Si les objet avaient la parole- Catalogue

Les photographies sont de Jean-Gabriel Aubert

 

Néolithique

Hache à bouton

 

Cette hache a été utilisée par une femme ou un homme il y a de cela 5000 ans… Ne reste que la lame, l’armature en bois, en os ou en corne ayant disparu ainsi que l’éventuelle décoration telle que celles qui existent encore sur les exemplaires ethnographiques, comme cette hache polie de Nouvelle-Guinée du Musée d’Archéologie Nationale. 

Âge des métaux

Bracelet en bronze de l’âge du Fer

 

Il y a plus de 2500 ans, une jeune fille qui vivait dans ce qui sera le Finistère, accomplissait son voyage vers l’au-delà, vêtue de ses plus beaux vêtements et parée de bijoux sobres mais harmonieux, dont ce simple et joli bracelet en bronze qu’elle portait à une cheville. Le bronze, apparu en Armorique 1500 ans auparavant, était désormais d’usage courant, amplement utilisé dans la vie quotidienne pour divers usages, dont la parure pour les femmes comme pour les hommes. 

Description

Contexte

Histoire contée

 

Epoque romaine

Vase en céramique commune

Une céramique façonnée par un potier gaulois qui vivait au début de l’époque romaine. Une petite céramique qui tient bien en main, avec une contenance d’environ 1 litre et qui pouvait être fermée par un couvercle en bois ou en argile. 1 litre de quoi ? sans doute un breuvage, comme de la bière, du vin, de l’eau, du lait… Ou un produit alimentaire comme de la bouillie, un ragout, un fromage frais mélangé à des plantes aromatiques… Ou du miel ? De l’hydromel ?  Une substance médicinale ?  Une céramique qui a pu être consacrée avec son contenu aux divinités ou aux défunts. Ou une céramique de la vie de tous les jours, utilisée au quotidien pour boire, manger, préparer de la cuisine, des produits laitiers, stocker de la graisse, de l’huile, des aromates…

Une simple céramique qui pose beaucoup de questions. Mais pouvons-nous apporter des réponses ?

Description

Contexte

Histoire contée

 

Statuette en bronze

Au premier regard cette statuette semble familière, évoquant les innombrables figurines décoratives néoclassiques qui peuplent nos musées et nos brocantes. L’amour chevauchant un lion est une thématique relativement courue aux XVIIIe et XIXe siècles, allégorie du pouvoir de l’amour qui dompte la force brute.

  Pourtant, ce petit bronze est très éloigné de notre époque et n’a rien à voir avec la thématique de l’amour. Ce qu’il signifie est surprenant, étant hors de notre culture et de notre sensibilité.

Description

Contexte

Histoire contée

Epoque médiévale

Fragment de gisant au lion

Voici une belle tête de lion en marbre, à la somptueuse crinière soigneusement tirée en arrière sur le cou, le regard expressif avec de grands yeux en amande, la large gueule fermée. Un lion qui n’a rien de sauvage ni d’agressif, qui semble même nous regarder avec tristesse et compassion, comme s’il désirait attirer notre attention pour engager un dialogue silencieux. Et plus surprenant encore, si nous regardons bien, nous apercevons un pied humain sur le côté droit de la tête, un pied recouvert d’une chausse de mailles typique de l’armement défensif des chevaliers. 

Description

Contexte

Histoire contée

 
Monnaie ducale

Photographies bientôt disponibles

Quoi de plus banal aujourd’hui qu’une pièce de monnaie ? Cet objet du quotidien auquel nous ne prêtons qu’une attention utilitaire, a pourtant une longue histoire, et pas seulement une histoire économique. Avec une pièce comme celle-ci, nous sommes dans l’histoire culturelle  du duché de Bretagne.  Une pièce de monnaie, qui circule longtemps de bourse en bourse, est un véritable instrument d’affirmation idéologique et politique et porte des images symboliques de la légitimité d’une famille à régner sur le duché de Bretagne.

Description

Contexte

Histoire contée

Epoque moderne

Gobelet en argent

 

Flo Porée

Que signifient ces deux mots énigmatiques gravés en évidence sur la vasque d’un gobelet en argent du XVIIIe siècle ? 

C’est d’une histoire locale, celle des orfèvres dinannais, dont il est question, mais c’est aussi de la grande histoire maritime à laquelle a activement participé la Bretagne, dont nous parle cette inscription.

Description 

Contexte

Histoire contée

 

Pistolet d’arçon

 

Ce pistolet d’arçon est une arme à feu de poing, à l’usage des cavaliers. Il apparaît au XVIIe siècle et reste en usage une grande partie du siècle suivant. Son nom provient du fait que ce pistolet était alors accroché à la pièce principale d’une selle cavalière, nommée l’arçon. Il est principalement constitué de bois, bien souvent du noyer, ainsi que de métal, de laiton et de fer. Ce pistolet a une valeur particulière, réputé avoir été récupéré lors de la prise de la Bastille.

Description

Contexte

Histoire contée

Epoque contemporaine

Matrice d’imprimerie en bois

Au temps du Moyen Âge, Damon et Henriette s’aiment d’un amour indéfectible. Mais comme toujours, une belle histoire ne peut se dérouler simplement et le père d’Henriette, hostile à un mariage, décide d’enfermer sa fille au couvent. Les années passent et, apprenant que son amoureux est mort au combat, Henriette, désespérée, prend la décision de prononcer ses voeux et de consacrer sa vie à Dieu.

Mais la veille de la prise de voile pour devenir nonne, un jeune homme se présente à la porte et raconte une folle histoire : cela fait 7 ans qu’il recherche l’amour de sa vie et qu’il parcourt le royaume de France, de couvent en couvent, pour retrouver sa chère Henriette. En écoutant ce récit, celle-ci s’évanouit et c’est alors que Damon la reconnaît : les deux amoureux se sont retrouvés.

C’est le moment précis des retrouvailles qui est illustré sur cette matrice d’imprimerie destinée aux ouvrages et périodiques illustrés qui prennent leur essor dans la deuxième moitié du XIXe siècle.

Description

Contexte

Histoire contée

 
Conque de Terre-neuva

 

« Un jour, dans le brouillard, nous avons perdu deux dorissiers. Cela a été terrible pour tous les marins. »

La vie était rude sur les morutiers qui partaient 8 à 9 mois, sans descendre à terre. La pêche se pratiquait avec les doris, à deux par embarcation (les dorissiers). Le principal danger, c’était la brume dans laquelle les marins pouvaient irrémédiablement disparaître. Le son âpre de la corne de brume représentait alors leur unique chance d’échapper au terrible destin de la perdition en mer. Cette conque de terre-neuva est bien plus qu’un bel objet du passé digne de figurer dans les brocantes. Ayant sans doute sauvé des vies, elle était à la fois outil emblématique du marin-pêcheur et instrument symbolique d’une vie de rudesse et d’aventure en mer lointaine. 

Description

Contexte

Histoire contée

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.