, entre gardes royaux et insurgés. De nombreux corps viennent joncher le sol. Raoul Château tire à de multiples reprises sur la foule. C’est alors, qu’il se fait surprendre par un révolutionnaire. Ce dernier lui assène plusieurs coups de poing. Raoul arrive malgré tout à se débattre mais son arme tombe à terre, il essaye de s’enfuir. L’insurgé le rattrape, l’arme à feu dans les mains et lui donne un coup fatal avec la crosse du pistolet. Claude Carpentier, révolutionnaire de la première heure du faubourg Saint-Antoine, observe l’arme avec attention. Il décide de la garder afin de poursuivre son combat vers la liberté.

15h30

La Bastille est prise par les révolutionnaires. Les dernières négociations entre les insurgés et les forces du pouvoir, ont échoué. Les derniers soldats qui résistent encore, sont faits prisonniers. Certains insurgés se mettent à crier de joie devant la réussite de leur entreprise. D’autres, dans un moment de recueillement, viennent ramasser les corps de leurs camarades tombés pendant les affrontements. C’est à ce moment que Marie et Henri, deux amis de longue date de Claude, le retrouvent au milieu de la Bastille. Son corps est criblé de balles. Dans sa main droite, il tient le pistolet de cavalerie, comme s’il était prêt de nouveau à combattre. Ses amis décident alors d’offrir cette arme à son fils Joseph, en mémoire de la bravoure de son père, mort pour la liberté, qui au péril de sa vie a combattu de face les soldats royaux.

2 décembre 1805, Austerlitz

Joseph Carpentier, membre de l’armée révolutionnaire réorganisée par Napoléon, lance l’assaut contre les forces autrichiennes avec le pistolet de cavalerie de son père. L’arme retrouve sa fonction militaire première, celle de Raoul Château, pour la défense des intérêts de l’Etat qui désormais n’est plus la monarchie mais l’empire. 

Contexte

La mention « Manufacture de Libreville » est ce qui permet de dater précisément cet objet. Ce pistolet de cavalerie est en effet produit entre 1789 et 1792. Pendant la Révolution française, certaines communes changent de nom dans un but de déchristianisation ou de suppression des références au modèle politique précédent, la monarchie d’Ancien Régime. Dans cette logique, Charleville est renommée Libreville, du fait du préfixe « Charles », prénom royal. La manufacture d’arme suit cette évolution, d’où l’inscription de son nom révolutionnaire sur ce pistolet.

Ces années contestatrices de l’ordre établi en France et en Europe entraînent un besoin croissant d’armes. C’est dans ce contexte qu’est remodelée la conception  du pistolet conçu en 1763/66. Il est facile à fabriquer, contrairement aux modèles précédents, mais aussi plus robuste. En terme de conception, on remarque qu’il est constitué de plusieurs matériaux (bois, fer mais aussi du laiton). Son mécanisme de tir est basé sur le système de platine à silex, largement répandu au XVIIe et XVIIIsiècles. La pierre à feu, nécessaire pour créer une étincelle et enflammer la poudre de tir, dure environ 40 coups.

Deux pistolets du même modèle ont été donnés par Luigi Odorici, fondateur et premier conservateur du musée de Dinan, sachant que ce type d’arme était utilisé par paire par les cavaliers. Les pistolets appartenaient auparavant à Néel de la Vigne qui a exercé des fonctions politiques à l’époque de la Révolution française, du premier Empire puis de la Restauration. Il est indiqué que les pistolets avaient été saisis par les Révolutionnaires lors de la prise de la Bastille. Il s’agit en fait d’une légende faite pour les rattacher à un événement prestigieux, sachant que ce modèle n’existait pas encore le 14 juillet 1789.  

 

Description

Pistolet de cavalerie du modèle de 1763/66, troisième type dit « révolutionnaire ». Sa queue de culasse, marquée M 1763, permet d’identifier le modèle. L’inscription « Manufacture de Libreville » est frappée sur la platine, ce qui certifie sa fabrication entre 1789 et 1792. Le pontet est poinçonné d’un bonnet phrygien et la calotte arrondie est fixée de vis. En bois et en fer, il pèse 1,1 kg. La pierre à feu est encore présente. Une arme à feu complexe de ce type est composée de plusieurs parties : 

  • Le canon :  c’est le tube en métal servant au lancement de la balle. Il est en cette fin de XVIIIè siècle plat, rond et lisse. C’est-à-dire qu’il n’y a aucune rainure à l’intérieur du canon afin d’éviter les frottements. Le diamètre de la bouche du canon est de 15mm.
  • La baguette : celle-ci est glissée sous l’arme dans un renfoncement prévu à cet effet. Cette longue tige de fer trouve son utilité quand on sait que cette arme à feu utilise de la poudre noire pour sa mise à feu. La culasse étant fermée, la poudre et la balle se chargent par l’avant du canon. La baguette sert donc à tasser au fond du canon la poudre ainsi que la balle pour charger l’arme.
  • La culasse : partie charnière de l’arme qui fait la jointure entre le canon, la crosse et la platine, c’est la pièce qui assure l’étanchéité du mécanisme de mise à feu et donc de son bon fonctionnement. En cette fin du XVIIIè siècle elle est encore fermée et non-mobile. C’est pourquoi le chargement se fait par la bouche du canon.
  • La platine : la platine est la partie métallique sur le côté de l’arme où est fixé le mécanisme de mise à feu. Cette partie plus large contient bien souvent des inscriptions gravées.
  • La crosse : la crosse en bois, de forme incurvée est faite pour s’adapter au creux de la main des cavaliers. C’est l’extrémité de l’arme, large et ronde et renforcée par une pièce métallique. Il n’est pas rare d’apercevoir dans les œuvres de fiction, les cavaliers se servir de la crosse de leur arme pour assommer leur adversaire. Le poids du pistolet et la forme de la crosse le permettant aisément.

Inventaire : 1989.29.83.

Etat : bon état général ; crosse marquée de petits trous d’insecte xylophage (vrillette).

Matériaux : bois, fer, laiton, cuir et pierre. 

Dimensions :  longueur : 39,6 cm ; longueur de canon : 23 cm ; calibre de 17,1 mm.

Provenance : offert par Charles Rolland Néel de la Vigne à Luigi Odorici, premier conservateur du musée de Dinan. 

Datation : 1789-1792.

Histoire contée

Une année s’était écoulée depuis que l’orfèvre était arrivé à Dinan, lorsqu’un vieil homme vint le voir pour une commande spéciale : son fils unique allait bientôt partir en mer pour la première fois, comme lui-même l’avait fait dans sa jeunesse. Superstitieux, il croyait fermement qu’une timbale en argent avait non seulement la vertu de purifier l’eau mais aussi le pouvoir de protéger celui qui la possédait.  Il demanda donc à l’orfèvre d’en fabriquer une pour que son fils pense à  lui lors de ses lointains voyages mais surtout pour qu’il ne lui arrive pas malheur.

Touché par cette histoire, l’orfèvre se mit immédiatement au travail. Il apposa le dernier poinçon la veille du départ du fils, tard dans la nuit. Aux premières lueurs du jour, le vieil homme arriva à l’atelier. Pour l’occasion, l’orfèvre avait glissé le gobelet dans une boîte en bois.

Aussitôt le gobelet en sa possession, le vieil homme se pressa d’arriver au port de Saint-Malo. A quelques rues, il pouvait voir le mât du bateau et ses drapeaux flotter au vent. Comme il avait peur d’arriver en retard, il hâta le pas. Heureusement, son fils n’avait pas encore embarqué sur le  lorsqu’il arriva au quai. Il lui glissa dans les mains la petite boîte en bois en lui priant de l’utiliser tous les jours. Le jeune homme ouvrit la boîte et, découvrant le gobelet en argent, il le prit dans une main et l’observa silencieusement sous tous les angles. Il effleura de son pouce l’inscription gravée sur l’objet, avec son nom de famille « Porée »,  celui d’une lignée fiers armateurs et l’abréviation de son prénom « Florent » . Il remit le gobelet dans sa boîte en esquissant un sourire, serra une dernière fois son père dans ses bras en pensant avec tendresse à toutes ces superstitions de vieux marin. Lui n’y croyait pas, la lecture de Voltaire et Diderot lui ayant appris à exercer son esprit critique. 

Pourtant, dès les premiers jours du voyage, le jeune homme ne manquait pas d’utiliser consciencieusement la timbale pour se servir à boire. Non pas parce qu’il croyait en ses capacités purificatrices, mais parce qu’il tenait à ce cadeau que lui avait fait son père.

Un jour, alors qu’il allait prendre de l’eau, une vague frappa la coque du navire et le jeune homme renversa le liquide par terre. Il s’était habitué aux remous des vagues alors il ne s’inquiéta pas. Il recommençait à se verser de l’eau quand la cloche d’alerte se mit à sonner. Dans sa précipitation, il laissa le gobelet sur une caisse en bois et se précipita sur le pont. C’était le début de la tempête, arrivée un jour plus tôt que prévu. Lui et les autres membres de l’équipage se battirent pour résister à la houle et au vent qui se faisait de plus en plus fort. Pendant que tout ce petit monde était en ébullition, le gobelet fut projeté au sol et une lourde caisse de métal tomba sur le bord de son pied. Le choc le projeta de l’autre côté de la cale, au milieu des provisions.

Lorsque la tempête se fut calmée, le jeune homme se souvint de son gobelet et il partit à sa recherche. Après un long moment, il le retrouva, légèrement cabossé.

Quelques jours passèrent, et une maladie commença à se déclarer à bord. Bien qu’elle ne fût pas particulièrement agressive, elle commença à toucher de plus en plus de marins et ceux-ci étaient trop faibles pour effectuer leur travail. Alors que la maladie avait déjà atteint le tiers des membres d’équipage, le jeune homme redoubla son utilisation du gobelet.

Lorsqu’ils rentrèrent au port quelques semaines plus tard, il fut un des seuls marins à avoir été épargné par la maladie.

S’il ne se disait pas superstitieux comme son vieux père, il emportait désormais précieusement son gobelet en argent lors de ses voyages en mer. Plus seulement par nostalgie de son père, mais aussi et surtout car un peu de protection surnaturelle ne pouvait pas de mal. 

 

Contexte

La pratique de l’orfèvrerie civile est liée à celle de la frappe de la monnaie. Dans les deux cas, il s’agit de contrôler un travail autour des matériaux précieux. L’orfèvrerie produit des pièces destinées à des représentants d’une catégorie sociale élevée (noblesse, bourgeoisie, haut clergé) qui les personnalisaient en y gravant leur nom.  Il est possible de situer les foyers de production en Bretagne par la présence de nombreuses pièces d’orfèvrerie marquées de poinçons à partir du XVème siècle.  Ces derniers permettent de comprendre plus aisément le cadre dans lequel se déroule la production de l’orfèvrerie. Chacun d’entre eux a une signification bien précise et permet de contextualiser la pièce sur laquelle il est inscrit.  Ainsi, sous le pied de ce gobelet, il est possible d’observer quatre poinçons qui le marquent et le certifient. L’un d’entre eux, le poinçon de jurande, représente le corps de métier de la communauté de Dinan, un autre plus précisément le maître orfèvre Jean Joseph Falguière (un J et un F encadrant une hermine surmontée d’une fleur de lys), un troisième l’impôt à prélever (poinçon de charge) et un dernier la preuve que l’impôt a été prélevé (poinçon de décharge).  

La présence d‘orfèvres dans la ville de Dinan remonte à l’an 1539. Au début du XVIIIème siècle, il n’y a pas encore de jurande à Dinan, plusieurs orfèvres étrangers s’y installent et ce sont les orfèvres de Saint-Malo qui contrôlent ceux de Dinan, à l’image de Guillaume Hamon et René Briceau. 

Jean Joseph Falguière, l’orfèvre qui a réalisé ce gobelet, est né en 1707. A l’âge de 16 ans il obtient son brevet avant de devenir compagnon-orfèvre à Toulouse en 1729. En 1740, il peut s’installer à Dinan avec l’accord de trois maîtres orfèvres : Jean de Certainville, Jérome Prosper Mallet et Jean SagentCette même année, il devient maître orfèvre et obtient donc son poinçon portant les lettres J. et F. ainsi qu’une hermine et une fleur de lys couronnée. Par la suite en 1744, il est nommé sous-fermier de la marque, avant d’être chargé en 1746 de la mise en œuvre de la jurande à Dinan. Par ailleurs, c‘est en 1753 et pour une durée de deux années qu’il est nommé juré garde du poinçon de contremarque. Cela signifie que Jean Joseph Falguière doit gérer la communauté d’orfèvres de Dinan afin que les règles de l’orfèvrerie soient maintenues. Il meurt à Dinan en 1780.

La gravure sur le corps du gobelet nous indique l’identité de son propriétaire : Porée, qui pourrait être le nom d’une célèbre famille de négociants et armateurs de Saint-Malo. La famille Porée compte notamment Charles Porée de la Touche et Alain Porée du Breil, deux frères malouins ayant navigué ensemble et dont les actes étaient particulièrement reconnus. Tous deux étant décédés quelques années avant l’arrivée de Jean-Joseph Falguière, le gobelet  ne leur a pas appartenu. Il est toutefois possible qu’il ait été façonné pour un membre de leur famille portant sans doute le prénom de Florent. 

Le gobelet, ou timbale comme on l’appelait à l’époque, pouvait avoir de multiples usages. A cette époque, l’argent était considéré comme ayant des vertus purificatrices et une timbale de ce type pouvait représenter l’objet quotidien et indispensable d’un homme désireux de préserver sa santé en consommant une eau ou n’importe quelle autre boisson assainie  par simple contact avec le métal précieux. Propre à consommer des breuvages médicinaux, cette timbale pouvait être utilisée pour mélanger des préparations thérapeutiques. Les rayures circulaires dans le fond interne de la vasque laissent penser que son propriétaire usait d’un objet métallique à cette fin.