Archives de catégorie : Histoire contemporaine

La France dans les négociations de l’Acte unique européen, 1984-1987 -Grégoire Bourgeais (2016-2017)

Directeur : Nicolas Badalassi

Mots-clés : Acte unique européen / Communauté européenne / 1980 / construction européenne / Mitterrand

Résumé :

Mon sujet traite des négociations et de la place de l’Acte unique européen dans la construction européenne du point de vue français, comparé aux positions anglaises et ouest-allemandes autour de la Communauté Européenne. de cette époque. Signé les 17 et 28 février 1986, puis ratifié par les Etats-membres entre mars 1986 et juillet 1987, l’Acte unique européen est une réforme des traités communautaires existants, à savoir le Traité CECA (Communauté du charbon et de l’acier) de 1951 et les Traités de Rome de 1957, C.E.E (Communauté économique européenne) et EURATOM (Communauté européenne de l’énergie atomique). Dans un contexte d’intérêts divergents, de tensions et de désaccords, l’objectif est de relancer la construction européenne, si tant est qu’elle se soit arrêtée. En effet, l’étude du sujet démontre que la construction ne s’est pas interrompue dans les années 1970. Elle a évolué. Elle a pris une forme intergouvernementale, hors du cadre de la Communauté européenne, grâce à la dynamique franco-allemande. Sous l’impulsion de personnalités comme François Mitterrand, Jacques Delors, Margaret Thatcher ou encore Helmut Kohl, l’Acte unique européen a pour but de consacrer les acquis des décennies précédentes et de faire le lien avec les années à venir, dont le résultat final est inscrit clairement dans l’Acte : finaliser le Marché commun d’ici le 31 décembre 1992.

Méthode de travail :

Pour réaliser ce travail, je m’appuie essentiellement sur les archives diplomatiques françaises du Quai d’Orsay depuis le Master 1. Depuis le début du Master 2, j’ai continué à les étudier, mais en cherchant à rajouter les archives des conseillers diplomatiques de François Mitterrand, archives personnelles de Jacques Delors, mais aussi les archives des parlements nationaux anglais et français. Les dossiers des archives diplomatiques sont majoritairement composés de télégrammes entre les ambassades et le Ministère des Affaires étrangères, mais il se peut qu’il y ait, notamment dans les périodes de négociations intenses, la présence de notes décrivant la position française, ainsi que de retranscriptions d’entretiens avec des personnalités importantes, comme les ministres des autres Etats membres.

Difficultés :

Il n’y a évidemment pas que les archives, mais le thème de l’Acte unique européen est très peu traité par l’historiographie européenne. Il y a plusieurs raisons qui expliquent que la réforme de 1986 soit si peu étudiée, comme la méconnaissance du thème ou encore une mise à l’écart involontaire, voire volontaire. Il y a donc tout un pan de l’histoire européenne à combler. Ce vide implique une réflexion globale à faire sur la perception des années 1980 par l’historiographie européenne, constituant l’un des axes majeurs de mon mémoire de Master 2.

Bibliographie indicative :

GERBET Pierre, La construction de l’Europe, A. Colin, Paris, 2007, 579 p.

STARK Hans, Kohl, l’Allemagne et l’Europe : La politique d’intégration européenne de la République fédérale, 1982-1998, L’Harmattan, Paris, 2004, 488 p.

VAROUFAKIS Yánis, Et les faibles subissent ce qu’ils doivent ?: Comment l’Europe de l’austérité menace la stabilité du monde, Les Liens qui Libèrent, Paris, 2016, 432 p.

WALL Stephen, A stranger in Europe : Britain and the EU from Thatcher to Blair, Oxford University Press, Oxford, 2008, 230 p.

Ronald Reagan vu par la diplomatie française -Mathieu Le Reour (2016-2017)

Directeur : Nicolas Badalassi

Mots-clés : diplomatie / conservatisme / droite américaine / parti républicain

Résumé :

Ce sujet de master s’inscrit dans une période de crise pour les États-Unis. Il débute en 1967, date de la prise de fonctions de Ronald Reagan au poste de gouverneur de Californie, et se termine en 1984, date de la fin de son premier mandat de président. Il s’agit d’étudier la perception que les diplomates français ont de la carrière et des actions de Ronald Reagan en Californie, à la tête du parti républicain ou à la présidence des États-Unis. Or, la politique américaine agit directement sur les actions et les choix de la France en matière de politique internationale. Tout au long de la période, les diplomates gaullistes et atlantistes se divisent entre une politique de rapprochement avec l’Union Soviétique et le maintien d’une forte coopération avec les États-Unis. Elle veut aussi jouer un rôle prépondérant dans la détente Est-Ouest. Les diplomates suivent les débats car la France doit se sentir concernée par le degré d’interventionnisme des différents candidats à la présidence des États-Unis (isolationnisme, réalisme, idéalisme) dans le contexte de la Guerre froide.

Le contexte de la guerre du Vietnam est un traumatisme pour les Américains, par ses pertes militaires, mais surtout parce qu’il s’agit de la première défaite américaine. Elle remet en question le leadership des États-Unis sur le monde. Seulement, les États-Unis sont aussi confrontés à une crise économique à cause du choc pétrolier de 1973, à une crise politique symbolisée par le scandale du Watergate. Plus largement, le président Jimmy Carter parle d’une « crise de confiance » lors de son discours du 15 juillet 1979.

Ce sujet débute dans une période de confrontation entre les États-Unis et l’URSS au Vietnam, pendant laquelle les opinions divergent quant à la politique étrangère à adopter. La ligne de Ronald Reagan et de ses soutiens est ferme : il faut s’opposer idéologiquement et physiquement à l’Union Soviétique. C’est aussi une période qui a changé l’identité du parti républicain, mais aussi celle des États-Unis. Les conservateurs se mobilisent contre les changements culturels qui marquent les États-Unis de leur empreinte, le Civil Rights Act, la Great Society, les revendications de la Nouvelle-Gauche, la légalisation du droit à l’avortement et la mise en place de l’Affirmative Action. Ils sont partisans d’un progrès plus tempéré de la société américaine.

En matière d’économie, Reagan et les conservateurs proposent une ligne plus libérale pour mettre fin à la crise et à l’inflation. Les théories libérales de Reagan, largement influencées par l’École de Chicago, sont le pendant de la révolution conservatrice qui marque le début de son mandat présidentiel. Ces mêmes théories libérales qui bouleversent le modèle économique français suite à la mise en place du « tournant de la rigueur » par le président François Mitterrand.

Les conservateurs se substituent progressivement aux modérés à la tête du parti et ils vont s’unir autour de Ronald Reagan. Cette branche est plus conservatrice sur les sujets sociaux, plus libérale économiquement et plus agressive sur la scène internationale. Ce sont des idées qui entrent en opposition avec l’idéologie dominante de la première moitié des années 1970. Or, à la suite de l’échec de Gérald Ford à l’élection de 1976 face au démocrate Jimmy Carter, le parti se radicalise de multiples façons. L’intérêt principal du mémoire est l’étude de cette ascension des conservateurs par les diplomates français, d’autant plus qu’une fois au pouvoir, la politique de Ronald Reagan n’est pas aussi rectiligne, idéologique et dangereuse que certains commentateurs l’avaient imaginé. Dans les années 1980, à la suite de l’élection de Reagan, la diplomatie française rend compte d’une révolution conservatrice qui lutte contre tous les acquis des années 1960 et 1970.

Bibliographie indicative :

▫ COPPOLANI, Antoine, La vie politique aux États-Unis de 1945 à nos jours, Paris, Ellipses, 1997.

▫ COPPOLANI Antoine, Gouverner la Californie : l’expérience du libéralisme responsable : 1958-1966, thèse sous la direction de Pierre Mélandri, 1998.

▫ COSTE Françoise, Reagan, Éditions Perrin, 2015.

▫ FUKUYAMA Francis, D’où viennent les Néo-conservateurs ?, Paris, Grasset, 2006.

▫ KASPI André, Les Américains : les États-Unis de 1945 à nos jours, tome 2, Seuil, Paris, 2002.

▫ MELANDRI, Pierre, Reagan : une biographie totale, Paris, Laffont, 1988.