Voiture de course

Julien Vaillant

Il s’agit d’une petite voiture de course de la marque lyonnaise Majorette n° 282 de la collection, ayant une échelle de 1/55 : les dimensions sont de 8 cm de long, pour 4 cm de large et 2 cm de haut. C’est une petite voiture de course automobile de type Formule 1, de couleur rouge et noire. La carrosserie est rouge avec des noms de sponsors écrits en blanc sur les côtés gauche et droit et elle porte le numéro 1 sur le capot de couleur blanche. Les sponsors sont Magneti Marelli, véritable fabriquant italien de batteries, d’alternateurs et de systèmes d’allumages électroniques, et Pioneer fabriquant américain d’autoradios. La carrosserie est en métal alors que le dessous de la voiture, l’aileron avant, les pneus et le flap sont en plastique de couleur noire. Il y a des rayures sur la carrosserie ce qui montre que l’objet a vécu et a été utilisé. Il n’est donc pas resté dans une boîte à être exposé comme un objet de collection.

On ne dispose pas d’année précise concernant la fabrication de l’objet. On sait qu’il fut conçu au début des années 2000, où il serait inspiré du modèle de la voiture de course de Michael Schumacher, idole sportive de cette époque. Le modèle appartient à la marque de jouets Majorette qui tient son siège social à Lyon, au Sud-Est de la France. En revanche, elle fut probablement produite, soit en Thaïlande, soit au Portugal, puisqu’à partir du milieu des années 1980 l’entreprise délocalisa sa production à l’étranger du fait que la main d’œuvre était moins chère, entrainant une production de jouets, plus ou moins de bonne qualité mais moins chers. L’objet ne contient pas l’inscription indiquant le nom du pays de fabrication. Peut-être était-il sur la boîte d’emballage, mais celle-ci n’aurait pas été conservée par le propriétaire. On ne saura probablement jamais où elle fut conçue mais elle fut produite au début des années 2000. Les quelques marques et impacts montrent que l’objet a servi lors des jeux d’enfants. L’enfant jouait ainsi, avec plusieurs voitures du même type que le model présenté, à la course automobile. Les enfants étant fascinés, admirant les pilotes, voulant sans cesse jouer et se distraire. Dès l’Antiquité, il existe des véhicules en jouets : l’iconographie des vases grecs révèle des représentations de jouets de charrettes. Dès l’entre-deux-guerres, il existe déjà des fabricants de jouets en France concevant des petites voitures en métal comme Solido, fonderie française de Nanterre pour l’automobile datant de 1919, qui se lance dans le jouet au début des années 1930, créant ainsi des voitures modélistes en zamak (alliage de zinc). Les premiers modèles sortent dès 1933. L’Allemagne nazie a aussi produit des jouets de petites voitures modélisées pour les enfants dans le cadre de propagande valorisant le régime et l’armée allemande. Quant au plastique, il est venu s’ajouter au métal à partir des années 1960. La petite voiture fait donc partie de cette histoire du jouet.

C’est un jouet ayant marqué l’enfance durant la première moitié des années 2000, puisque ce modèle rappelle la Formule 1 de marque Ferrari que Michael Schumacher, 7 fois champion du monde avec 5 victoires consécutives de 2000-2004, pilotait au sein de l’écurie Scuderia Ferrari. En effet, celui-ci fut plusieurs fois champion du monde de Formule 1 et ses victoires furent très médiatisées à cette époque dans la presse et sur les chaînes de télévisions disponibles pour le grand public, telle que TF1. Les victoires de ce pilote ont fasciné les jeunes enfants regardant la F1. Ceux-ci voulaient ainsi reproduire les courses automobiles dans leurs jeux de voitures. Cette voiture rappelle des souvenirs d’enfance où à chaque dimanche après-midi la F1 était diffusée à la télévision sur TF1. Schumacher, Coulthard, Räikkönen, Alonso, ou encore McRae s’affrontaient pour le titre de champion du monde ou d’autres titres, sur des circuits automobiles comme à Monte Carlo. Il y avait une fascination et une admiration de l’enfant envers ce sport. Beaucoup de jeunes enfants ont donc essayé de reproduire des circuits avec les moyens qu’ils disposaient, soit sur une table, soit sur un lit, soit par terre, ou bien directement sur un circuit en plastique fabriqué par les fabricants de jouets. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.