Archives de catégorie : Master 2

Inventions et innovations dans la marine française relatives à la préparation et la conservation des denrées alimentaires : cuisines de bord et distillation de l’eau de mer (2nd moitié du XVIIe siècle – 1ère moitié du XIXe siècle) – Alan Heriveau (2016-2017)

 

Cuisine pour vaisseaux de guerre. W.Bowser & Son

 

Directrice  : Sylviane Llinares

Présentation du sujet

Après un premier travail en Master 1 sur les vivres de mer en France sous l’Ancien Régime permettant de comprendre le contexte de l’approvisionnement, du stockage et de la consommation des denrées alimentaires dans la marine marchande et militaire, notre sujet de Master 2 concerne plus spécifiquement le matériel technique employé dans la marine pour préparer et conserver les vivres à bord des navires du XVIIe au XIXe siècle. Cette étude vise à identifier les inventeurs qui ont œuvré par leurs travaux au perfectionnement et à l’amélioration des équipements de la marine française. Ces équipements correspondent à de nouveaux prototypes ou procédés culinaires employés à bord des navires marchands ou militaires, telle l’utilisation de nouvelles cuisines de bord ou des caisses à eaux. La période chronologique va de la 2nd moitié du XVIIe siècle qui correspond à l’introduction des grandes ordonnances de marine de Louis XIV, jusqu’à la 1ère moitié du XIXe siècle marquée par le changement du mode propulsion sur les navires de guerre avec le développement de la marine à vapeur.

Ce type de sujet réunit les thèmes de l’alimentation et de la technique. Notre approche est axée sur l’histoire des techniques, et notamment l’histoire de l’innovation matérielle et intellectuelle. Deux thèmes sont à l’étude pour aborder cette histoire matérielle et technique : les nouvelles méthodes de conservation et de préparation des aliments dans les marines marchandes et militaires et l’amélioration du matériel technique embarqué à bord des navires, tels que les cuisines et les appareils de distillation d’eau de mer. Les thèmes du sujet, renvoie à l’histoire de la protection industrielle et commerciale de l’invention. Les questionnements sur le brevetage et la protection industrielle sont à mettre en perspective avec les préoccupations des sociétés qui ont été confrontées à des problématiques parfois très similaires. Les manipulations et les fraudes concernant les brevets d’inventions et les monopoles industriels qui apparaissent, aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècle sont de parfaits exemples des enjeux liés au brevetage des nouvelles technologies. Ce sujet s’intéresse plus particulièrement à l’évolution de la propriété industrielle et des droits d’inventions accordés par la marine, de la 2nd moitié du XVIIe au milieu du XIXe siècle.

Point historiographique

L’intérêt pour l’histoire des techniques a plus d’un siècle. L’école des Annales impulse de nouveaux champs de recherche avec l’histoire économique et sociale, notamment par la voie de Lucien Febvre et Marc Bloch[1] . Lucien Febvre va théoriser la manière dont peut s’étudier méthodologiquement ce champ de recherche, en distinguant trois axes : constituer une histoire technique des techniques (par des praticiens sous peine d’erreurs et de confusion dans les termes et interprétations) ; puis évaluer « la part de la science dans l’invention technique et l’insertion de l’invention technique dans la série des faits scientifiques »; enfin, replacer l’activité technique au sein des autres activités humaines, afin d’entrevoir les évolutions technologiques périphériques. Les biographies, monographies et recherches spécialisées se sont multipliées depuis lors pour réaliser de façon collective une histoire des techniques. Les chercheurs vont se rassembler autour de problématiques nouvelles et développer une approche très quantitative pour exploiter les sources sur la technique et le matériel. La diversité des approches fait la richesse de ces études historiques, allant de la simple biographie d’inventeurs à l’histoire économique pure, en passant par l’histoire évènementielle des inventions, de leur destinée, de leur description technique (des procédés et machines). De nombreuses disciplines vont s’inspirer de cette nouvelle voie d’étude historique. Précurseur en la matière, l’Histoire maritime va s’emparer très tôt de ce sujet d’étude ; les travaux de Mme Sylviane Llinares attestent de cet intérêt historique pour les thématiques de l’invention et de l’innovation[2]. Ensuite, de nouveaux travaux historiques ont vu le jour ceux de Daniel Roche sur l’histoire de la consommation, de Liliane Hilaire-Pérez[3], sur l’histoire de l’invention ou encore Gérard Emptoz, sur les brevets d’invention.

Les thématiques du mémoire

Un sujet sur l’alimentation des équipages et les inventions matérielles est nécessairement pluridisciplinaire car il inclut la médecine ou encore la diététique, afin d’établir un tableau le complet possible des nouveaux usages technologiques dans la marine marchande et militaire. Choisir la Marine est un bon moyen pour étudier la réflexion scientifique, technique et intellectuelle sur les innovations hygiéniques. C’est un terrain d’expérimentation de premier ordre pour les inventeurs en quête de légitimation de leur travail industriel et technique, et un parfait moyen de diffusion commerciale de leur produit.

Deux thèmes d’étude ont été choisis :

  • Le premier sur les inventions répond à une problématique de conservation et de préparation des vivres produits pour les équipages des marines militaires et commerciales. Des inventions « organiques » aux formes variées : les bouillons et levures , les poudres alimentaires , la préparation des salaisons (par la suie, le charbon, la fumée, la gélatine), la distillation de l’eau de mer , la préparation des vins pour les voyages en mer/ la conservation du lait , la préparation de la pâte à pain et du biscuit de marine, la nouvelle utilisation de la glace et sa conservation à bord, les antiscorbutiques (jus de citron, choucroute, plantes) , les nouvelles conserves alimentaires (les procédés d’appertisation) et les techniques de désinfection des navires. Il est question d’analyser dans un premier temps les modes de préparation des denrées et les nouvelles introductions d’aliments dans les rations d’équipage, par exemple les rations économiques, tels que les tablettes de bouillon ou les antiscorbutiques, tels que le jus de citron pour préserver la santé de l’équipage. La conservation est le deuxième volet à prendre en considération. Il s’agit d’étudier les soucis d’hygiènes alimentaires qui se posent à bord, notamment la règlementation mise en place progressivement au XVIIIe siècle et qui s’affirme ensuite à l’aire du siècle hygiéniste, puis d’étudier les risques de corruption des aliments et les parades choisies pour contrer leur altération.
  • Le deuxième thème porte sur l’identification des inventeurs, les expérimentations menées, les nouvelles problématiques d’usage des technologies ( des fours / fourneaux / cuisines / marmites / foyers portatifs), les nouvelles interrogations sur les matériaux utilisés et leurs risques (l’intoxication par la rouille, le fer, la fonte, le plomb, la tôle) , les nouveaux combustibles utilisés (du bois, passage au charbon,), la ventilation des vaisseaux (interrogations sur les vapeurs de cuisine et la condensation qui en résulte), la réflexion portée sur la dangerosité des nouvelles cuisines (par les vapeurs, la tuyauterie et l’augmentation des fourneaux) , l’apparition des tout-premiers appareils réfrigérants, les nouveaux systèmes de siphons pour le remplissage des cales en eau douce et en vin …Un grand nombre de machines ont vu le jour entre la 2nd moitié du XVIIe et la 1ere moitié du XIXe siècle. Les évolutions sont riches d’enseignements sur les avancées techniques, les enjeux sanitaires et technologiques ainsi que sur les préoccupations scientifiques, politiques et militaires. L’étude permet aussi de comprendre les enjeux du brevet industriel et son statut, celui-ci mutant progressivement de la Révolution Française au Second Empire par l’influence des politiques nationales adoptées.

Sources utilisées

Trois fonds d’archives ont été sélectionnés pour cette étude :

  • Archives Nationales, fonds Marine ancienne (séries B, D, C, G), et la série F Commerce et industrie.
  • Service Historique de la Défense de Vincennes, Département Marine, la Série DD Matériel du Fonds Moderne (1789-1914)
  • Archives du Conservatoire National des Arts et Métiers et de l’Institut National de la Propriété Industrielle (séries 1BA et 1BB)

Après une analyse de l’inventaire du Service Historique de la Défense de Vincennes Département Marine, deux sous-séries dans la série DD – Matériel du fonds Moderne (1789-1914) ont été sélectionnées : les sous-séries 5DD1 et 6DD1 relatives aux dossiers d’invention (1814-1914) et aux projets et rapports divers (1818-1921).

Dans la catégorie des sources imprimées, la lecture des Annales Maritimes et coloniales (1789-1844) est indispensable. Les Annales maritimes sont des recueils référençant les activités de la marine et des colonies par année. Elles forment à ce titre une source d’informations précieuse de par la nature des découvertes que l’on peut y faire : lois et ordonnances royales, règlements et décisions ministérielles, rapports et mémoires d’exploration et de navigation, notices, études et synthèses scientifiques et techniques, mouvements des vaisseaux de la marine française, etc.

Le CNUM (Conservatoire numérique des Arts et Métiers), correspond à la base de données numérisée du CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers). Cette bibliothèque numérique sur l’histoire des sciences et des techniques recèle une collection en ligne très abondante sur les expositions universelles, l’histoire de l’industrie, de la construction, de l’énergie, du transport, des technologies de l’information et de la communication. Nous avons consulté les Bulletins de la Société d’Encouragement pour l’Industrie Nationale sur la période 1803-1840, collection entièrement numérisée à disposition sur la bibliothèque numérique du CNUM.

La dernière source à l’étude est celle des archives de l’Institut National de la Propriété Industrielle, qui concerne les dossiers de brevets d’invention d’Etat du XIXe siècle. L’INPI met à disposition sur sa base de données numérisée un grand nombre de notices détaillées, de calques et plans d’inventions issus des dossiers originaux, remontant jusqu’en 1791 et s’arrêtant en 1871. L’INPI a hérité des institutions antérieures qui ont œuvré à la préservation de la propriété industrielle et commerciale depuis les premières lois protégeant les droits des inventeurs en 1791. Ces documents livrent des informations remarquables sur la nature de l’expéditeur des dossiers d’invention, ils émanent directement des acteurs de la création technique (ingénieurs, mécaniciens, industriels, créateurs ou artisans).

Parallèlement à cet ensemble de sources s’ajoutent une étude des récits de voyages et journaux de bord, des traités, mémoire théoriques et essais de médecine, des décrets et ordonnances royales de la Marine, ainsi que des règlements sur la propreté et la salubrité à bord des vaisseaux. Ces sources éclairent les démarches personnelles des inventeurs et leurs motivations qu’elles soient d’ordre purement commercial ou dans l’intérêt général de la Marine, au bénéfice de la santé des équipages. Un certain nombre de ses mémoires, essais de médecine et d’hygiène du XVIIe, du XVIIIe et du XIXe siècle sont disponibles directement sur certaines plateformes de téléchargement et de publication électronique tels que Persée ou Gallica.

Bibliographie et liens internet

  • Carnet scientifique du Centre Alexandre Koyré. http://techniqcak.hypotheses.org/
  • (Dir.) BRET (P.), Hilaire-PEREZ (L.), GOUZEVITCH (I.), Les techniques et la technologie entre la France et la Grande-Bretagne XVIIe-XIXe siècles, 2010, Documents pour l’histoire des techniques, n°19, 2eme semestre. (colloque)
  • HILAIRE-PEREZ (L.), L’invention technique au siècle des lumières, Paris, Albin Michel, 2000.
  • LLINARES (S.), « Les archives de l’invention de la marine de guerre : réflexion pour une exploitation de la série Marine G (XVIIe-XIXe) », in (Dir.) CORCY (M.S.), DOUYERE-DEMEULENAERE (C.) et Hilaire-PEREZ (L.), Les archives de l’invention : écrits, objets et images de l’activité inventive, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2006, p363-375.

Machine distillatoire de Gautier (1717)

[1][1] Annales d’histoire économique et sociale, Paris, Éditions de l’EHESS, 1935, n°36.

[2] LLINARES (S.), « Les archives de l’invention de la marine de guerre : réflexion pour une exploitation de la série Marine G (XVIIe-XIXe) », in (Dir.) CORCY (M.S.), DOUYERE-DEMEULENAERE (C.) et Hilaire-PEREZ (L.), Les archives de l’invention : écrits, objets et images de l’activité inventive, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2006, p363-375.

[3]Hilaire-PEREZ (L.), L’invention technique au siècle des lumières, Paris, Albin Michel, 2000.

La coercition sur le corps du citoyen dans les cités d’Athènes et Sparte du VIIIe siècle au IVe siècle av J-C. -Amélie Briant (2016-2017)

Direction : Véronique Mehl

Mots-clés : Masculinité / Sévices / Corps / Antiquité / Grèce  / Hommes / Athènes / Sparte.

Résumé : Au cours de mon master 1, mon sujet de mémoire concernait l’idéal masculin grec du VIe au IVe siècle. Afin d’en approfondir une partie, mes recherches de master2 se sont focalisées sur la coercition exercée sur le corps du citoyen grec à Sparte et à Athènes. Comment les acteurs des cités contraignent-ils le corps des hommes afin d’en faire de bons citoyens-soldats. Ce sujet, je l’ai choisi d’abord, parce que c’était une suggestion de ma directrice de recherche. Et ensuite, parce que mon intérêt pour ce thème, qu’est la masculinité grecque, s’est rapidement développé. Cet objet d’étude se trouve être intéressant, d’autant plus qu’il est nouveau dans les champs de recherche historique. En effet, les premières études anglo-saxonnes sur la masculinité et l’homme en général n’ont débuté, qu’à partir des années 70 et se sont approfondies dans les années 90[1]. Quant aux travaux sur le corps masculin, ils ont également été menés au cours des années 70. Ceux-ci ont permis l’élaboration d’une histoire du corps, portée par les historiens : Alain Corbin, Rafael Mandressi, Georges Vigarello, Jean-Jacques Courtine et Roy Porte, qui publient en 2011, un ouvrage comprenant trois volumes, sur l’histoire du corps. À partir de cet axe d’étude, différents thèmes ont alors pu être explorés comme la virilité, le corps sur scène et le corps guerrier. En revanche, les études sur les pressions infligées aux citoyens sont plus rares. Elles émergent lentement et parallèlement aux travaux effectués sur les pressions et les sévices faits aux femmes[2]. Par ailleurs, ce sujet d’étude est ralenti par le manque de source, ainsi que le silence de celles-ci sur les sujets de violence et surtout sur celles faites aux hommes. Néanmoins, le sujet plus spécifique des trembleurs spartiates, et de leurs sorts a fait l’objet de plusieurs travaux menés notamment par Nicolas Richer, Nicole Loraux ou encore Annalisa Paradiso.

Mon thème de recherche s’intéresse donc à ces deux aspects que sont le corps et la masculinité. Il permet de donner une autre vision du citoyen grec, car les travaux de recherches en histoire ancienne s’intéressent en grande majorité aux femmes, aux esclaves et aux enfants. Alors que, les citoyens en eux-mêmes ne sont pas traités dans leur ensemble. Par exemple, on retrouve des études sur les soldats et les stratégies militaires, sur les politiciens et leurs fonctions dans les cités. En revanche, les pressions exercées sur le corps du citoyen et leurs objectifs sont peu étudiées alors qu’elles sont pourtant bien présentes.

On remarque clairement dans les sources et dans les études que les sociétés grecques sont des environnements d’observation et de contrôle. Chaque citoyen est sous la surveillance de ses égaux, et tout manquement au modèle physique et moral est souvent constaté ou réprimé. Les recherches menées au cours de mon premier mémoire m’ont permis de constater l’intérêt majeur que portent les Grecs à l’aspect extérieur de leurs corps. Ils accordent également un intérêt important à leurs qualités morales et à leur âme. Pour cette raison, l’éducation intellectuelle et militaire des jeunes garçons est au centre des préoccupations, que ce soit dans l’environnement familial, chez les magistrats ou encore au sein de l’élite citoyenne. Pour analyser précisément les pratiques éducatives communes ou non des Grecs, mes études se sont portées sur deux grandes cités que sont Athènes et Sparte. Ces deux exemples permettent notamment de mieux appréhender les différentes pressions que subissent les citoyens aussi bien, les hommes faits, que les plus jeunes. L’objectif est de déterminer les acteurs et de relever les points communs de ces pratiques éducatives et coercitives qui s’exercent sur le citoyen, en société et dans un environnement militaire. Et ainsi de déterminer comment les Grecs imposent un modèle masculin de virilité.

           La période chronologique choisie qui s’étale du VIe au IVe siècle a.C. permet de comprendre les concepts majeurs de l’éducation athénienne et spartiate, ainsi que les pressions exercées par ces sociétés sur les corps des citoyens. C’est par le biais des philosophes comme Platon et Aristote que l’on peut dresser un tableau instructif de l’éducation des jeunes garçons à Athènes. Les œuvres de Plutarque, quant à elles, reflètent en partie les relations et les comportements sociaux des citoyens à Athènes et Sparte. Elles apportent notamment des éclaircissements sur le cas particulier des trembleurs spartiates, en révélant les sévices subis par les citoyens, en cas de mauvais comportement. Pour approfondir les informations sur la cité lacédémonienne, pour laquelle les sources manquent, je me suis également intéressée aux œuvres de Xénophon. Celles-ci viennent compléter les renseignements, que l’on retrouve chez Plutarque sur l’éducation et la société lacédémonienne.

 

« 8. Celui qui se montrait le plus intelligent et le plus acharné au combat devenait le chef de la troupe ; tous fixaient leurs regards sur lui, obéissaient à ses ordres et se laissaient punir par lui : l’éducation était d’abord un apprentissage de l’obéissance. 9. Les vieillards surveillaient leurs jeux et ne cessaient de provoquer beaucoup de bagarres et de disputes, pour étudier la nature de chacun et voir s’il serait courageux et ne se déroberait pas point au combat. 10. Leur apprentissage des lettres se bornait au strict nécessaire ; tout le reste de leur éducation visait à apprendre à bien obéir, à endurer l’effort et à vaincre au combat. » 16.8-10. Plutarque, « Vie de Lycurgue », Vies parallèles, Paris, Gallimard, 2001. Cet extrait de la vie de Lycurgue, le légendaire législateur de Sparte, écrit par Plutarque, illustre les pressions constantes qui sont exercées sur les garçons et les citoyens de Sparte. On remarque, la présence de plusieurs acteurs, qui participent à l’éducation des citoyens, comme les irènes et les vieillards. Ce passage expose l’objectif de l’éducation spartiate qui est de rendre les hommes obéissants et combattants.

[1] Les mouvements des Women’s Studies et Gender Studies (1970). Puis celui du Journal of Men’s Studies (en 1992) et Men and Masculinities (en 1998).

[2] Lydie bodiou, Frédéric chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom et Myriam Soria (dir.), Corps en lambeaux, Rennes, PUR, 2016, 416 p.

 

Bibliographie sélective :

BRULÉ Pierre, « Les codes du genre et les maladies de l’andreia : rencontres entre structure et histoire dans l’Athènes classique », dans, BERTRAND Jean-Marie, (éd.), La violence dans les mondes grec et romain, Sorbonne, Publication de la Sorbonne, 2005, p.247-269.

RICHER Nicolas, La religion des spartiates croyances et cultes dans l’Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, 2012, 805 p.

RICHER Nicolas, Les éphores études sur l’histoire et sur l’image de Sparte (VIIIe-IIIe siècle avant Jésus-Christ), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, 636 p.

VIDAL-NACQUET Pierre, Le chasseur noir formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, La découverte, 1991, 485 p.

 

 

La France dans les négociations de l’Acte unique européen, 1984-1987 -Grégoire Bourgeais (2016-2017)

Directeur : Nicolas Badalassi

Mots-clés : Acte unique européen / Communauté européenne / 1980 / construction européenne / Mitterrand

Résumé :

Mon sujet traite des négociations et de la place de l’Acte unique européen dans la construction européenne du point de vue français, comparé aux positions anglaises et ouest-allemandes autour de la Communauté Européenne. de cette époque. Signé les 17 et 28 février 1986, puis ratifié par les Etats-membres entre mars 1986 et juillet 1987, l’Acte unique européen est une réforme des traités communautaires existants, à savoir le Traité CECA (Communauté du charbon et de l’acier) de 1951 et les Traités de Rome de 1957, C.E.E (Communauté économique européenne) et EURATOM (Communauté européenne de l’énergie atomique). Dans un contexte d’intérêts divergents, de tensions et de désaccords, l’objectif est de relancer la construction européenne, si tant est qu’elle se soit arrêtée. En effet, l’étude du sujet démontre que la construction ne s’est pas interrompue dans les années 1970. Elle a évolué. Elle a pris une forme intergouvernementale, hors du cadre de la Communauté européenne, grâce à la dynamique franco-allemande. Sous l’impulsion de personnalités comme François Mitterrand, Jacques Delors, Margaret Thatcher ou encore Helmut Kohl, l’Acte unique européen a pour but de consacrer les acquis des décennies précédentes et de faire le lien avec les années à venir, dont le résultat final est inscrit clairement dans l’Acte : finaliser le Marché commun d’ici le 31 décembre 1992.

Méthode de travail :

Pour réaliser ce travail, je m’appuie essentiellement sur les archives diplomatiques françaises du Quai d’Orsay depuis le Master 1. Depuis le début du Master 2, j’ai continué à les étudier, mais en cherchant à rajouter les archives des conseillers diplomatiques de François Mitterrand, archives personnelles de Jacques Delors, mais aussi les archives des parlements nationaux anglais et français. Les dossiers des archives diplomatiques sont majoritairement composés de télégrammes entre les ambassades et le Ministère des Affaires étrangères, mais il se peut qu’il y ait, notamment dans les périodes de négociations intenses, la présence de notes décrivant la position française, ainsi que de retranscriptions d’entretiens avec des personnalités importantes, comme les ministres des autres Etats membres.

Difficultés :

Il n’y a évidemment pas que les archives, mais le thème de l’Acte unique européen est très peu traité par l’historiographie européenne. Il y a plusieurs raisons qui expliquent que la réforme de 1986 soit si peu étudiée, comme la méconnaissance du thème ou encore une mise à l’écart involontaire, voire volontaire. Il y a donc tout un pan de l’histoire européenne à combler. Ce vide implique une réflexion globale à faire sur la perception des années 1980 par l’historiographie européenne, constituant l’un des axes majeurs de mon mémoire de Master 2.

Bibliographie indicative :

GERBET Pierre, La construction de l’Europe, A. Colin, Paris, 2007, 579 p.

STARK Hans, Kohl, l’Allemagne et l’Europe : La politique d’intégration européenne de la République fédérale, 1982-1998, L’Harmattan, Paris, 2004, 488 p.

VAROUFAKIS Yánis, Et les faibles subissent ce qu’ils doivent ?: Comment l’Europe de l’austérité menace la stabilité du monde, Les Liens qui Libèrent, Paris, 2016, 432 p.

WALL Stephen, A stranger in Europe : Britain and the EU from Thatcher to Blair, Oxford University Press, Oxford, 2008, 230 p.

Ronald Reagan vu par la diplomatie française -Mathieu Le Reour (2016-2017)

Directeur : Nicolas Badalassi

Mots-clés : diplomatie / conservatisme / droite américaine / parti républicain

Résumé :

Ce sujet de master s’inscrit dans une période de crise pour les États-Unis. Il débute en 1967, date de la prise de fonctions de Ronald Reagan au poste de gouverneur de Californie, et se termine en 1984, date de la fin de son premier mandat de président. Il s’agit d’étudier la perception que les diplomates français ont de la carrière et des actions de Ronald Reagan en Californie, à la tête du parti républicain ou à la présidence des États-Unis. Or, la politique américaine agit directement sur les actions et les choix de la France en matière de politique internationale. Tout au long de la période, les diplomates gaullistes et atlantistes se divisent entre une politique de rapprochement avec l’Union Soviétique et le maintien d’une forte coopération avec les États-Unis. Elle veut aussi jouer un rôle prépondérant dans la détente Est-Ouest. Les diplomates suivent les débats car la France doit se sentir concernée par le degré d’interventionnisme des différents candidats à la présidence des États-Unis (isolationnisme, réalisme, idéalisme) dans le contexte de la Guerre froide.

Le contexte de la guerre du Vietnam est un traumatisme pour les Américains, par ses pertes militaires, mais surtout parce qu’il s’agit de la première défaite américaine. Elle remet en question le leadership des États-Unis sur le monde. Seulement, les États-Unis sont aussi confrontés à une crise économique à cause du choc pétrolier de 1973, à une crise politique symbolisée par le scandale du Watergate. Plus largement, le président Jimmy Carter parle d’une « crise de confiance » lors de son discours du 15 juillet 1979.

Ce sujet débute dans une période de confrontation entre les États-Unis et l’URSS au Vietnam, pendant laquelle les opinions divergent quant à la politique étrangère à adopter. La ligne de Ronald Reagan et de ses soutiens est ferme : il faut s’opposer idéologiquement et physiquement à l’Union Soviétique. C’est aussi une période qui a changé l’identité du parti républicain, mais aussi celle des États-Unis. Les conservateurs se mobilisent contre les changements culturels qui marquent les États-Unis de leur empreinte, le Civil Rights Act, la Great Society, les revendications de la Nouvelle-Gauche, la légalisation du droit à l’avortement et la mise en place de l’Affirmative Action. Ils sont partisans d’un progrès plus tempéré de la société américaine.

En matière d’économie, Reagan et les conservateurs proposent une ligne plus libérale pour mettre fin à la crise et à l’inflation. Les théories libérales de Reagan, largement influencées par l’École de Chicago, sont le pendant de la révolution conservatrice qui marque le début de son mandat présidentiel. Ces mêmes théories libérales qui bouleversent le modèle économique français suite à la mise en place du « tournant de la rigueur » par le président François Mitterrand.

Les conservateurs se substituent progressivement aux modérés à la tête du parti et ils vont s’unir autour de Ronald Reagan. Cette branche est plus conservatrice sur les sujets sociaux, plus libérale économiquement et plus agressive sur la scène internationale. Ce sont des idées qui entrent en opposition avec l’idéologie dominante de la première moitié des années 1970. Or, à la suite de l’échec de Gérald Ford à l’élection de 1976 face au démocrate Jimmy Carter, le parti se radicalise de multiples façons. L’intérêt principal du mémoire est l’étude de cette ascension des conservateurs par les diplomates français, d’autant plus qu’une fois au pouvoir, la politique de Ronald Reagan n’est pas aussi rectiligne, idéologique et dangereuse que certains commentateurs l’avaient imaginé. Dans les années 1980, à la suite de l’élection de Reagan, la diplomatie française rend compte d’une révolution conservatrice qui lutte contre tous les acquis des années 1960 et 1970.

Bibliographie indicative :

▫ COPPOLANI, Antoine, La vie politique aux États-Unis de 1945 à nos jours, Paris, Ellipses, 1997.

▫ COPPOLANI Antoine, Gouverner la Californie : l’expérience du libéralisme responsable : 1958-1966, thèse sous la direction de Pierre Mélandri, 1998.

▫ COSTE Françoise, Reagan, Éditions Perrin, 2015.

▫ FUKUYAMA Francis, D’où viennent les Néo-conservateurs ?, Paris, Grasset, 2006.

▫ KASPI André, Les Américains : les États-Unis de 1945 à nos jours, tome 2, Seuil, Paris, 2002.

▫ MELANDRI, Pierre, Reagan : une biographie totale, Paris, Laffont, 1988.