Archéologie du futur – Présentation

Archéologie du Futur

            Des poubelles du passé…

            Il est souvent dit que les archéologues fouillent les poubelles du passé. C’est en partie vrai. Les déchets laissés par nos prédécesseurs se sont progressivement déposés couche par couche, génération par génération, sous la forme d’une accumulation de débris qui sont de véritables vestiges temporels, des témoins matériels d’époques révolues. Les fragments de vie quotidienne sont ainsi entassés sous nos pieds, vestiges du passé sur lesquels nous érigeons notre présent. Les déchets de nos aïeux remplissent l’épaisseur du temps et deviennent, grâce aux archéologues, des objets scientifiques et parfois des objets patrimoniaux. Des éclats de pierres taillées, des tessons recollés de vases, des bouts de tuiles et d’amphores, des morceaux de verre, des résidus de bois, des fragments de porcelaines et de faïences, des pièces de métal, des monnaies érodées, des statues sans tête ou sans bras peuplent nos musées et témoignent de la vie de nos ancêtres. Objets sacrés ou objets du quotidien, ils étaient tombés dans l’oubli, enfouis dans la profondeur du temps qui passe. Jusqu’à ce que les archéologues les découvrent, les extraient de leur anonymat pour les faire parler, leur faire raconter le monde disparu auquel ils appartenaient.

            Aux poubelles du présent…

            Aucune époque n’a produit autant de déchets que la nôtre. Non seulement nos détritus sont infiniment plus nombreux que ceux de nos prédécesseurs, mais ils sont aussi très différents. Durant la plus grande période de l’humanité, celle qui correspond à la Préhistoire, le matériau le plus abondant était la pierre taillée avec de nombreux outils et rejets de taille. Puis, à partir du Néolithique et jusqu’à une époque récente, le matériau la plus représenté parmi les rejets de nos ancêtres était la céramique ainsi que le verre pour les périodes plus récentes. Ces matériaux (pierre, céramique, verre) résistent au temps, raison pour laquelle, à la différence des textiles d’origine animale et végétale et des objets en matériaux périssables (bois et os en particulier), ils représentent la principale documentation matérielle découverte et étudiée par les archéologues.

Aujourd’hui, que laisserons-nous aux générations futures ? Un sondage archéologique dans une seule de nos poubelles fournirait aux historiens du futur un nombre infini d’informations sur notre vie quotidienne, qu’il s’agisse de nos pratiques alimentaires, de notre hygiène, de nos loisirs, de notre santé et même de notre sexualité. Pourtant ils n’auront pas accès à cette information. En effet, et heureusement pour nous, nos poubelles sont vidées et leur contenu fait l’objet d’un recyclage ou d’une destruction. Toutefois il existe des endroits où nos détritus s’accumulent en toute liberté. C’est dans la mer que se concentre la plus importante masse de déchets. Existe désormais dans le Pacifique le « 7e continent de plastique », immense amas compact de déchets de la taille d’1/3 des Etats-Unis. Le plastique ne se décompose pas mais se fragmente avec des effets catastrophiques de cette désagrégation, à savoir la constitution d’une « soupe de plastique » formée de macro déchets qui dérivent ou s’enfoncent dans les profondeurs et d’une myriade de micro déchets qui flottent à la surface. Un ramassage des déchets en mer et sur les plages permet de se faire une idée de la nature précise de la pollution. Les plastiques représentent plus de 90% des détritus retrouvés, rien de plus normal puisqu’1/10e du plastique produit par l’homme finit en mer. Il n’est donc pas étonnant que se forment des continents artificiels de plastique aux effets désastreux pour l’écosystème.

A partir de cette réalité de la formation actuelle de continents de plastique, nous avons imaginé une fiction scientifique. Comment les archéologues interpréteront dans plusieurs centaines d’années nos déchets maritimes actuels ? Quelle vision pourront-ils avoir de notre société à partir de nos détritus plastiques si nombreux ? Et surtout quelle opinion se feront-ils de nous ? Nous qui leur laissons comme héritage un océan poubelle.

 

L’ère du Plastique

            Introduction :

            Nous sommes en l’an 512 EP (ère du Plastique). L’Université Bretagne Sud est la plus ancienne université du monde plastique actuel, sa fondation remontant, d’après certaines légendes, à la dernière civilisation historique.

Se seraient en effet succédées, avant le règne du plastique, différentes civilisations sur différents continents aux noms bizarres : Theamerica, Afrika, Uropa, aAsia, Australio, Quant au nom que porte notre université (Bretagne, Britannia ou Breizh selon les sources), il pourrait faire référence à une personne ou plus précisément à des femmes d’une même famille princière ou royale car nous avons l’attestation d’une petite et d’une grande Bretagne, d’une Bretagne Sud (vivant au sud ?), d’une Bretagne Occidentale (gouvernant un royaume à l’ouest du continent dont la capitale porterait le nom de Bigouden –voir l’objet UBS-512-26) ? Il est difficile pour nous de concevoir, à la place de notre grande île plastique sur laquelle nous vivons depuis des générations, divers continents séparés par des immensités liquides et salées. Il est troublant de concevoir que nos ancêtres étaient incroyablement nombreux et formaient des groupes différents séparés les uns des autres, avec chacun sa langue, son gouvernement, ses pratiques alimentaires, ses codes vestimentaires, ses croyances et ses rites. Comment pouvaient-ils être des milliards sur terre, comment ont-ils pu vivre dans des conditions terribles, vêtus à partir de matériaux extraits du monde animal (cuir, laine) et du monde végétal, se nourrissant non pas d’insectes comme nous mais de grands animaux marins et terrestres et utilisant pour leur vie quotidienne des objets rudimentaires faits en verre, en céramique, en métal… ? Ce n’est que progressivement que serait apparu le plastique avec, selon toutes probabilités, un lent processus de développement et de diffusion de ce matériau à l’échelle de toute la planète jusqu’à la célèbre révolution mondiale qui vit l’avènement de l’Ere du Plastique et la création de l’immense île artificielle sur laquelle nous vivons tous actuellement. Nos ancêtres ont joué un rôle fondamental dans cette révolution qui permit le règne absolu du plastique sur la planète. C’est grâce à eux que les terres et les océans se sont progressivement recouverts d’objets en plastique, jusqu’à former un seul continent, la « Pangée plastique » du mythe originel, et, au centre de ce continent, l’immense « Tour de Babel Plastique », une masse de détritus d’une hauteur impressionnante autour de laquelle ont pu se regrouper les survivants pour former une nouvelle humanité, unifiée et pacifiée. C’est pour rendre hommage à nos ancêtres qui ont permis l’édification d’une nouvelle humanité grâce à l’avènement de l’Ere du Plastique, que nous avons lancé un projet de recherches archéologiques. L’objectif de ce programme de recherche est, grâce aux témoignages matériels qu’ils nous ont laissés, de reconstituer les conditions de vie de ceux qui nous ont précédés et de proposer aux générations présentes et futures une vision de ce monde disparu auquel ils appartenaient. Un monde peuplé d’animaux terrestres et marins à plumes, à écailles et à poils. Un monde couvert de végétaux d’aspects et de tailles très différents, marqué par plusieurs saisons climatiques. Un monde bien étrange et sans aucun doute bien dangereux. Le monde dans lequel ont vécu nos ancêtres à une époque lointaine, ces ancêtres dont nous ne savons pas grand chose mais qui nous ont laissé en héritage le continent plastique sur lequel nous vivons actuellement.

 

La recherche archéologique :

            Lors d’un sondage dans les profondeurs de notre continent plastique, un grand nombre d’objets, appartenant aux civilisations passées, ont été retrouvés par notre équipe de recherche. L’étude en laboratoire de ces objets a permis de reconstituer en partie leurs contextes d’origine, à savoir les structures monumentales actuellement immergées sous le continent plastique, qui appartenaient à une ville dont nous ne savons rien ou presque, si ce n’est qu’elle s’appelait « Hecho » (voir l’objet UBS-512-09).

            Module 1. Les sciences :

            Une première catégorie d’objets appartenait à un musée de la mer et de l’espace. Ils témoignent du haut niveau technologique auquel étaient arrivés nos ancêtres peu de temps avant l’avènement de l’Ere du Plastique, soit dans la seconde moitié du XXe, première moitié du XXIe siècle selon une chronologie ancienne. Des maquettes d’une planète et de ses satellites, des modèles réduits d’un vaisseau spatial et d’une plate-forme de lancement indiquent que cette civilisation a inventé le voyage spatial et a conquis des planètes d’autres systèmes solaires, dont la planète « Ramsès II » de la galaxie « Radical » (objet n°UBS-512-01). Conquête de l’espace mais aussi conquête des océans de notre planète comme en témoignent le modèle réduit d’un gigantesque pont transcontinental (UBS-512-09), l’une des sept merveilles du monde, les vestiges d’appareils de communication sous-marine (UBS-512-07) et de surface (UBS-512-06), un outil de prévision météorologique maritime (UBS-512-08), et les vestiges d’un drone aérien de secours en mer (UBS-512-10 à 14) avec une partie de son équipement médical (UBS-512-15 et 16). Il ne fait guère de doute que ces objets appartenaient à une institution culturelle et pédagogique, un musée de l’espace et de la mer présentant, grâce à des maquettes et des objets authentiques, la grande épopée des conquêtes maritimes et spatiales de l’humanité avant l’avènement de l’Ere du Plastique.

            Module 2. Le funéraire :

Une deuxième catégorie d’objets fait référence aux rituels funéraires. Les archéologues ont eu la chance de découvrir une partie d’une nécropole princière ou royale appartenant à la phase de transition entre l’ancienne civilisation et la nouvelle ère du Plastique.

Module 3. La religion :

 

Module 4. La vie quotidienne :

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.