Contexte

Cet objet appartenait à un terre-neuva, un marin-pêcheur qui allait pêcher la morue au large de l’île Terre-Neuve et la région canadienne du Labrador. Cette pêche a lieu du XVIe siècle au XXe siècle. Le navire emblématique de cette pêche est le trois-mâts goélette, qui embarquaient jusqu’à 60 hommes, dont des mousses âgés de 12 ans pour les plus jeunes. Ce type de bateau mettait, suivant les conditions météorologiques, entre 20 à 45 jours pour atteindre les côtes de Terre-Neuve. Ces grands navires transportaient de plus petites embarcations, pour que les hommes aillent pêcher le poisson et les appâts. Il s’agit d’abord de chaloupes, puis des doris qui se généralisent à la fin du XIXe siècle. Le doris est une embarcation légère à fond plat, d’une longueur de 5 à 6 mètres. Il peut s’emboiter aux autres doris pour gagner en espace sur le pont du navire ou sur le campement à terre. En effet, il existe deux techniques de pêche à la morue :

  • La première est la pêche errante, dite pêche à la morue verte. Les navires partaient pour une saison de pêche de 5 à 9 mois. Une fois le navire arrivé sur les bancs, les doris étaient mis à la mer avec deux hommes d’équipage. Ils pêchaient toute la journée à la ligne dérivante. Une fois rapportée au bateau, la morue était ouverte, lavée, salée et empilée. Le poisson était alors appelé “morue verte” et stocké sur le bateau.
  • La pêche à la morue sèche est une technique bien différente. Une fois sur place, l’équipage mouillait dans un havre de Terre-Neuve et construisait des baraquements à terre pour stocker, préparer et sécher le poisson. D’autres baraquements abritaient les hommes.

En Bretagne, les ports de Saint-Malo, Saint-Brieuc et Paimpol sont des ports de forte activité morutière, en concurrence avec les ports normands de Granville et Fécamp.

Cette conque, conservée au fil des années, a peut-être été réalisée par un terre-neuva lors d’un moment libre entre deux tâches et l’aura accompagné toute sa vie professionnelle. Face à la rudesse de la vie en mer et la peur, les marins ont développé de nombreuses superstitions. L’usage d’un grand et noble coquillage était-il un moyen de montrer son respect pour la mer et de s’attirer sa bienveillance ? 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.