Histoire contée

Depuis l’ouverture des Etats Généraux le 5 mai 1789, le mouvement révolutionnaire s’intensifie. Le début de l’été est explosif à Paris. Les députés du tiers-état font la promesse de ne jamais se quitter jusqu’à l’établissement d’une nouvelle constitution, lors du serment du Jeu de Paume le 20 juin 1789. Une contre-offensive royale, politique et militaire, vient mettre à mal la situation précaire de ces députés. Le ministre Necker est renvoyé et des troupes sont concentrées dans Paris. Vient alors  le moment pour la population parisienne de jouer son rôle dans cette période révolutionnaire.

14 juillet 1789, Paris.

10h30, prison de la Bastille.

Lieu qui incarne le despotisme, la foule se masse près de la prison de la Bastille. Une première délégation entre en négociation avec le gouverneur pour que le peuple puisse récupérer de la poudre. (Bruit de foule à l’extérieur, qui s’amasse)

  • La situation empire de jour en jour depuis que le roi nous a mandé de venir ici, s’interroge un soldat de garde dans la prison.
  • Oui, tu entends cette foule qui s’amasse ? Sait-on jamais, allons charger nos fusils et pistolets, lui rétorque Raoul Château, soldat depuis 30 ans dans l’armée royale, qui constate depuis des mois un climat d’insurrection dans la capitale.

11h30

Le gouverneur fait déployer l’étendard de la paix. Un détachement de régiment des Gardes Françaises, qui a pris fait et cause pour le peuple parisien, s’avance dans la cour de la Bastille, accompagné de bourgeois armés. Dépassant le pont-levis, la recrudescence des tensions est à son apogée. Les émeutiers sont dans la première cour, encore en-dehors de l’enceinte.

  • “Introduisez la balle dans votre pistolet, bourrez avec la tige sous le canon, versez la poudre dans le bassinet, relevez le chien avec le silex, tirez !” (Bruit de canonnade)

Accompagné d’un bruit d’explosion provenant d’un canon, Raoul Château exécute les ordres de son supérieur et, muni de son pistolet de cavalerie, tire sur la foule. Le peuple parisien, qu’il côtoie tous les jours, tente un coup de force pour pénétrer dans la Bastille. 

13h30

L’affrontement aux abords de la place de la Bastille, s’intensifie. La foule s’accroît devant la prison. Les soldats s’aperçoivent que les émeutiers sont désormais armés de pistolets, mais également de canons provenant des Invalides. À travers les cris de haine et de colère, une détonation retentit. La canonnade est tirée en direction des murs de la prison. La porte de la forteresse est touchée, elle tombe et permet aux émeutiers de pénétrer dans l’enceinte.

Cette brèche engendre le début des combats rapprochés, entre gardes royaux et insurgés. De nombreux corps viennent joncher le sol. Raoul Château tire à de multiples reprises sur la foule. C’est alors, qu’il se fait surprendre par un révolutionnaire. Ce dernier lui assène plusieurs coups de poing. Raoul arrive malgré tout à se débattre mais son arme tombe à terre, il essaye de s’enfuir. L’insurgé le rattrape, l’arme à feu dans les mains et lui donne un coup fatal avec la crosse du pistolet. Claude Carpentier, révolutionnaire de la première heure du faubourg Saint-Antoine, observe l’arme avec attention. Il décide de la garder afin de poursuivre son combat vers la liberté.

15h30

La Bastille est prise par les révolutionnaires. Les dernières négociations entre les insurgés et les forces du pouvoir, ont échoué. Les derniers soldats qui résistent encore, sont faits prisonniers. Certains insurgés se mettent à crier de joie devant la réussite de leur entreprise. D’autres, dans un moment de recueillement, viennent ramasser les corps de leurs camarades tombés pendant les affrontements. C’est à ce moment que Marie et Henri, deux amis de longue date de Claude, le retrouvent au milieu de la Bastille. Son corps est criblé de balles. Dans sa main droite, il tient le pistolet de cavalerie, comme s’il était prêt de nouveau à combattre. Ses amis décident alors d’offrir cette arme à son fils Joseph, en mémoire de la bravoure de son père, mort pour la liberté, qui au péril de sa vie a combattu de face les soldats royaux.

2 décembre 1805, Austerlitz

Joseph Carpentier, membre de l’armée révolutionnaire réorganisée par Napoléon, lance l’assaut contre les forces autrichiennes avec le pistolet de cavalerie de son père. L’arme retrouve sa fonction militaire première, celle de Raoul Château, pour la défense des intérêts de l’Etat qui désormais n’est plus la monarchie mais l’empire. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.