Histoire contée

Scène 1 (commande) 

(Bruit de sonnette)

            Bien le bonjour ! Je suis François, le bourgeois, je viens vous commander un bel imprimé qui servira à l’éducation du bas peuple.

 

Scène 2 (Roger le Noyer) 

(Bruit de feuille nature)

            Salutations bande de trouffions !

Je suis Roger le noyer. L’autre jour, j’me suis fait couper. Je pensais qu’on finirait par me transformer en un magnifique objet, qui serait destiné à éduquer les plus fortunés. Un beau livre destiné à être lu au coin d’une cheminée. Malheureusement mon issue n’est pas celle espérée. Mon destin était scellé : j’ instruirai le peuple des campagnes reculées et des fils d’ouvriers.

 

Scène 3 (retour à l’atelier) 

(Bruit de la fabrique)

Viens par ici bon à rien que je te montre les ficelles du métier de graveur imprimeur avant que messieurs Leffas & Pierret ne renvoient ta trogne dans les prisons de Nantes. Tu vois cette planche de bois ? C’est du noyer. Son principal avantage c’est que c’est un bois mi-lourd mi-dur qui se prête bien à la gravure. Le bourgeois de ce matin nous a commandé l’histoire de Damon et Henriette. C’est une histoire d’amour tragique. Le bon Damon veut épouser Henriette mais le père de la pucelle préfère l’envoyer au couvent, histoire de pas payer la dot et de transférer son héritage intact à son seul fils. Bref le bougre envoie la petite chez les bonnes sœurs. Le Damon, lui, est envoyé à la guerre où l’on pense qu’il est mort. Heureusement pour les tourtereaux, le grand-frère de la demoiselle meurt et le père veut de nouveau la marier, Damon revient de la guerre comme de parmi les morts, il retrouve la petite dans un couvent et à l’annonce de son arrivée, la petite, folle de bonheur, s’écroule parmi les sœurs. C’est la dernière scène qu’on doit graver pour qu’elle soit ensuite diffusée, entourée des texte racontant l’histoire des deux amants.

Alors tu vois, pour graver le bois, il faut que je mette le texte et l’image à l’envers. Quand la planche est gravée on l’appelle une matrice. Pour imprimer l’image contre du velin on met de l’encre sur la matrice, et à l’aide de la presse à bras on colle les deux pendant un moment et paf, l’image se remet à l’endroit. Tu me suis ? Oui ? Et bien parfait l’apprenti. Va donc nous chercher un godet histoire de fêter que tu vas apprendre à te servir de tes dix doigts autrement que pour te curer le nez !

 

Scène 4 (A la campagne)

(Clocher et bruit d’animaux en fond)

– Vot’ père ! Qu’est qu’y a d’écrit autoureuh d’l’image ? Voulez bien nous l’lire ? Y a qu’vous qui sait dans l’bourgade !

– Et bien mes enfants pourquoi pas. Mais il va d’abord falloir me promettre d’assister à la messe avec plus d’assiduité. Car je vous vois quitter, de plus en plus les bancs dominicaux que pour n’assister qu’aux enterrements et baptêmes.

Et bien voilà :

« Jeunesse trop coquette,

Ecoutez la leçon,

Que vous font Henriette

Et son amant Damon :

Vous verrez leurs malheurs ;

Vaincus par leur constance ;

Et leurs sensibles cœurs

Méritent récompense.

            Henriette était fille

D’un Baron de renom

D’ancienne famille

Etait le beau Damon… »

– Et voilà !!! Encore une histoire de gens fortuné ! Y en a que pour les barons, seigneurs et autres rois ! A croire que la tête du bon Louis ne leurs a pas suffi !! Moi je vous le dis il faut rebrûler les châteaux, comme à la bonne époque. N’y aura pas que les bourgeois qu’ont le droit à s’attaquer aux gardes suisses pour libérer les embastillés ! Ils vous bourrent le crâne mes frères !!! Seule la République est bonne pour tous les hommes !! Nos frères à Paris ont fait tomber l’aberration qu’était le retour à la monarchie. En début d’année, le 24 février 1848, ils ont réussi à faire abdiquer Louis-Phillipe. Le 25, ils proclamaient la Seconde République. Dés l’arrivée de l’hiver il vous faudra, pour la première fois de l’histoire, voter. Elire celui qui sera le nouveau président de France. Mes amis voilà la démocratie, le moment pour vous de faire entendre vos voix ! Qui pourra enfin faire la grandeur de notre pays ?

 

Scène5 (Clap de fin)

(Narrateur à la façon d’un journaliste)

Le 11 décembre 1848, Louis Napoléon Bonaparte, est élu président de la Seconde République au suffrage universel masculin grâce à son patronyme. Les gens des campagnes, en effet, croient au retour de Napoléon Ier. Il se fera proclamer empereur dès le 2 décembre 1852.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.