Contexte

La pratique de l’orfèvrerie civile est liée à celle de la frappe de la monnaie. Dans les deux cas, il s’agit de contrôler un travail autour des matériaux précieux. L’orfèvrerie produit des pièces destinées à des représentants d’une catégorie sociale élevée (noblesse, bourgeoisie, haut clergé) qui les personnalisaient en y gravant leur nom.  Il est possible de situer les foyers de production en Bretagne par la présence de nombreuses pièces d’orfèvrerie marquées de poinçons à partir du XVème siècle.  Ces derniers permettent de comprendre plus aisément le cadre dans lequel se déroule la production de l’orfèvrerie. Chacun d’entre eux a une signification bien précise et permet de contextualiser la pièce sur laquelle il est inscrit.  Ainsi, sous le pied de ce gobelet, il est possible d’observer quatre poinçons qui le marquent et le certifient. L’un d’entre eux, le poinçon de jurande, représente le corps de métier de la communauté de Dinan, un autre plus précisément le maître orfèvre Jean Joseph Falguière (un J et un F encadrant une hermine surmontée d’une fleur de lys), un troisième l’impôt à prélever (poinçon de charge) et un dernier la preuve que l’impôt a été prélevé (poinçon de décharge).  

La présence d‘orfèvres dans la ville de Dinan remonte à l’an 1539. Au début du XVIIIème siècle, il n’y a pas encore de jurande à Dinan, plusieurs orfèvres étrangers s’y installent et ce sont les orfèvres de Saint-Malo qui contrôlent ceux de Dinan, à l’image de Guillaume Hamon et René Briceau. 

Jean Joseph Falguière, l’orfèvre qui a réalisé ce gobelet, est né en 1707. A l’âge de 16 ans il obtient son brevet avant de devenir compagnon-orfèvre à Toulouse en 1729. En 1740, il peut s’installer à Dinan avec l’accord de trois maîtres orfèvres : Jean de Certainville, Jérome Prosper Mallet et Jean SagentCette même année, il devient maître orfèvre et obtient donc son poinçon portant les lettres J. et F. ainsi qu’une hermine et une fleur de lys couronnée. Par la suite en 1744, il est nommé sous-fermier de la marque, avant d’être chargé en 1746 de la mise en œuvre de la jurande à Dinan. Par ailleurs, c‘est en 1753 et pour une durée de deux années qu’il est nommé juré garde du poinçon de contremarque. Cela signifie que Jean Joseph Falguière doit gérer la communauté d’orfèvres de Dinan afin que les règles de l’orfèvrerie soient maintenues. Il meurt à Dinan en 1780.

La gravure sur le corps du gobelet nous indique l’identité de son propriétaire : Porée, qui pourrait être le nom d’une célèbre famille de négociants et armateurs de Saint-Malo. La famille Porée compte notamment Charles Porée de la Touche et Alain Porée du Breil, deux frères malouins ayant navigué ensemble et dont les actes étaient particulièrement reconnus. Tous deux étant décédés quelques années avant l’arrivée de Jean-Joseph Falguière, le gobelet  ne leur a pas appartenu. Il est toutefois possible qu’il ait été façonné pour un membre de leur famille portant sans doute le prénom de Florent. 

Le gobelet, ou timbale comme on l’appelait à l’époque, pouvait avoir de multiples usages. A cette époque, l’argent était considéré comme ayant des vertus purificatrices et une timbale de ce type pouvait représenter l’objet quotidien et indispensable d’un homme désireux de préserver sa santé en consommant une eau ou n’importe quelle autre boisson assainie  par simple contact avec le métal précieux. Propre à consommer des breuvages médicinaux, cette timbale pouvait être utilisée pour mélanger des préparations thérapeutiques. Les rayures circulaires dans le fond interne de la vasque laissent penser que son propriétaire usait d’un objet métallique à cette fin. 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.