Histoire contée

Je ne sais plus exactement quelle année je fus frappée, sans doute vers 1340. En tout cas je me souviens que c’était à Brest même. Je suis en Bretagne l’héritière d’une très longue tradition, une histoire de l’instrument monétaire de plusieurs milliers d’années. 

En effet, pendant ce que les archéologues d’aujourd’hui appellent l’âge du Bronze, et plus précisément à l’extrême fin de cette époque, l’Armorique est une terre de fabrication de petites haches à douilles, faites d’un alliage de cuivre, d’étain et de plomb, qui sont en fait des outils paléomonétaires rappelant le numéraire chinois de la même époque.

Les premières pièces armoricaines sont datées de la période suivante, l’âge du Fer, et font parties des plus belles réalisations de l’art gaulois, donnant vie à l’imaginaire celtique telle que les pièces des Osismes ou des Vénètes. La conquête romaine entraîne la disparition de ce symbole de souveraineté avec une brève résurgence des ateliers locaux lors de la crise des années 270 ap. J.-C et l’autonomie des Empereurs Gaulois.

Lors de la dynastie mérovingienne, naissent les officines de Rennes, Nantes et Vannes qui émettent des trientes d’orpâle qui vont circuler dans tout le regnum Francorum. Par la suite Charlemagne apporte une nouveauté décisive, avec la création du denier. Peu à peu, la légende et l’aloi dégénèrent et vers l’an mil, un duc audacieux remplace une formule devenue obsolète, GRATIA DEI REX, par DUX BRITANNIE que l’on voit donc apparaître sur la légende de notre monnaie. Le duc Alain II (1008-1040) fait sortir la monnaie ducale de l’anonymat et tous les princes bretons monnayent par la suite sans interruption jusqu’au XVe siècle et prennent l’initiative de s’affranchir peu à peu de la tutelle du roi de France.

J’ai été utilisée à une époque où les événements politiques et militaires se sont accélérés, lors de la guerre de succession de Bretagne (1341-1364) et sous les Montfort (1361-1491). J’étais alors bien plus qu’une simple pièce de monnaie, mais un vrai symbole de souveraineté, portant fièrement les hermines du duché.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.