MARSUPILAMI

Audrey David

Cet objet, communément appelé « peluche », est en matière synthétique. Il s’apparente à un petit animal bipède, de couleur jaune avec des tâches noires. Il mesure 77 cm de haut (dont 45 cm de queue) et 27 cm de large. Les yeux et le nez sont en plastique dur de couleur noire. Les oreilles de l’animal ont la particularité d’être rigides grâce à une tige en métal glissée sous le tissu: elles peuvent donc être mises dans différentes positions. Aujourd’hui, le nez de l’animal est cassé mais tient malgré tout toujours en place.

Fabriquée en Chine à la fin des années 1980, cette peluche est issue de la bande dessinée Spirou et Fantasio, inventée par André Franquin en 1952. Elle représente Marsupilami, un des personnages mythiques de l’auteur. Créé initialement pour la série Spirou et Fantasio, le Marsupilami a accédé à sa propre série à partir de 1989. Depuis le personnage a été décliné en BD, dessin animé, film et divers produits dérivés dont cette peluche. Par son créateur, il est décrit comme un animal imaginaire mesurant environ 1 mètre, de couleur jaune et noir et a la particularité d’être à la fois ovipare et mammifère puisque la femelle pond des œufs mais allaite ses petits. Une de ses caractéristiques majeures est sa queue préhensible qui peut mesurer jusqu’à 8 mètres de long et lui sert de moyen de locomotion. Il vit au fond d’une forêt profonde, lointaine et inexplorée : la forêt amazonienne.  Franquin a construit le nom Marsupilami à partir de plusieurs éléments : « marsu » pour son appartenance à l’espèce des marsupiaux bien qu’il n’ait pas de poche ventrale et qu’il habite l’Amérique du sud, alors que les marsupiaux ne se trouvent qu’en Australie. « pil » en référence au Pilou-Pilou (personnage de la BD Popeye, créée par Segar qui a influencé Franquin), et « ami » pour montrer que c’était un animal amical. Avec l’album « La queue du Marsupilami » (1987), la bande dessinée entre dans le club des best-sellers. Ce premier album se vendra à plus de 600.000 exemplaires. Avec un album par an, le Marsupilami a confirmé sa place avec des millions d’albums vendus en français, en néerlandais, en allemand et dans les différentes langues scandinaves.

Petite, je ne voulais jamais quitter ma mère et restais toujours collée à elle. Mon surnom familial est rapidement devenu « Seccotine » pour faire référence à la colle célèbre du même nom dans les années 1960 et surtout au personnage féminin récurrent de la BD Spirou et Fantasio.  C’est en effet Seccotine, alors reporter dans le même journal que Spirou et Fantasio, qui découvre pour la première fois une famille de Marsupilamis sauvages en Palombie. Elle les suivra et les filmera pendant plusieurs mois. Mes parents ont choisi de m’offrir cette peluche, en guise de clin d’œil au début des années 90. C’est à ce moment-là que j’ai découvert la bande dessinée et je suis rapidement devenue une fidèle lectrice des aventures du Marsupilami. Cette peluche ne m’a jamais quittée, c’est d’ailleurs la seule que j’ai gardée durant ma vie d’adulte tellement sa valeur sentimentale (lien avec ma mère) est forte à mes yeux. Aujourd’hui, je l’ai donnée à mon fils pour perpétuer ce lien familial et partager avec lui les secrets de ce petit animal si particulier.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.