Coquetier argenté

Yohann Vauché

Cet artefact est un coquetier datant de la fin du XXesiècle. Il mesure 5,5 cm de haut et son diamètre maximal, de 4,5 cm, se situe au niveau des lèvres. Le pied est plus étroit, pour un diamètre variant entre 1 cm à l’endroit le plus fin et 3,9 cm à sa base. Il est profond de 3,5 cm. Il est encore en bon état et pèse une centaine de grammes. Ce coquetier est fait d’inox ou d’un autre alliage métallique simple et peu onéreux. La partie supérieure de l’objet est lisse et brillante et ne présente aucun décor. Sa paroi interne est mate. Quant au pied, il affiche la même brillance que la partie supérieure mais est sobrement agrémenté de quelques motifs poinçonnés, dont le négatif se retrouve à l’intérieur du pied. 

Le coquetier est une invention ancienne ; les plus vieux exemplaires ont été retrouvés en Crète et datent de l’époque minoenne, c’est-à-dire environ 2 000 ans avant notre ère. Ils sont considérés comme des objets communs depuis le début de l’époque moderne. La facture de ce coquetier est plutôt simple, mais il s’avère bien plus durable que les modèles plus courants, souvent fabriqués en céramique peinte. Le lieu de production de celui-ci n’est pas connu puisqu’il ne dispose d’aucun marquage permettant d’indiquer son origine, bien qu’il provienne possiblement de France. Il aurait été construit au début des années 1990, au plus tard en 1993. Un coquetier est un composant des vaisselles occidentales permettant de déposer un œuf de poule afin de le manger sans qu’il risque de tomber ou de rouler. Ce coquetier a systématiquement été utilisé pour les œufs à la coque, accompagné de « mouillettes » : des petites lamelles de pain recouvertes de beurre doux et trempées dans l’œuf. Utiliser cet objet nécessite donc d’autres ustensiles, comme un ciseau à œufs, une cuillère, un couteau et/ou une assiette.

Ce coquetier est mon cadeau de naissance, survenue le 27 août 1993. Lors d’événements importants, comme des naissances ou des mariages, des pièces d’argenterie sont régulièrement offertes. Celles-ci sont parfois précieuses, se conservent toute une vie et peuvent se transmettre de génération en génération. Il est alors possible que ce coquetier, pourtant de facture modeste, m’ait été donné dans le cadre de cette tradition. Il m’a accompagné toute mon enfance et je continue de l’utiliser. Depuis 25 ans, il me rappelle donc ma famille mais aussi mon enfance. De plus, il m’a été offert par ma grand-mère, ce qui crée chez moi un attachement supplémentaire pour cet objet qui sert de vecteur de la mémoire de mes proches. Il s’agit de l’un des artefacts les plus vieux dont je dispose, aussi bien à propos de son âge absolu que concernant le temps depuis lequel il m’accompagne. 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.