Archives de catégorie : Histoire ancienne

La coercition sur le corps du citoyen dans les cités d’Athènes et Sparte du VIIIe siècle au IVe siècle av J-C. -Amélie Briant (2016-2017)

Direction : Véronique Mehl

Mots-clés : Masculinité / Sévices / Corps / Antiquité / Grèce  / Hommes / Athènes / Sparte.

Résumé : Au cours de mon master 1, mon sujet de mémoire concernait l’idéal masculin grec du VIe au IVe siècle. Afin d’en approfondir une partie, mes recherches de master2 se sont focalisées sur la coercition exercée sur le corps du citoyen grec à Sparte et à Athènes. Comment les acteurs des cités contraignent-ils le corps des hommes afin d’en faire de bons citoyens-soldats. Ce sujet, je l’ai choisi d’abord, parce que c’était une suggestion de ma directrice de recherche. Et ensuite, parce que mon intérêt pour ce thème, qu’est la masculinité grecque, s’est rapidement développé. Cet objet d’étude se trouve être intéressant, d’autant plus qu’il est nouveau dans les champs de recherche historique. En effet, les premières études anglo-saxonnes sur la masculinité et l’homme en général n’ont débuté, qu’à partir des années 70 et se sont approfondies dans les années 90[1]. Quant aux travaux sur le corps masculin, ils ont également été menés au cours des années 70. Ceux-ci ont permis l’élaboration d’une histoire du corps, portée par les historiens : Alain Corbin, Rafael Mandressi, Georges Vigarello, Jean-Jacques Courtine et Roy Porte, qui publient en 2011, un ouvrage comprenant trois volumes, sur l’histoire du corps. À partir de cet axe d’étude, différents thèmes ont alors pu être explorés comme la virilité, le corps sur scène et le corps guerrier. En revanche, les études sur les pressions infligées aux citoyens sont plus rares. Elles émergent lentement et parallèlement aux travaux effectués sur les pressions et les sévices faits aux femmes[2]. Par ailleurs, ce sujet d’étude est ralenti par le manque de source, ainsi que le silence de celles-ci sur les sujets de violence et surtout sur celles faites aux hommes. Néanmoins, le sujet plus spécifique des trembleurs spartiates, et de leurs sorts a fait l’objet de plusieurs travaux menés notamment par Nicolas Richer, Nicole Loraux ou encore Annalisa Paradiso.

Mon thème de recherche s’intéresse donc à ces deux aspects que sont le corps et la masculinité. Il permet de donner une autre vision du citoyen grec, car les travaux de recherches en histoire ancienne s’intéressent en grande majorité aux femmes, aux esclaves et aux enfants. Alors que, les citoyens en eux-mêmes ne sont pas traités dans leur ensemble. Par exemple, on retrouve des études sur les soldats et les stratégies militaires, sur les politiciens et leurs fonctions dans les cités. En revanche, les pressions exercées sur le corps du citoyen et leurs objectifs sont peu étudiées alors qu’elles sont pourtant bien présentes.

On remarque clairement dans les sources et dans les études que les sociétés grecques sont des environnements d’observation et de contrôle. Chaque citoyen est sous la surveillance de ses égaux, et tout manquement au modèle physique et moral est souvent constaté ou réprimé. Les recherches menées au cours de mon premier mémoire m’ont permis de constater l’intérêt majeur que portent les Grecs à l’aspect extérieur de leurs corps. Ils accordent également un intérêt important à leurs qualités morales et à leur âme. Pour cette raison, l’éducation intellectuelle et militaire des jeunes garçons est au centre des préoccupations, que ce soit dans l’environnement familial, chez les magistrats ou encore au sein de l’élite citoyenne. Pour analyser précisément les pratiques éducatives communes ou non des Grecs, mes études se sont portées sur deux grandes cités que sont Athènes et Sparte. Ces deux exemples permettent notamment de mieux appréhender les différentes pressions que subissent les citoyens aussi bien, les hommes faits, que les plus jeunes. L’objectif est de déterminer les acteurs et de relever les points communs de ces pratiques éducatives et coercitives qui s’exercent sur le citoyen, en société et dans un environnement militaire. Et ainsi de déterminer comment les Grecs imposent un modèle masculin de virilité.

           La période chronologique choisie qui s’étale du VIe au IVe siècle a.C. permet de comprendre les concepts majeurs de l’éducation athénienne et spartiate, ainsi que les pressions exercées par ces sociétés sur les corps des citoyens. C’est par le biais des philosophes comme Platon et Aristote que l’on peut dresser un tableau instructif de l’éducation des jeunes garçons à Athènes. Les œuvres de Plutarque, quant à elles, reflètent en partie les relations et les comportements sociaux des citoyens à Athènes et Sparte. Elles apportent notamment des éclaircissements sur le cas particulier des trembleurs spartiates, en révélant les sévices subis par les citoyens, en cas de mauvais comportement. Pour approfondir les informations sur la cité lacédémonienne, pour laquelle les sources manquent, je me suis également intéressée aux œuvres de Xénophon. Celles-ci viennent compléter les renseignements, que l’on retrouve chez Plutarque sur l’éducation et la société lacédémonienne.

 

« 8. Celui qui se montrait le plus intelligent et le plus acharné au combat devenait le chef de la troupe ; tous fixaient leurs regards sur lui, obéissaient à ses ordres et se laissaient punir par lui : l’éducation était d’abord un apprentissage de l’obéissance. 9. Les vieillards surveillaient leurs jeux et ne cessaient de provoquer beaucoup de bagarres et de disputes, pour étudier la nature de chacun et voir s’il serait courageux et ne se déroberait pas point au combat. 10. Leur apprentissage des lettres se bornait au strict nécessaire ; tout le reste de leur éducation visait à apprendre à bien obéir, à endurer l’effort et à vaincre au combat. » 16.8-10. Plutarque, « Vie de Lycurgue », Vies parallèles, Paris, Gallimard, 2001. Cet extrait de la vie de Lycurgue, le légendaire législateur de Sparte, écrit par Plutarque, illustre les pressions constantes qui sont exercées sur les garçons et les citoyens de Sparte. On remarque, la présence de plusieurs acteurs, qui participent à l’éducation des citoyens, comme les irènes et les vieillards. Ce passage expose l’objectif de l’éducation spartiate qui est de rendre les hommes obéissants et combattants.

[1] Les mouvements des Women’s Studies et Gender Studies (1970). Puis celui du Journal of Men’s Studies (en 1992) et Men and Masculinities (en 1998).

[2] Lydie bodiou, Frédéric chauvaud, Ludovic Gaussot, Marie-José Grihom et Myriam Soria (dir.), Corps en lambeaux, Rennes, PUR, 2016, 416 p.

 

Bibliographie sélective :

BRULÉ Pierre, « Les codes du genre et les maladies de l’andreia : rencontres entre structure et histoire dans l’Athènes classique », dans, BERTRAND Jean-Marie, (éd.), La violence dans les mondes grec et romain, Sorbonne, Publication de la Sorbonne, 2005, p.247-269.

RICHER Nicolas, La religion des spartiates croyances et cultes dans l’Antiquité, Paris, Les Belles Lettres, 2012, 805 p.

RICHER Nicolas, Les éphores études sur l’histoire et sur l’image de Sparte (VIIIe-IIIe siècle avant Jésus-Christ), Paris, Publications de la Sorbonne, 1998, 636 p.

VIDAL-NACQUET Pierre, Le chasseur noir formes de pensée et formes de société dans le monde grec, Paris, La découverte, 1991, 485 p.