Nos Dominos

Cécilia Vaucher

Le jeu se présente sous la forme d’une boîte rectangulaire en bois de 16,7 cm de long, 5 cm de large, 3,3 cm de haut. La partie supérieure coulisse sur toute la longueur et les quatre côtés sont fixés entre eux par des encoches et collés sur le socle. Le bois est brut sur l’ensemble de l’objet, les seules inscriptions sont peintes en vert sur l’extérieur : le couvercle porte l’inscription DOMINO suivie de la représentation d’une feuille qui est le logo d’Yves Rocher des années 1990 . La boîte contient 24 petits blocs rectangulaires de 4,1 cm, 2,2 cm de long et 1,1 cm de haut, également en bois mais entièrement peints du même vert que les inscriptions sur la boîte. Au recto est gravée la même feuille que l’on retrouve sur le couvercle, et au verso deux carrés contenant chacun 9 points blancs, représentant des chiffres. Ainsi, chacun des blocs rectangulaires comporte deux ensembles de points formant des chiffres différents, permettant de jouer par association. La manufacture de la boîte, comme des dominos est grossière car il s’agit d’un objet commercial offert par une marque.

Il s’agit d’un jeu populaire qui se joue généralement de 2 à 4 joueurs, mais il existe plusieurs variantes de règles de jeu. Les dominos sont reconnus pour être un jeu si ancien que l’on ne peut cerner précisément son origine, ni géographique, ni temporelle. Ainsi, nous pouvons retrouver plusieurs matières utilisées pour constituer les dominos. Il semblerait que ce jeu soit une modification chinoise d’un jeu de dés indien, dont les règles s’apparenterai à une variante des échecs, mais les sources restent difficiles à interpréter. Aussi, des traces sont trouvées dans l’Antiquité mais le jeu a été popularisé en Italie vers 1760, lors de la généralisation des salons et des jeux de société. Au XIXe siècle, le jeu est alors très en vogue, généralement en bois et en nacre, puis en plastique à partir de la Première Guerre Mondiale. 

Ce jeu de domino est un objet qui nous réunissait dans notre enfance, avec mes cousins et cousines. Lorsque j’étais petite, on m’a appris à y jouer pour m’occuper lors des réunions familiales et une fois devenue l’aîné de plusieurs enfants, on se réunissait tous autour des dominos, pour faire des constructions, imaginer de nouvelles manières de jouer ou se défier, en fonction des âges que nous avions et avec qui nous jouions. Ainsi, tous les enfants se retrouvaient autour de ce jeu et que l’on m’a confié, pour en avoir eu le plus de souvenirs, lors du décès de notre grande tante.  


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.