Stylo-plume argenté

Pierre-Alexandre Lugué

Longueur sans bouchon : 12,5 cm. Longueur du bouchon : 6,8 cm. Longueur totale : 13,9 cm. Circonférence : 0,9 cm. A la base du stylo – 1,1 cm à la circonférence maximale. Matériaux: corps de l’objet en chrome, quelques parties en plastique. Il s’agit d’un objet chromé long et fin doté d’un bouchon de protection pour la plume. Une partie plastique soutenant la plume, entrant dans le stylo permet l’insertion d’une cartouche d’encre afin de pouvoir écrire du fait de l’écoulement de l’encre fluide depuis la cartouche jusqu’à la plume, en traversant la partie plastique. Ce stylo ne présente aucun décor, le chrome étant lisse, cependant nous pouvons remarquer la présence d’un symbole et d’une inscription sur la plume. Il y est écrit Waterman, et la forme est celle d’un « w » stylisé, symbole du fabriquant.

Waterman est une entreprise de fabrication de stylos-plume fondée à New-York en 1883 par Lewis Edson Waterman (1837-1901). L’histoire de l’entreprise naît d’une façon cocasse, puisque Waterman avait raté une vente importante du fait de la fuite de son stylo plume. Il invente alors un système « d’alimentation à trois rainures » (« Three Fissure Feed ») et dépose le brevet à New-York. Au départ nommée l’« Ideal Pen Company », la marque est renommée « LE WATERMAN Company » en 1888. Ce n’est qu’en 1927 que la marque s’implante en France sous la marque « JIF-WATERMAN » (Jules Isidore Fagard est le premier licencié de la marque en France d’où le JIF). Aujourd’hui Waterman fabrique des stylos en France à Saint-Herblain, Valence et Boulogne-Billancourt. Concernant le stylo-plume même, on retrace l’origine d’un premier stylo créé en 1827 par Petrache Poenaru (1799-1875), ingénieur roumain, qui ne dépose le brevet que le 12 février 1884. Cependant on s’accorde pour ne pas donner au stylo-plume d’inventeur mais pour le considérer comme une série d’évolutions progressives. On retiendra également le nom de Lewis Edson Waterman, présenté plus haut. Très important au XIXème siècle, ainsi que durant le premier XXème siècle, les années 50 sont un moment de déclin du stylo-plume face au stylo à bille, cependant il continue de se maintenir et connait même un nouveau développement. Les cartouches d’encres sont internationales, permettant une utilisation dans n’importe quel stylo, mais certaines marques utilisent des cartouches propres, ou bien d’une certaine taille uniquement (c’est le cas des stylos Waterman qui ne peuvent recevoir les cartouches longues).

J’ai choisi de présenter cet objet car le stylo-plume représente un rite de passage dans l’apprentissage scolaire. En effet, sa maniabilité plus complexe que celle d’un stylo à bille commun en fait un objet symbole d’une capacité acquise, une récompense d’un savoir-faire. Lorsque j’étais à l’école, le stylo-plume n’était autorisé que pour ceux qui savaient l’utiliser correctement, et pouvoir écrire avec était une marque de réussite. De plus l’un des premiers stylo-plumes que j’ai eu appartenait à mon père lorsqu’il était jeune, créant un lien symbolique avec l’objet.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.