Description

Pistolet de cavalerie du modèle de 1763/66, troisième type dit “révolutionnaire”. Sa queue de culasse, marquée M 1763, permet d’identifier le modèle. L’inscription « Manufacture de Libreville » est frappée sur la platine, ce qui certifie sa fabrication entre 1789 et 1792. Le pontet est poinçonné d’un bonnet phrygien et la calotte arrondie est fixée de vis. En bois et en fer, il pèse 1,1 kg. La pierre à feu est encore présente. Une arme à feu complexe de ce type est composée de plusieurs parties : 

  • Le canon :  c’est le tube en métal servant au lancement de la balle. Il est en cette fin de XVIIIè siècle plat, rond et lisse. C’est-à-dire qu’il n’y a aucune rainure à l’intérieur du canon afin d’éviter les frottements. Le diamètre de la bouche du canon est de 15mm.
  • La baguette : celle-ci est glissée sous l’arme dans un renfoncement prévu à cet effet. Cette longue tige de fer trouve son utilité quand on sait que cette arme à feu utilise de la poudre noire pour sa mise à feu. La culasse étant fermée, la poudre et la balle se chargent par l’avant du canon. La baguette sert donc à tasser au fond du canon la poudre ainsi que la balle pour charger l’arme.
  • La culasse : partie charnière de l’arme qui fait la jointure entre le canon, la crosse et la platine, c’est la pièce qui assure l’étanchéité du mécanisme de mise à feu et donc de son bon fonctionnement. En cette fin du XVIIIè siècle elle est encore fermée et non-mobile. C’est pourquoi le chargement se fait par la bouche du canon.
  • La platine : la platine est la partie métallique sur le côté de l’arme où est fixé le mécanisme de mise à feu. Cette partie plus large contient bien souvent des inscriptions gravées.
  • La crosse : la crosse en bois, de forme incurvée est faite pour s’adapter au creux de la main des cavaliers. C’est l’extrémité de l’arme, large et ronde et renforcée par une pièce métallique. Il n’est pas rare d’apercevoir dans les œuvres de fiction, les cavaliers se servir de la crosse de leur arme pour assommer leur adversaire. Le poids du pistolet et la forme de la crosse le permettant aisément.

Musée : Dinan.

Inventaire : 1989.29.83.

Etat : bon état général ; crosse marquée de petits trous d’insecte xylophage (vrillette).

Matériaux : bois, fer, laiton, cuir et pierre. 

Dimensions :  longueur : 39,6 cm ; longueur de canon : 23 cm ; calibre de 17,1 mm.

Provenance : offert par Charles Rolland Néel de la Vigne à Luigi Odorici, premier conservateur du musée de Dinan. 

Datation : 1789-1792.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.