Archives de catégorie : Exposition

Archéologie du futur – Catalogue

1- Musée de la mer et de l’espace

 

UBS-512-01. Maquette de planète

Dimensions : Diam. 18 cm.

Etat : Archéologiquement complet mais dégradé, fissuré, avec parties lacunaires.

Matière : Mousse polyuréthane.

Description : Objet sphérique orange marqué de tâches bleues et d’un décor en creux formant des pentagones et hexagones sur toute la surface.

Interprétation : Maquette pédagogique utilisée en école de formation spatiale au XXe siècle pour étudier la morphologie de la planète Ramsès II, notamment sa structure géologique, le mouvement de ses plaques tectonique ainsi que l’histoire des activités humaines sur la planète. Elle se situe dans le secteur spatial 2814 de la galaxie Radical (voir objet suivant). Les différentes plaques tectoniques sont représentées par de fins segments illustrant les formes pentagonales ou hexagonales des plaques. Les grandes crevasses situées au Nord de la planète descendent à une profondeur de plus de 80 000 mètres. Elles résultent du mouvement des tectoniques des plaques qui s’éloignent à cet endroit mais aussi d’un grand nombre d’impacts de météorites provenant de la couronne de Mélénik Ier. La planète Ramsès II est essentiellement composée de cuivre, ce qui lui donne cette couleur orange. Enfin, les points bleus représentent les bases spatiales construites au XXIe siècle, dans les débuts de l’expansion spatiale humaine. Celles-ci sont au nombre de trois : les stations « Crazy Horse » et « Dedan Kimathi » situées à proximité des grandes crevasses du Nord étaient spécialisées dans l’étude des plaques tectoniques et de leurs impacts sur la planète ; la station « Yagan » située au Sud de Ramsès II étudiait l’atmosphère de la planète.

 

UBS-512-02. Trois maquettes de satellites

Dimensions : Diam. : 6 cm.

Etat : Objets complets mais à la surface fortement dégradée par désquamation.

Matière: Plastique dur et textile synthétique.

Description : Sphères creuses, molles, de couleur grise, avec un revêtement en textile synthétique jaune pâle. Deux bandes sinueuses en léger creux symétriques sur les côtés de la sphère.

Inscription : Entre les bandes sinueuses, deux inscription, l’une au dessus de l’autre : « HEAD »/ « RADICAL ».

Interprétation : Maquettes pédagogiques sans doute intégrées dans la galerie d’exposition sur les planètes. On suppose qu’elles représentent les satellites naturels de la planète Ramsès II (voir l’objet précédent). Les satellites n’ont pas tous la même pesanteur, ils devaient se situer à des distances plus ou moins grandes de la planète mère. Les inscriptions sur les sphères indiquent certainement les noms de ces satellites « Head1 », « Head 2 » et la galaxie « Radical » à laquelle ils appartiennent.

UBS-512-03. Modèles de piliers de bases de lancement

Dimensions : Haut. maximale : 16 cm ; Diam. : 2 cm.

Etat : Bon état général avec quelques déformations par endroits.

Matière : Plastique dur.

Description : Cylindres composés de deux parties amovibles, avec l’une coulissante dans l’autre permettant un mouvement de va-et-vient. La partie supérieure est effilée et la partie inférieure est large et plane.

Interprétation : Il s’agit d’éléments de la maquette de plate-forme de lancement (piliers à air comprimé) accompagnant l’exposition du modèle de vaisseau spatial touristique. Les quatre piliers coulissants étaient fixés à la plate-forme de la base de lancement de la fusée spatiale. Le mécanisme coulissant à air comprimé servait-il à équilibrer et stabiliser la plate-forme de lancement ou à la propulsion de la fusée afin de lui donner une vitesse suffisante pour s’extraire de l’atmosphère ?

 

UBS-512-04. Modèle de vaisseau spatial touristique

Dimensions : Haut. : 9 cm ; Diam. maximal : 6,5 cm ; Diam. minimal : 2 cm.

Etat : Bon état général, quelques parties déformées.

Matière : Plastique dur et plastique souple.

Description : Cône dont l’extrémité est arrondie et dont le corps se déploie sous la forme d’un filet fin et malléable.

Interprétation : D’après l’aspect de cet objet, on suppose qu’il représente un modèle réduit simplifié du premier vaisseau spatial à usage touristique. Ce vaisseau était divisé en quatre parties. La partie pleine à l’avant du vaisseau représente la cabine de pilotage d’où le capitaine et les membres de l’équipage manœuvraient le vaisseau. La seconde partie du vaisseau était la plus spacieuse, réservée aux classes les plus riches de la société. Son sol était composé de « pexivitre », une matière proche du verre mais extrêmement résistante. Cela permettait aux passagers d’avoir une vue sur l’espace. Au centre de cette partie se trouvaient les cabines des passagers. La troisième partie était divisée en deux secteurs. Le premier secteur, interdit aux passagers, était celui des machines, du stockage des vivres et des cuisines du vaisseau. Quant au second secteur, il était composé des salles à manger, bars et espaces de spectacles et de divertissements. Enfin, la quatrième partie, la plus volumineuse du vaisseau, devait être consacrée aux cabines des passagers les plus pauvres. Les cabines étaient petites et accueillaient certainement un grand nombre de passagers. Ce vaisseau créé par la Communauté Internationale peu de temps avant l’avènement de l’Ere du Plastique, découvrit lors de son premier voyage la planète « Ramsès II » située dans le secteur spatial 2814.

UBS-512-05. Pièce originale du vaisseau touristique

Dimensions : Larg. : 9 cm ; Long: 6,5 cm

Etat : Objet déformé avec une grande partie manquante.

Matière : Plastique dur et métal.

Description : Plaque rigide sur laquelle ont été fixés des petits éléments métalliques en relief parfois reliés entre eux par des fils. Des symboles sont inscrits de part et d’autre.

Interprétation : Cet objet, bien qu’incomplet, laisse à penser qu’il s’agit d’une pièce détachée du vaisseau spatial touristique dont le modèle est présenté en exposition (voir exemplaire précédent). Les interprétations relatives aux symboles gravés sont multiples : fonction militaire, technique ou signalétique ? Les spécialistes tendent vers cette dernière hypothèse. Il pourrait s’agir d’un plan électronique de l’intérieur du vaisseau spatial permettant aux passagers de se repérer dans le dédale de coursives et de couloirs de chaque étage.

UBS-512-06. Cône militaire de communication maritime

Dimensions : Haut. : 50 cm ; Diam. maximal : 20 cm ; Diam. minimal : 4 cm

Etat : Objet complet et en relatif bon état avec quelques déformations et déchirures.

Matière : Plastique rigide orange et blanc.

Description : Forme tronconique élancée à partir d’une base plane carrée. Bandes blanches et orange alternées.

Interprétation : Ce cône représente la partie supérieure d’un système de communication par projection d’ondes acoustiques se reflétant sur la surface de l’eau. La portée de l’écho était au maximum de 500m (4 traits de couleurs rouge et blanc représentant pour chaque couleur un écho de 100m). On suppose la présence d’une batterie à l’arrière du cône permettant de régler la portée de l’écho en mer et d’orienter l’appareil. Ce système de communication devait équiper les navires militaires de surface.

UBS-512-07. Cylindre de communication maritime

Dimensions : Haut. : ; Diam. :

Etat : Bon état général, surface tâchée par endroits.

Matière : Verre, plastique et papier cartonné et plastifié.

Description : Objet cylindrique translucide et creux. La partie inférieure est plane avec fond légèrement concave tandis que la partie supérieure est effilée avec l’extrémité munie d’une ouverture de petit diamètre recouverte d’une capsule plastique noire. A l’intérieur du cylindre, une feuille en partie enroulée.

Inscriptions : La feuille à l’intérieur du cylindre porte une longue inscription faite de chiffres et de lettres.

Interprétation : Ce cylindre représentait un moyen de communication sous-marine. L’objet étant creux, il était possible d’y insérer un message et de piéger l’air en le bouchant dans sa partie supérieure. Lâché en profondeur d’un bâtiment sous-marin, il pouvait dès lors remonter à la surface pour y être recueilli en toute discrétion. Malgré de nombreuses recherches, il a été impossible de proposer une traduction du texte complexe figurant sur la feuille à l’intérieur du cylindre. L’hypothèse la plus favorable est qu’il s’agit d’un message crypté indiquant un lieu secret, les chiffres correspondant à des coordonnées géographiques. Les termes de « Loto » et « Joker » demeurent énigmatiques : noms de lieux (îles, ports, bases militaires ?), noms personnels de dirigeants politiques ou d’officiers ? Les lettres FDJ, répétées à plusieurs reprises, font sans doute référence à une mission opérée par le bâtiment sous-marin. Toutefois nous ignorons les termes et objectifs de cette mission ni si celle-ci a été menée à son terme. Il semblerait que non car l’objet a coulé en mer avec son précieux message.

UBS-512-08. Outil de prévision météorologique

Dimensions : Larg. 18,2 cm  ; Long. : 23,5 cm

Etat : Bon état général, avec altérations et usures par endroits.

Matière : Plastique rigide et plastique souple.

Description : Objet composé de deux parties : une partie souple et hermétique destinée à se gonfler d’air ou de gaz pour former une poche et une partie rigide formant un petit cylindre. Différentes images accompagnées d’inscriptions ornent la partie souple.

Interprétation : D’après l’étude iconographique et épigraphique, la poche en plastique peut se remplir de gaz ou d’air permettant à l’objet de s’élever à distance suffisante du sol. L’objet pourrait servir à des calculs météorologiques. Le vent pénétrait dans le ballon et l’objet déduisait instantanément les conditions météorologiques à venir les indiquant par un code de couleur spécifique. L’embout cylindrique servait de diffuseur de gaz et d’indicateur météorologique (calcul de pression atmosphérique et d’humidité). Pour une utilisation optimale de l’objet, nous supposons qu’il pouvait être connecté à distance.

UBS-512-09. Maquette pédagogique de pont intercontinental

Dimensions : Long. : 18 cm ; Larg. : 4 cm

Etat : Objet archéologiquement complet, légèrement déformé et blanchi avec une extrémité manquante.

Matière : Plastique noir rigide.

Description : Outil noir très allongé, formé de 79 tiges parallèles de longueurs différentes fixées perpendiculairement le long d’un support légèrement convexe.

Inscriptions : Sur une face, au centre : « hecho en er » ; sur l’autre face, au centre : « craplasa ».

Interprétation : Cet objet est sans doute une maquette à échelle très réduite du fameux pont reliant deux continents appelés Uropa et Theamerica construit au début de l’ère du Plastique. D’une longueur de 5389 kilomètres, il représente le plus grand pont jamais construit. Nous ne savons pratiquement rien de cette œuvre architecturale grandiose qui correspond sans doute à l’une des sept merveilles du monde. Grâce à la découverte de ce modèle réduit, hélas simplifié, nous savons désormais que ce pont était constitué d’environ 80 piliers fixés dans les fonds marins et permettait de relier les villes de Craplasa (Theamerica) et d’Hecho (Uropa). Ce pont très moderne à l’époque comprenait plusieurs voies, non-représentées sur cette maquette, pour les différents moyens de transports.

UBS-512-10. Plaque d’étanchéité de drone volant

Dimensions : Long. : 33 cm ; Larg. : 20,8 cm

Etat : Objet fragmentaire.

Matière : Plastique dur orange.

Description : Plaque ondulée avec retour d’angle.

Interprétation : Il s’agit de la plaque d’étanchéité avant d’un drone volant de secours maritime (voir les objets suivants).

UBS-512-11. Rotor de drone volant

Dimensions : Diam. 61 cm

Etat : Objet entier mais déformé.

Matière : Métal et caoutchouc

Description : Object circulaire entouré d’une couronne en caoutchouc noir et relié à une partie centrale pleine et dentée par des tiges métalliques.

Interprétation : Les spécialistes pensent à un rotor de drone volant, muni d’une dynamo avec système d’engrenage. Apparemment, il s’agit-il d’un des premiers drone à pales rotatives fabriqués par l’homme, raison pour laquelle l’engin était exposé au musée de l’espace et de la mer. Sur le caoutchouc, une inscription, « DELI TIRE » fait sans doute référence au nom de l’inventeur. La pale (UBS-512-14) était directement fixée sur les tiges métalliques.

UBS-512-12. Train d’atterrissage de drone volant

Dimensions : Haut. : 35 cm ; Larg. : 23 cm

Etat : Objet très endommagé avec déformations et parties lacunaires.

Matière : Plastique rigide de couleur blanche et noire.

Description : Deux roues noires sont fixées de part et d’autre d’un axe vertical cylindrique relié à la partie inférieure de la carrosserie du drone.

Interprétation : La structure légère du train d’atterrissage nous informe qu’il s’agissait d’un drone de petite taille adapté autant à l’atterrissage qu’à l’amerrissage (voir la plaque d’étanchéité UBS-512-10).

UBS-512-13. Harnais de secours

Dimensions : Long. : 45 cm ; Larg. : 35 cm

Etat : Bon état général, surface érodée.

Matière : Plastique rigide gris clair.

Description : Objet de forme ovoïde, évidé en son centre, avec la partie inférieure rectangulaire munie de fixations latérales.

Interprétation : Cette pièce articulée (présence d’éléments de charnière) était l’élément principal d’un harnais de secours. Fixé dans la partie inférieure de la carlingue du drone, il était descendu à l’aide d’un treuil automatisé et positionné à proximité immédiate d’une personne en détresse. Celle-ci pouvait glisser sa tête, ses bras et ses épaules dans le harnais afin d’être treuillée jusqu’au drone puis transportée vers un hôpital.

UBS-512-14. Pale de drone

Dimensions : Long. : 28 cm ; Larg. : 19 cm

Etat : Objet complet mais portant de nombreuses traces d’usure et d’altération avec une extrémité fragmentaire.

Matière : Plastique dur rigide noir.

Description : Objet plat et concave en son centre, fortement allongé aux bordures convexes avec une extrémité rectangulaire aux bords arrondis et l’autre extrémité fortement rétrécie.

Inscription : Au centre, en blanc sur fond route : « RED ».

Interprétation : Il s’agit d’une pale du drone qui était à l’origine fixée au rotor (UBS-512-11) qui en comportait sans doute un grand nombre (20, 30 ?). Sa petite taille nous fait penser à un drone rapide et léger de reconnaissance qui pouvait accessoirement faire office de drone de secours (voir l’objet précédent). La peinture rouge laisse à penser à un témoin lumineux réfléchissant pour que les drones soient vus lors d’interventions nocturnes.

UBS-512-15. Boîte pharmaceutique

Dimensions : Long. : 21,2 cm ; Larg. : 13,5 cm ; Haut. : 3 cm

Etat : Boîte fissurée par endroits et tâchée sur toute sa surface.

Matière : Plastique blanc rigide.

Description : Boîte rectangulaire avec charnière latérale sur l’un de ses longs côtés et système d’emboitement.

Interprétation : Il s’agit d’une boite à pharmacie qui faisait partie de l’équipement médical du drone, sans doute pour les premiers secours. Une fiole a été découverte à l’intérieur (UBS-512-16).

UBS-512-16. Fiole médicinale

Dimensions : Haut. : 4,5 cm ; Diam. : 1,8 cm

Etat : Fiole complète, tâchée, avec bouchon en métal rouillé.

Matière : Verre et métal (bouchon).

Description : Petit conteneur cylindrique à épaulement marqué, avec bouchon encore en place sur l’embouchure circulaire.

Interprétation : Découverte à l’intérieur de la boîte pharmaceutique, cette fiole (actuellement vide), contenait des substances médicinales liquides. Des analyses biomoléculaires seront bientôt faites pour déterminer la nature précise du médicament.

 

 

2. Nécropole

 

Tombe familiale princière ou royale

UBS-512-17. Plaque funéraire

Dimensions : Haut. : 58 cm ; Long. : 80 cm ; Epaisseur : 1 cm

Etat : Lacunes importantes dans la partie inférieure et la partie supérieure gauche.

Description : Grande plaque rectangulaire avec perforation dans la partie inférieure, près de l’angle gauche. La face postérieure vierge et la face antérieure comporte des décorations peintes ainsi que des inscriptions peintes. Une ligne rouge court le long des bords des 4 côtés formant un rectangle.

Inscriptions : A l’intérieur du rectangle rouge, entre le triangle vert du haut et le triangle rouge du bas :

« Baignade surveillée. Pas de danger

Bathing under supervision. No danger..

Bewachter Badestrand mit Gefahr »

Interprétation : Il est difficile de savoir dans quel sens se lit cette inscription. De bas en haut, de gauche à droite, en boustrophédon ? Il s’agit d’une des plus longues inscriptions des civilisations disparues découverte à ce jour. Mais en l’absence d’éléments de comparaison, le déchiffrement est difficile voire impossible. Nous ne connaissons ni le vocabulaire ni les structures grammaticales de cette langue inconnue et ne pouvons proposer que des hypothèses reposant sur des comparaisons avec d’autres inscriptions bien plus brèves que celle-ci. Le premier mot (si cette inscription se lit bien de bas à haut et de droite à gauche) indique sans doute un nom de famille, à savoir Gefahr. « Bewachter » et « Badestrand » peuvent représenter le prénom et le surnom. Il s’agirait du personnage principal inhumé dans la tombe, un défunt bénéficiant d’un statut social et politique important. Nous retrouvons dans les deux lignes supérieures le mot « danger » signifiant sans doute « fils » avec le distinctif de genre masculin « No » et « fille » avec le distinctif de genre féminin « Pas de ». Ainsi, Bewachter Badestrand Gefhart, personnage de haut rang (princier, royal ?), avait un fils dénommé Bathing et une fille dénommée Baignade. Les termes « surveillée » et « under » peuvent être des magistratures exercées par ces personnes. La perforation dans la partie inférieure indique que la plaque funéraire était fixée à l’entrée d’une tombe monumentale. Celle-ci appartenait à une famille de très haut rang, avec au moins deux générations, voire trois (cf. l’objet UBS-512-18) : un personnage de rang princier ou royal comme l’indique sa tria nomina (Bewachter Badestrand Gefhart), avait un fils Bathing et une fille Baignade qui ont chacun joué un rôle politique important, à savoir exercé une magistrature dont nous ne connaissons pas les détails.

UBS-512-18. Sarcophage ou urne cinéraire

Dimensions : Haut. : 19,5 cm ; Larg. 18 cm ; Long. : 37 cm

Etat : Une grande partie du couvercle est fragmentaire. La partie inférieure est fissurée et porte des marques de chocs.

Matière : Plastique rigide rouge.

Description : Boîte en forme de parallélépipède rectangle dont la partie supérieure (couvercle) est articulée avec la partie inférieure (caisse) grâce à la présence de deux charnières latérales. Au centre de la face externe du couvercle, grande poignée de préhension

Inscription : Au niveau de la poignée du couvercle, inscription en relief : « PROMADE ».

Interprétation : Les petites dimensions de la caisse s’adaptent idéalement à la taille d’un nouveau-né. La couleur rouge apparentée au sang donc à la mort fait de cet objet un cercueil. De plus une inscription sous la poignée peut être liée au nom du défunt lui rendant ainsi hommage dans un cadre rituel. On observe sur le sarcophage une inscription ayant des similitudes avec la plaque funéraire. En effet, on retrouve la même syllabe terminale dans les noms « Baignade » et « Promade ». Sachant que le sarcophage a été retrouvé au même endroit que la plaque funéraire, on peut supposer que ces deux personnes ont un lien de parenté. Baignade étant un nom féminin, Promade représente peut-être sa fille, décédée en bas âge ou à la naissance. La caisse et le couvercle sont manifestement endommagés, l’hypothèse d’une profanation étant éloignée en raison de l’irrégularité des lacunes, la destruction par un élément naturel est plus probable. Il pourrait s’agir d’une urne cinéraire plutôt que d’un sarcophage (voir l’objet suivant).

UBS-512-19. Fragment de statue

Dimensions : Long. 17 cm ; Larg. : 6 cm

Etat : Surface usée comportant des rayures et des marques de coups.

Matière : Plastique souple rose.

Description : Reproduction du bras potelé d’un nourrisson.

Interprétation : L’objet correspond à un membre articulé qui se rattachait à un ensemble plus grand reconstituant le corps du petit défunt. Retrouvé à l’intérieur de l’urne UBS-512-18, il atteste qu’y avait été placée une effigie en plastique de l’enfant défunt (sans aucun doute incinéré). Cette effigie devait être présentée à l’assistance lors de rituels funéraires de commémoration des membres de la famille.

UBS-512-20. Repose-tête rituel

Dimensions : Haut. : 11 cm ; Long. : 10,5 cm ; Epaisseur : 2 cm

Etat : Bon état général, surface usée.

Matière : Plastique jaune mou.

Description : Objet en forme de U avec deux appendices circulaires sur les côtés.

Interprétation : Découvert à l’intérieur du sarcophage UBS-512-18, cet objet s’apparente à un support sur lequel reposait la tête de l’effigie du petit défunt. Sa forme simplifiée de tête d’ours fait référence à l’animal protecteur de l’enfance jusque dans l’au-delà (voir l’objet suivant).

 

UBS-512-21. Vase rituel

Dimensions : Haut. : 21 cm ; Diam. : 5 cm

Etat : Surface altérée mais bon état général.

Matière : Plastique rigide translucide.

Description : Récipient cylindrique pourvu d’un pas de vis au niveau de son embouchure.

Décoration et inscriptions : Des inscriptions sinueuses courent de haut en bas du récipient le long d’une graduation verticale tandis que des motifs animaux et végétaux ornent toute une partie de la surface.

Interprétation : Cet objet est destiné à contenir de la nourriture qui accompagnait symboliquement le défunt dans l’au-delà. L’iconographie peut être en lien avec le contenu, l’hypothèse la plus probable serait une boisson comparable à une infusion à base de végétaux. La faune représentée peut s’apparenter à des divinités zoomorphes protectrices de l’enfant jusque dans la mort. La figuration de l’ours témoigne plus particulièrement du rôle important que joue cet animal dans les croyances eschatologiques liées à l’enfance.

UBS-512-22. Coffret funéraire à offrandes

Dimensions : Long. : 9 cm ; Larg. : 5 cm ; Epaisseur : 2 cm

Etat : Objet déformé et déchiré par endroits.

Matière : Plastique, carton et aluminium.

Description : Coffret de forme parallélépipédique rectangulaire de couleur rouge, blanche et noire. La partie supérieure est articulée, formant un rabattant ou couvercle. Présence d’un papier aluminium à l’intérieur. L’ensemble est enveloppé dans une pochette en plastique.

Inscriptions : Nombreuses inscriptions sur les faces externes du coffret, avec répétition, sur chaque face du mot « Marlboro ».

Interprétation : Ce coffret retrouvé dans le sarcophage du nouveau-né contenait des substances organiques fragiles et de grande valeur comme l’atteste le souci de protection avec la présence d’un emballage interne en aluminium et d’un emballage externe en plastique. Peut-être s’agissait-il de substances aromatiques sous forme de poudre ou de bâtonnets comme l’encens, la myrrhe, le surimi que nous connaissons par les textes anciens. Le terme « Marlboro » fait sans doute référence à la contrée d’origine de ces matériaux aromatiques.

UBS-512-23. Pierres précieuses

Dimensions : Tailles variables mais ne dépassant pas 3,5 cm de longueur.

Etat : Bon état général.

Matière : Verre.

Description : Perles de couleurs variées à dominante verte.

Interprétation : Cet ensemble de perles précieuses découvert dans le sarcophage était destiné à assurer le paiement du passage du défunt dans l’au-delà.

 

Tombe individuelle de haut dignitaire religieux

UBS-512-24. Linceul

Dimensions : Long. : 440 cm

Etat : Filet déchiré en de nombreux endroits avec une grande partie manquante.

Matière : Nylon.

Description : Tissu fait de fils synthétiques blancs, verts et jaunes reliés par des nœuds épais.

Interprétation : Le corps embaumé était enroulé dans un grand linceul, attestant du statut social très important du défunt, sans doute un haut dignitaire religieux.

UBS-512-25. Conteneur à liquide d’embaumement

Dimensions : Haut. : 21 cm ; Larg. : 18 cm

Etat : Archéologiquement complet. Impact sur l’un des deux pieds. Rayures sur le pourtour de l’objet.

Matière : Plastique dur rigide.

Description : Conteneur de forme octogonale à surface supérieure plane agrémentée d’une poignée de préhension et d’un verseur cylindrique. La partie inférieure est munie de 2 pieds.

Inscriptions : Réparties sur les pieds : « France ECO, J.P. aiguille NARBONNE, CU 5 LITRES »

Interprétation : Des analyses moléculaires de contenus ont donné comme résultats des marqueurs de fruits, en particulier de baies de vigne, mais aussi des marqueurs de soufre, de cymoxanil, de bénomyl et quelques autres substances chimiques. Il s’agissait sans aucun doute d’un mélange complexe correspondant à une recette rituelle d’embaumement.

UBS-512-26. Lampe funéraire

Dimensions : Haut. : 21,5 cm ; Diam. : 3,5 cm

Etat : Archéologiquement complet. Surface tâchée et présence d’entailles sur le pourtour.

Matière : Plastique dur vert et blanc.

Description : Objet en deux parties : le corps et le bouchon. Le corps est tronconique, marqué par trois dépressions de préhension dans sa partie médiane. Le bouchon, blanc, est en forme d’ogive.

Inscriptions : En bleu,

                                   – Face A :

« De volgende Palmolive Shampoo’s zign beschikbaar :

Kruiden : voor vet haar

El : voor droog haar

Anti-roos : testijdt roos

Proteine : voor gespleten haar punten

Bier : versteekt hitioos haar

De ideale aanvulling voor uw haar ver zorging

PALMOLIVE HAIRSPRAY voor vet of normaal haar

Colgate – Palmolive kwaliteit

4457420 »

  • Face B :

« Palmolive FAMILLE FLACON GOUDEN SHAMPOO Maakt het haar glanzend inh 400g = 380ml. »

Interprétation : Les deux inscriptions s’avèrent difficiles à déchiffrer et interpréter. Le terme Shampoo, répété à deux reprises représente soit le nom de l’objet liturgique soit le nom du rituel. La forme de l’embouchure, très proche de celle d’une flamme, nous permet de savoir que cet objet est un cierge électrique. Celui-ci était allumé lors de la veillée funèbre, moment précédant l’opération d’embaumement assurée par les prêtres. Le long texte de la face A correspond sans doute aux prières et chants funèbres prononcés par la famille lors de la veillée tandis que le texte plus court de la face B serait une attestation de propriété avec le nom personnel du défunt que l’on pourrait traduire ainsi : « Lampe (SHAMPOO) appartenant à FAMILLE FLACON GOUDEN ». Le nom GOUDEN est apparenté à celui d’une ville connue par de nombreuses inscriptions : « BIGOUDEN ».

UBS-512-27. Boîte saupoudreuse

Dimensions : Haut. : 8,5 cm ; Diam. : 4 cm

Etat : Archéologiquement complet. Présence de tâches, éraflures et concrétions jaunes.

Matière : Plastique dur blanc et bleu clair.

Description : Objet en deux parties. La partie inférieure, blanche, est cylindrique haute. La partie supérieure, bleu clair, est cylindrique basse, marquée de stries parallèles verticales. La face plane est percée de 5 petits orifices en forme de cercle.

Interprétation : Il s’agit a priori d’une boîte contenant des poudres aromatiques et précieuses destinées à être versées sur le corps du défunt au moment de la veillée funèbre.

UBS-512-28. Trois cylindres de feu d’artifice

Dimensions : Haut. : de 6,5 à 6,7 cm ; Diam. : 1 cm

Etat : Extrémités manquantes. Cylindres légèrement déformés.

Matière : Plastique dur rouge, blanc et vert foncé.

Description : Cylindres creux, lisses.

Inscriptions : Sur un cylindre : « VIVIA GEVELOT MADE IN FRANCE ».

Interprétation : Bien qu’indéchiffrables, les inscriptions laissent supposer une fonction rituelle importante. Si certains songent à des boîtes à feu, nous serions en fait en présence de cylindres de feux d’artifice. Ils étaient utilisés la nuit, à la fin de la cérémonie funéraire, pour clore celle-ci de manière ostentatoire avec projections et explosions de fusées de couleurs rouge, blanche et verte. Le parcours céleste et nocturne de ces fusées représentait le voyage accompli par le défunt pour rejoindre l’au-delà.

 

UBS-512-29. Coiffe liturgique

Dimensions : Long. : 16 cm ; Larg. : 29 cm

Etat : Objet endommagé en de nombreux endroits.

Matière : Plastique dur blanc.

Description : Coiffe en deux parties : une partie supérieure haute, tronconique avec structure aérée en résille, est posée sur une partie inférieure annulaire.

Interprétation : Cette coiffe cérémonielle appartenait sans aucun doute au défunt, témoignage éloquent et complémentaire de ses fonctions religieuses et de son important statut social. Une riche étoffe devait être fixée au sommet de la coiffe et enroulée autour de sa partie supérieure.

 

UBS-512-30. Amulette

Dimensions : Long. : 4 cm ; Larg. : 1 cm

Etat : Surface desquamée, extrémité inférieure lacunaire.

Matière : Plastique dur jaune clair.

Description : Figurine en forme de créature marine avec une profonde entaille pour former la gueule et un cercle incisé avec point central pour l’œil. Une attache de préhension en fort relief dans la partie ventrale.

Interprétation : Cette petite figurine zoomorphe devait avoir une fonction apotropaïque et était portée en amulette par le défunt autour du cou (le collier et les autres pendentifs ont disparu).

 

UBS-512-31. Sphère gonflable

Dimensions : Diam. (à l’origine): 17 cm

Etat : Sphère crevée et écrasée.

Matière : Caoutchouc.

Description : Sphère marquée de différentes zones rectangulaires délimitées par des filets en creux. Un point circulaire au centre d’une de ces zones rectangulaires.

Interprétation : Cet objet était empli d’air ou d’eau pour former une sphère parfaite, image du globe terrestre. Les zones rectangulaires indiquent les différents secteurs de concentration du plastique tandis que le point central représente le centre du monde, l’emplacement où s’élève la tour de Babel plastique.

 

UBS-512-32. Sceptre cérémoniel

Dimensions : Haut. : 113,5 cm ; Diam. : de 10 à 15 cm

Etat : Objet incomplet. Un des disques est déformé.

Matière : Plastique blanc et bleu.

Description : Longue tige cylindrique à l’extrémité supérieure de laquelle ont été fixés deux disques blancs pourvus de lignes en relief. A l’autre extrémité, a été fixée un petit nodule cylindrique bleu siglé d’un motif en V.

Interprétation : Cet objet ostentatoire est sans aucun doute un sceptre cérémoniel qui était porté à l’occasion de processions religieuses. La sphère gonflable (objet précédent) était posée sur le disque supérieur, représentation du savoir universel, de la connaissance du monde de la part des membres du clergé. Nous ignorons la fonction du petit nodule de la partie inférieure.

UBS-512-33. Fragment de stèle

Dimensions : Larg. : 6 cm ; Long. : 5 cm

Etat : Ne subsiste qu’une infime partie de la stèle d’origine.

Matière : Céramique.

Description : Petit fragment architectural blanc avec retour d’angle. Sur la face externe, un visage de face en fort relief avec coiffe triangulaire haute. Le visage est rond, avec les pommettes saillantes, les arcades sourcilières en fort relief.

Interprétation : Ce document iconographique exceptionnel est l’unique représentation dont nous disposons d’un homme (ou d’une femme ?) des débuts de l’Ere du Plastique. C’est le portrait du défunt, représenté en majesté avec un attribut de son statut social et de sa fonction religieuse. Cet attribut qu’il porte sur le front peut s’apparenter à une couronne ou un diadème et apparaît en tous points semblables à la coiffe liturgique UBS-512-29.

UBS-512-34. Ceinture cérémonielle

Dimensions : Long. : 93 cm

Etat : Bon état général mais incomplet.

Matière : Nylon.

Description : Fils tressés pour former une corde.

Interprétation : Les textiles ayant disparu, ne reste comme témoignage de vêtements que cette ceinture. Celle-ci, très simple, contraste avec le caractère luxueux de la tombe et avec le statut social important du défunt. Nous pouvons supposer qu’elle appartenait à un autre personnage, un humble serviteur qui a pu accompagner le puissant personnage dans l’au-delà. L’hypothèse de la présence d’un deuxième défunt dans la tombe nous amène à postuler celle des sacrifices humains dans les rituels funéraires du début de l’Ere du Plastique.

UBS-512-35. Enseigne rituelle

Dimensions : Long. : 31 cm ; Larg. ; 38 cm

Etat : Objet très endommagé, avec déchirures, perforations, parties lacunaires.

Matière : Plastique bleu et blanc.

Description : Il est difficile en fonction de son état actuel de reconstituer la forme originelle de cet objet. Il était sans doute sphérique avec la partie supérieure (bleue) munie d’un anneau de suspension.

Inscriptions : En noir : « Christopher 9637 #38 went worth Polyform »

Interprétation : La présence de l’anneau indique que cet objet creux et de grande taille était destiné à être suspendu. Il s’agissait sans doute d’une enseigne lumineuse (avec lampe fixée à l’intérieur) accrochée à l’entrée du mausolée. L’inscription ne fait pas référence au nom et au statut du défunt (voir UBS-512-26) mais apparaît comme un mystérieux texte d’avertissement et de malédiction à l’encontre de ceux qui oseraient profaner la tombe. « 9637 #38 » pourrait faire référence à une ou deux divinités infernales tandis que « Christopher » et « went worth Polyform »  font référence au terrible sort qui attend le profanateur de sépulture.

3- Sanctuaire

UBS-512-36. Statuettes mythologiques

Dimensions :

  • animal aérien : Long. : 12,5 cm ; Larg. : 10,6 cm ; Haut. : 2,5 cm
  • animal aquatique : Long. : 10,9 cm ; Larg. : 9 cm ; Haut. : 4 cm
  • animal terrestre : Long. : 11,7 cm ; Larg. : 7,8 cm ; Haut. : 3 cm
  • étoile : Diam. : 11,5 cm ; Haut. : 3 cm
  • animal souterrain : Long. : 19 cm ; Haut. : 2 cm

Etat : Bon état général, hormis l’animal souterrain avec le cou fissuré, la partie postérieure manquante et une antenne manquante. L’animal aérien et l’étoile sont couverts d’épaisses concrétions.

Matière : Plastique dur orange, rouge, jaune et vert clair.

Description : Objets creux zoomorphes.

Interprétation : Ces quatre statuettes représentent des êtres mythologiques. Chacun d’entre eux était associé à un élément. L’animal rouge et noir, avec ses ailes, représentait le monde aérien tandis que le jaune était lié à l’espace terrestre car il n’avait pas de pattes (il rampait sur la terre pour se déplacer). Le monde marin était représenté par l’animal orange car il utilisait sa queue comme propulseur. Les écailles de l’animal jaune pâle lui permettaient de se protéger des très fortes chaleurs du monde souterrain. Une étoile a cinq branches unit les cinq mondes : le monde marin, le monde terrestre, le monde aérien, le monde désertique et un autre monde que nous ne connaissons pas car la statuette a malheureusement disparu. Sans doute s’agissait-il du monde des humains.

UBS-512-37. Modèle réduit d’un temple

Dimensions : Larg. 10 cm ; Haut. : 26 cm

Etat : Fissuré avec partie inférieure brisée et lacunaire.

Matière : Plastique dur bleu gris.

Description : Objet creux, cylindrique turriforme avec moulures représentant des détails architecturaux.

Décor : Dans la partie supérieure, représentation d’une fleur en relief.

Interprétation : Il s’agit d’une maquette à échelle très réduite d’un temple cultuel du début de l’Ere du Plastique. Les origines de la religion du plastique sont très mal connues et cette maquette représente un témoignage précieux de la naissance de lieux de culte spécifiques où les fidèles se réunissaient pour vénérer leurs nouvelles divinités, celles qui permirent le miracle de la multiplication du plastique. La fleur de la partie supérieure de la chapelle est sans doute un motif allégorique d’une de ces divinités.

UBS-512-38. Couvre chef de prêtre

Dimensions : Diam. max. : 15 cm ; Diam. min. : 2 cm ; Haut. : 4 cm.

Etat : Bon état général, légère déformation.

Matière : Plastique souple orange brun.

Description : Objet tronco-cylindrique à partie supérieure plane au centre de laquelle se développe un petit cylindre creux.

Décor : Cercles concentriques en relief.

Remarques : traces de brûlure sur la surface plane.

Interprétation : Le cylindre creux de la partie supérieure laisse deviner un support à bougie comme l’indiquent les traces de brûlures. La partie inférieure, large et tronconique, est conçue pour s’adapter idéalement à la tête humaine. Sans aucun doute, nous avons affaire à un couvre-chef cérémoniel qui permettait à un prêtre, dans le cadre

de pèlerinages et de cérémonies religieuses, d’accomplir des rituels parfumés.

UBS-512-39.

– Instrument liturgique

Dimensions : Long. : 23 cm ; Larg. : 5 cm ; Haut. 4,5 cm.

Etat : Bon état général.

Matière : Plastique dur blanc, caoutchouc et textile.

Description : petit objet en forme de 8, à la partie interne concave au centre de laquelle est attaché un appendice en caoutchouc. Sept petits orifices de différentes tailles apparaissent de part et d’autre de l’appendice. Une longue lanière en textile relie cet objet à un fermoir.

Décor : La partie extérieure bombée est ornée d’un motif noir en forme de moustache stylisée.

Interprétation : Cet instrument était voué à un rituel précis. Attaché à la chasuble du prêtre au niveau du cœur, il était fait pour l’opération de manducation sacrée. Serrant l’appendice caoutchouteux entre ses dents, le prêtre marmonnait les ruminements sacrés, restituant avec exactitude la parole divine mais mystérieuse qui ne pouvait être comprise que des initiés. Le motif de la moustache brune est sans doute une référence à la forte pilosité des hommes des civilisations disparues et du début de l’Ere du Plastique.

– Autre instrument liturgique

Dimensions : Long. : 5 cm ; Larg. : 3,2 cm.

Etat : Bon état mais une partie est lacunaire.

Matière : Plastique dur bleu clair.

Description : Petit objet aux contours arrondis formant un 8, légèrement incurvé. Il compte deux orifices en forme de triangle aux extrémités ainsi qu’un orifice rectangulaire plus large au centre. Sur le côté bombé, encoche pouvant accueillir un élément manquant.

Interprétation : Cet objet peut ressembler au précédent, raison pour laquelle nous pensons qu’il s’agit peut-être d’un instrument de culte. Mais nous ne connaissons pas sa fonction.

UBS-512-40. Sceptre

Dimensions : Long. : 15,6 cm ; Larg. max. : 8,5 cm ; Epaisseur : 2 cm.

Etat : Surface érodée et poreuse. La partie supérieure est manquante.

Matière : Plastique dur blanc.

Description : Objet avec manche long et ovoïde rattaché à une structure rectangulaire munie, sur chaque face, de trois perforations très fines dans la partie inférieure.

Interprétation : Ne reste de ce sceptre rituel que le manche et la base de la partie supérieure qui devait être en matière précieuse (ivoire ?). Les trois fines perforations permettaient la fixation de la partie supérieure. Attribut principal du prêtre, marque de ses pouvoirs supraterrestres conférés par les dieux, ce sceptre assimile le prêtre à un être supérieur de statut royal. Les fonctions religieuses et politiques étaient-elles détenues par les mêmes personnes ?

UBS-512-41. Socle d’encensoir

Dimensions : Diam. : 7 cm ; Haut. : 1,8 cm.

Etat : Surface érodée et poreuse. La partie supérieure est manquante.

Matière : Plastique dur blanc.

Description : Socle circulaire avec rebords en fort relief, excepté la partie centrale marquée par deux rectangles creux symétriques. L’un est percé de 4 petits orifices en carré et l’autre d’un seul orifice mais plus grand.

Interprétation : Ce socle était disposé sur un support et servait à accueillir des bâtons d’encens lors des cérémonies religieuses.

UBS-512-42. Trois cylindres de combustion

Dimensions : Diam. : 0,8 cm ; Long. : 2,5 à 3,3 cm.

Etat : Objets déformé avec extrémités manquantes.

Matière : papier et matière synthétique.

Description : Pour l’exemplaire en meilleur état : cylindre allongé bicolore, avec une extrémité marron clair tacheté et une extrémité blanche. Les deux parties sont séparées par un liseré gris. La partie marron du cylindre est emplie d’une matière molle.

Inscription et décoration : Sur la partie blanche du cylindre, représentation d’animal avec inscriptions : « Camel ».

Interprétation : Ces petits cylindres servaient au culte des trois divinités de l’Ere du Plastique. L’extrémité supérieure blanche (en partie manquante) était emplie de poudre d’encens tandis que l’extrémité inférieure était fixée sur l’encensoir (objet précédent). Les bâtons d’encens, allumés cérémoniellement à l’aide des boîtes à feu (objets suivants), étaient utilisés lors des cérémonies religieuses, après le discours du prêtre, au moment de la distribution des offrandes aux divinités. Il existait plusieurs cérémonies dont l’une dédiée au dieu Camel, dieu des enfers. L’enfer étant pour la société de l’époque un espace désertique dépourvu d’eau d’où le symbole du chameau.

UBS-512-43. Trois boîtes à feu

Dimensions : Larg. : 2,5 cm ; Haut. : 7 cm.

Etat : Objets dégradés avec extrémités supérieures manquantes.

Matière : Plastique dur de diverses couleurs et métal.

Description : Petits contenants de forme cylindrique à section ovale hermétiquement fermés. A l’extrémité supérieure, quelques éléments conservés d’un mécanisme en métal et plastique.

Inscriptions et décoration : Motifs polychromes mystérieux. Sur l’un, inscription « BUT » indéchiffrable.

Interprétation : L’étude d’objets similaires permet d’émettre l’hypothèse que la vasque hermétiquement fermée contenait une substance liquide (ou gazeuse ?) qui pouvait être enflammée à l’aide du mécanisme de la partie supérieure. Ce type d’instrument cultuel était utilisé pour allumer les bâtons d’encens dans le cadre de cérémonies religieuses.

UBS-512-62. Fiole liturgique

Dimensions : Long. : 13,2 cm ; Diam. : 5 cm

Etat : Objet fissuré en de multiples endroits avec partie supérieure lacunaire.

Matière : Plastique rigide transparent.

Description : Contenant cylindrique à flancs concaves et épaulement prononcé. Sur la panse, trois frises de figures blanches, rose, grises et mauves avec trois inscriptions.

Inscriptions : « Ce petit trousseau » / « appartient à »  / « mon bébé »

Interprétation : Contenant de cérémonie religieuse servant à l’onction de l’huile sainte. On suppose que les inscriptions, que nous ne savons pas déchiffrer, servaient à connaître la quantité d’huile qui devait être versée sur chaque personne suivant son âge et son sexe.

UBS-512-63. Instrument liturgique

Dimensions : Long. : 19 cm ; Larg. : 1,3 cm

Etat : Archéologiquement complet

Matière : Plastique dur vert pâle avec des fibres synthétiques

Description : Long bâton de préhension muni à son extrémité d’une petite brosse de poils souples.

Interprétation : L’instrument formait, avec l’objet précédent, un trousseau cérémoniel servant à l’onction de l’huile sainte. Puisée à l’intérieur de la fiole, celle-ci était soigneusement enduite sur les longs cheveux du fidèle, mèche par mèche, comme l’indiquent certaines représentations.

UBS-512-61. Boîte d’offrandes

Dimensions : Long. : 13,5 cm ; Haut. : 5 cm

Etat : Bon état général. Surface tâchée.

Matière : Plastique dur translucide.

Description : Contenant cubique avec deux poignées bleues sur la partie supérieure. Couvercle transparent, aux bords dépassants. A l’intérieur de la boîte, substance marron en quantités importantes.

Interprétation : La substance marron représente les restes miraculeusement conservés d’une denrée alimentaire sacrée composée des éléments des 5 mondes. Fabriquée par un collège de prêtres, elle était destinée au banquet céleste et était offerte aux dieux.

UBS-512-51. Instrument rituel d’aspersion

Dimensions : Long. : 10,8 cm ; Larg. : 8 cm ; Epaisseur : 1,6 cm

Etat: Déformé et altéré avec des perforations

Matière : Plastique mou vert.

Description : Objet complexe en forme d’équerre avec des reliefs symétriques.

Inscription : « Super Agence 085 ».

Interprétation : Ce petit objet contenait sans doute une eau miraculeuse dont étaient aspergés les fidèles. C’est sans doute celui-ci qui est représenté à la ceinture du prêtre de la figurine suivante.

UBS-512-50 et UBS-512-54. Figurine avec son socle

Dimensions : Haut. : 7,2 cm ; Larg. : 5,5 cm

Etat : Surface altérée de la figurine mais bon état général.

Matière : Plastique tendre bleu pour la figurine et plastique rigide rouge pour le socle.

Description : Socle cubique creux pourvu de quatre petits pieds cylindriques. Figurine en forme d’être humain, debout, richement vêtu avec grande coiffe religieuse, dressant devant lui un long instrument rituel.

Interprétation : Figurine représentant un prêtre avec ses instruments cultuels pour la cérémonie des cinq mondes.

UBS-512-64. Fragments de bâton rituel

Dimensions : fragments de tailles diverses, entre 1,5 et 3,6 cm de longueur.

Etat : Pièces fragmentaires d’un long bâton tubulaire.

Matière : Minéral, os et verre ?

Interprétation : Fragments d’un bâton sacré utilisé pour la cérémonie des 5 mondes. C’est cet instrument de culte qui est mis en scène avec ostentation dans la figurine précédente.

 

4- La vie quotidienne

 

UBS-512-44. Chausse haute

Dimensions : Haut. : 32 cm ; Larg. : 9 à 13 cm ; Long. : 40,5 cm

Etat: Surface altérée et décolorée ; déformations.

Matière : Caoutchouc et plastique.

Description : Chausse haute rouge avec intérieur en textile synthétique et à semelle verte épaisse crantée.

Inscription : Traces de graffitis blancs.

Interprétation : Chausse qui témoigne d’une technique aboutie pour les assemblages et la teinture, reflétant aussi la passion des sociétés anciennes pour le marquage et l’impression. Présence de couleurs hautement symboliques, le vert et le rouge. La semelle est conçue pour progresser sur un sol meuble et humide. A mettre peut être en relation avec d’autres fouilles où de petites effigies en plastique mises au jour portent des inscriptions énigmatiques : « Père Noël ».

 

UBS-512-45. Chausse plate

Dimensions : Haut. : 2 à 3 cm ; Larg. : 10 à 11 cm ; Long. : 29 cm

Etat: Objet altéré avec quelques parties fragmentaires.

Matière : Plastique vert et blanc.

Description : Chausse plate bicolore allongée aux extrémités arrondies. Présence d’une lanière qui devait être double à l’origine, insérée à 2 endroits dans des orifices prévus à cet effet.

Interprétation : Il s’agit de la deuxième chausse avec une semelle de couleur verte, possible reflet d’une coutume locale avec une forte symbolique liée à cette couleur. Très légère et souple à la différence de la chausse précédente, elle était destinée à un usage différent.

 

UBS-512-46a. Chausse fine

Dimensions : Haut. : 0,8 à 2,5 cm ; Larg. : 5,8 à 7,4 cm ; Long. : 22,5 cm

Etat: Bon état général.

Matière : Plastique dur.

Description : Chausse allongée et fine, arrondie à une extrémité et rectangulaire à l’autre avec traces de couture.

Interprétation : Voir l’objet suivant.

UBS-512-46b. Chausse large

Dimensions : Haut. : 0,8 à 2,5 cm ; Larg. : 9,5 à 11,7 cm ; Long. : 28,5 cm

Etat: Incrustations et altérations de la surface.

Matière : Plastique dur noir.

Description : Surface large, plate et allongée aux extrémités arrondies, avec une série de perforations allongées à une extrémité.

Interprétation : A la différence des chausses précédentes, de très grande taille, ces chausses fines et délicates appartenaient à des personnes de haut rang. Il semble que la taille des pieds représentait un important marqueur social. Les petits pieds signifiaient noblesse, richesse et faveur des dieux. Seuls les individus aux petits pieds pouvaient exercer des fonctions politiques et religieuses importantes. Il semble que la taille du nez jouait aussi un rôle de distinction sociale. Toutefois, aucun indice archéologique ne vient corroborer cette hypothèse.

 

UBS-512-47. Chausse

Dimensions : Haut. : 6,8 cm ; Larg. : 8 cm ; Long. : 22,8 cm

Etat: Partie supérieure fortement érodée avec prélèvement de matière.

Matière : Plastique dur gris.

Description : Chausse relevée au profil sinueux avec des marques décoratives latérales en fort relief.

Interprétation : Cette chausse ne semble pas adaptée à la marche quotidienne ou la course. Nous pouvons formuler l’hypothèse d’une bottine cérémonielle, appartenant par exemple au costume nuptial. La petite taille de la bottine indique qu’elle appartenait à une personne de très haut rang (voir les objets précédents).

 

UBS-512-48. 4 bobines circulaires de métier à tisser

Dimensions : Haut. : 0,8 à 2,3 cm ; Diam. : 1,5 à 2,9 cm

Etat: Bon état général. Quelques déformations et traces d’usure.

Matière : Plastique dur, plastique mou, métal.

Description : Bobines de différents types, tronconique et cylindrique.

Inscriptions, décoration : Sur la face externe supérieure d’une bobine en métal, le mot « POLIAKOV » est répété deux fois au-dessus et au-dessous d’un aigle bicéphale. Sur la face externe supérieure de l’autre fusaïole en métal : « Saint Erwan ».

Interprétation : Les bobines étaient faites pour empêcher un groupe de fils de se tordre. Le tisserand fixait l’extrémité́ du groupe de fils autour de la bobine qui était alors tendu et se déroulait tendait et se déroulait sans se tordre. L’inscription se révèle d’un grand intérêt, car il s’agit sans aucun doute du nom du tisserand, unique attestation d’un nom d’artisan connu à ce jour. Saint-Erwan fait référence au type de tissu qui était fabriqué.

 

UBS-512-53. Peson en métal d’un métier à tisser

Dimensions : Haut. : 11,8 cm ; Diam : 5,2 cm

Etat: Déformations importantes avec écrasement de la partie centrale. Surface tâchée.

Matière : Métal gris coloré par endroits.

Description : A l’origine, peson cylindrique.

Décoration: Nombreux motifs colorés en grande partie effacés.

Interprétation : Les pesons sont attachés à l’extrémité inférieure des groupes de fils dont ils assurent la tension. Le métal est un matériau rarement utilisé dans les métiers à tisser du début de l’ère du Plastique. Il s’agit sans aucun doute d’un archaïsme à une époque où le plastique commence à régner mais sans encore être d’usage entièrement universel.

  

UBS-512-56. Filet

Dimensions : Long. : 210 cm ; Larg. : 44 cm

Etat: Bon état général.

Matière : nylon jaune.

Description : Filet monofil jaune aux mailles simples assez serrées.

Interprétation : Les tissus du début de l’ère du Plastique étaient fabriqués au métier à tisser manuel. Ils étaient composés de plusieurs couches de filets monochromes (ici jaune) en nylon afin d’obtenir des vêtements épais et très résistants avec un mélange de couleurs vives.

 

UBS-512-57. Peson en verre d’un métier à tisser

Dimensions : Haut. : 14,5 cm ; Diam base. : 5 cm ; Diam. emb. : 2,6 cm

Etat: Bon état. Surface tâchée.

Matière : Verre vert.

Description : Peson cylindrique à partie supérieure effilée.

Interprétation : Autre exemple d’un matériau utilisé avant le règne incontesté du plastique dans l’artisanat. Les pesons en verre de ce type étaient très nombreux au tout début de l’ère du Plastique. En témoigne le très grand nombre d’exemplaires découverts dans l’océan.

 

UBS-512-58. Partie supérieure de métier à tisser

Dimensions : Long. : 7 cm ; Larg. : 4,5 cm

Etat: Une grande partie est lacunaire.

Matière : Plastique dur orange et blanc.

Description : Métier à tisser circulaire avec deux anses supérieures, corps ajouré et colonnes cylindriques.

Interprétation : C’est l’unique exemplaire à notre connaissance d’un métier à tisser du début de l’ère du Plastique. Il s’agit de la partie supérieure d’un métier à tisser circulaire monté sur colonnes. Sa taille modeste et sa légèreté attestent que c’était un métier à tisser transportable utilisé par un tisserand itinérant pour la fabrication de vêtements d’usages courants.

 

UBS-512-59. Boîte à repas collectif avec 5 chalumeaux

Dimensions : Long. : 7 cm ; Larg. : 4,5 cm

Etat: Une grande partie est lacunaire.

Matière : Plastique dur de couleurs diverses.

Description : Boîte à repas formée de 6 petits récipients cylindriques. Dans chaque récipient était positionné un long chalumeau articulé.

Interprétation : Cette boite atteste de la tradition de repas collectifs. Six personnes participaient au repas. Aspiré directement à l’aide du chalumeau, le repas était sous une forme liquide ou semi-liquide (bouillie ?).

 

UBS-512-49. Cuillère

Dimensions : Epaisseur : 2,2 cm ; Larg. : 8,8 cm ; Long. : 17,9 cm

Etat: Bon état. Quelques tâches.

Matière : Plastique dur vert.

Description : Cuillère large à rebords hauts et manche semi-cylindrique épais, avec surface externe ornée de bandes et de filets en relief.

Interprétation : Cette large cuillère aux bords relevés fonctionnait avec le conteneur UBS-512-60. Elle servait à prendre une grande portion alimentaire qui était ensuite partagée entre tous les convives l’un après l’autre, chacun portant à sa bouche la cuillère avant de la passer à son voisin.

 

UBS-512-60. Structure de stockage alimentaire liquide

Dimensions : Long. : 21,2 cm ; Larg. : 16,3 cm

Etat: Nombreuses déchirures et quelques parties lacunaires.

Matière : Plastique.

Description : Petit sac en plastique translucide avec motifs verts et jaunes en grande partie effacés.

Interprétation : Cette poche plastique servait au transport individuel de doses alimentaires lors de voyages.

 

UBS-512-52. Deux boites alimentaires

Dimensions : Epaisseur. : 1 cm ; Larg. : 3,8 cm ; Long. : 7,4 cm

Etat: Bon état, mais légères déformations et traces d’usure.

Matière : Plastique dur blanc, bleu et rose.

Description : Objets rectangulaires pourvus d’un appendice sur un petit côté et d’une embouchure circulaire en fort relief sur le bord d’un long côté.

Interprétation : Ces deux boites permettaient de prendre des doses individuelles d’une nourriture liquide ou semi-liquide (bouillie). L’absorption se faisait par la petite embouchure circulaire en fort relief tandis que l’appendice permettait une meilleure prise en main.

 

UBS-512-66. Gourde individuelle

Dimensions : Haut. : 26 cm ; Larg. : 11cm ; Diam. emb. : 6,3 cm

Etat: Bon état.

Matière : Céramique.

Description : Gourde effilée avec épaulement prononcé et deux anses. Un bouchon circulaire avec bouton de préhension permet de fermer la gourde.

Interprétation : Cet objet est le plus énigmatique de tous ceux récupérés lors des fouilles archéologiques. Le matériau dont il est fait (la céramique) atteste qu’il est de datation très ancienne. Il représente un étonnant témoignage de la diversité des matériaux qui pouvaient être utilisés avant l’avènement du plastique. Certains scientifiques pensent même que pouvaient être fabriqués des objets dans des matériaux archaïques comme le bois.

 

UBS-512-55. Pince

Dimensions : Long. : 7 cm ; Larg. : 4,5 cm

Etat: Objet cassé en deux parties.

Matière : Plastique dur noir.

Description : Pince de 14 dents articulée avec charnière

Interprétation : Il est difficile de restituer la fonction réelle de cette pince. Découverte à proximité immédiate de la gourde en céramique, nous pouvons supposer qu’elle était fixée à une anse. Pour quelle raison ? Sans doute pour une simple raison esthétique, avec peut-être la volonté de corriger l’aspect primitif de cet objet lourd et archaïque.

 

 

 

Archéologie du futur – Présentation

Archéologie du Futur

            Des poubelles du passé…

            Il est souvent dit que les archéologues fouillent les poubelles du passé. C’est en partie vrai. Les déchets laissés par nos prédécesseurs se sont progressivement déposés couche par couche, génération par génération, sous la forme d’une accumulation de débris qui sont de véritables vestiges temporels, des témoins matériels d’époques révolues. Les fragments de vie quotidienne sont ainsi entassés sous nos pieds, vestiges du passé sur lesquels nous érigeons notre présent. Les déchets de nos aïeux remplissent l’épaisseur du temps et deviennent, grâce aux archéologues, des objets scientifiques et parfois des objets patrimoniaux. Des éclats de pierres taillées, des tessons recollés de vases, des bouts de tuiles et d’amphores, des morceaux de verre, des résidus de bois, des fragments de porcelaines et de faïences, des pièces de métal, des monnaies érodées, des statues sans tête ou sans bras peuplent nos musées et témoignent de la vie de nos ancêtres. Objets sacrés ou objets du quotidien, ils étaient tombés dans l’oubli, enfouis dans la profondeur du temps qui passe. Jusqu’à ce que les archéologues les découvrent, les extraient de leur anonymat pour les faire parler, leur faire raconter le monde disparu auquel ils appartenaient.

            Aux poubelles du présent…

            Aucune époque n’a produit autant de déchets que la nôtre. Non seulement nos détritus sont infiniment plus nombreux que ceux de nos prédécesseurs, mais ils sont aussi très différents. Durant la plus grande période de l’humanité, celle qui correspond à la Préhistoire, le matériau le plus abondant était la pierre taillée avec de nombreux outils et rejets de taille. Puis, à partir du Néolithique et jusqu’à une époque récente, le matériau la plus représenté parmi les rejets de nos ancêtres était la céramique ainsi que le verre pour les périodes plus récentes. Ces matériaux (pierre, céramique, verre) résistent au temps, raison pour laquelle, à la différence des textiles d’origine animale et végétale et des objets en matériaux périssables (bois et os en particulier), ils représentent la principale documentation matérielle découverte et étudiée par les archéologues.

Aujourd’hui, que laisserons-nous aux générations futures ? Un sondage archéologique dans une seule de nos poubelles fournirait aux historiens du futur un nombre infini d’informations sur notre vie quotidienne, qu’il s’agisse de nos pratiques alimentaires, de notre hygiène, de nos loisirs, de notre santé et même de notre sexualité. Pourtant ils n’auront pas accès à cette information. En effet, et heureusement pour nous, nos poubelles sont vidées et leur contenu fait l’objet d’un recyclage ou d’une destruction. Toutefois il existe des endroits où nos détritus s’accumulent en toute liberté. C’est dans la mer que se concentre la plus importante masse de déchets. Existe désormais dans le Pacifique le « 7e continent de plastique », immense amas compact de déchets de la taille d’1/3 des Etats-Unis. Le plastique ne se décompose pas mais se fragmente avec des effets catastrophiques de cette désagrégation, à savoir la constitution d’une « soupe de plastique » formée de macro déchets qui dérivent ou s’enfoncent dans les profondeurs et d’une myriade de micro déchets qui flottent à la surface. Un ramassage des déchets en mer et sur les plages permet de se faire une idée de la nature précise de la pollution. Les plastiques représentent plus de 90% des détritus retrouvés, rien de plus normal puisqu’1/10e du plastique produit par l’homme finit en mer. Il n’est donc pas étonnant que se forment des continents artificiels de plastique aux effets désastreux pour l’écosystème.

A partir de cette réalité de la formation actuelle de continents de plastique, nous avons imaginé une fiction scientifique. Comment les archéologues interpréteront dans plusieurs centaines d’années nos déchets maritimes actuels ? Quelle vision pourront-ils avoir de notre société à partir de nos détritus plastiques si nombreux ? Et surtout quelle opinion se feront-ils de nous ? Nous qui leur laissons comme héritage un océan poubelle.

 

L’ère du Plastique

            Introduction :

            Nous sommes en l’an 512 EP (ère du Plastique). L’Université Bretagne Sud est la plus ancienne université du monde plastique actuel, sa fondation remontant, d’après certaines légendes, à la dernière civilisation historique.

Se seraient en effet succédées, avant le règne du plastique, différentes civilisations sur différents continents aux noms bizarres : Theamerica, Afrika, Uropa, aAsia, Australio, Quant au nom que porte notre université (Bretagne, Britannia ou Breizh selon les sources), il pourrait faire référence à une personne ou plus précisément à des femmes d’une même famille princière ou royale car nous avons l’attestation d’une petite et d’une grande Bretagne, d’une Bretagne Sud (vivant au sud ?), d’une Bretagne Occidentale (gouvernant un royaume à l’ouest du continent dont la capitale porterait le nom de Bigouden –voir l’objet UBS-512-26) ? Il est difficile pour nous de concevoir, à la place de notre grande île plastique sur laquelle nous vivons depuis des générations, divers continents séparés par des immensités liquides et salées. Il est troublant de concevoir que nos ancêtres étaient incroyablement nombreux et formaient des groupes différents séparés les uns des autres, avec chacun sa langue, son gouvernement, ses pratiques alimentaires, ses codes vestimentaires, ses croyances et ses rites. Comment pouvaient-ils être des milliards sur terre, comment ont-ils pu vivre dans des conditions terribles, vêtus à partir de matériaux extraits du monde animal (cuir, laine) et du monde végétal, se nourrissant non pas d’insectes comme nous mais de grands animaux marins et terrestres et utilisant pour leur vie quotidienne des objets rudimentaires faits en verre, en céramique, en métal… ? Ce n’est que progressivement que serait apparu le plastique avec, selon toutes probabilités, un lent processus de développement et de diffusion de ce matériau à l’échelle de toute la planète jusqu’à la célèbre révolution mondiale qui vit l’avènement de l’Ere du Plastique et la création de l’immense île artificielle sur laquelle nous vivons tous actuellement. Nos ancêtres ont joué un rôle fondamental dans cette révolution qui permit le règne absolu du plastique sur la planète. C’est grâce à eux que les terres et les océans se sont progressivement recouverts d’objets en plastique, jusqu’à former un seul continent, la « Pangée plastique » du mythe originel, et, au centre de ce continent, l’immense « Tour de Babel Plastique », une masse de détritus d’une hauteur impressionnante autour de laquelle ont pu se regrouper les survivants pour former une nouvelle humanité, unifiée et pacifiée. C’est pour rendre hommage à nos ancêtres qui ont permis l’édification d’une nouvelle humanité grâce à l’avènement de l’Ere du Plastique, que nous avons lancé un projet de recherches archéologiques. L’objectif de ce programme de recherche est, grâce aux témoignages matériels qu’ils nous ont laissés, de reconstituer les conditions de vie de ceux qui nous ont précédés et de proposer aux générations présentes et futures une vision de ce monde disparu auquel ils appartenaient. Un monde peuplé d’animaux terrestres et marins à plumes, à écailles et à poils. Un monde couvert de végétaux d’aspects et de tailles très différents, marqué par plusieurs saisons climatiques. Un monde bien étrange et sans aucun doute bien dangereux. Le monde dans lequel ont vécu nos ancêtres à une époque lointaine, ces ancêtres dont nous ne savons pas grand chose mais qui nous ont laissé en héritage le continent plastique sur lequel nous vivons actuellement.

 

La recherche archéologique :

            Lors d’un sondage dans les profondeurs de notre continent plastique, un grand nombre d’objets, appartenant aux civilisations passées, ont été retrouvés par notre équipe de recherche. L’étude en laboratoire de ces objets a permis de reconstituer en partie leurs contextes d’origine, à savoir les structures monumentales actuellement immergées sous le continent plastique, qui appartenaient à une ville dont nous ne savons rien ou presque, si ce n’est qu’elle s’appelait « Hecho » (voir l’objet UBS-512-09).

            Module 1. Les sciences :

            Une première catégorie d’objets appartenait à un musée de la mer et de l’espace. Ils témoignent du haut niveau technologique auquel étaient arrivés nos ancêtres peu de temps avant l’avènement de l’Ere du Plastique, soit dans la seconde moitié du XXe, première moitié du XXIe siècle selon une chronologie ancienne. Des maquettes d’une planète et de ses satellites, des modèles réduits d’un vaisseau spatial et d’une plate-forme de lancement indiquent que cette civilisation a inventé le voyage spatial et a conquis des planètes d’autres systèmes solaires, dont la planète « Ramsès II » de la galaxie « Radical » (objet n°UBS-512-01). Conquête de l’espace mais aussi conquête des océans de notre planète comme en témoignent le modèle réduit d’un gigantesque pont transcontinental (UBS-512-09), l’une des sept merveilles du monde, les vestiges d’appareils de communication sous-marine (UBS-512-07) et de surface (UBS-512-06), un outil de prévision météorologique maritime (UBS-512-08), et les vestiges d’un drone aérien de secours en mer (UBS-512-10 à 14) avec une partie de son équipement médical (UBS-512-15 et 16). Il ne fait guère de doute que ces objets appartenaient à une institution culturelle et pédagogique, un musée de l’espace et de la mer présentant, grâce à des maquettes et des objets authentiques, la grande épopée des conquêtes maritimes et spatiales de l’humanité avant l’avènement de l’Ere du Plastique.

            Module 2. Le funéraire :

Une deuxième catégorie d’objets fait référence aux rituels funéraires. Les archéologues ont eu la chance de découvrir une partie d’une nécropole princière ou royale appartenant à la phase de transition entre l’ancienne civilisation et la nouvelle ère du Plastique.

Module 3. La religion :

 

Module 4. La vie quotidienne :

 

Archéologie du futur – Introduction

Une exposition sur le destin archéologique de nos déchets maritimes

Archéologie du futur
Cliché Corentin Leblanc

Il s’agit d’une collaboration au projet « Déchets salés » de l’association Expéditions MED (http://www.expeditionmed.eu/fr/). Les étudiants de master élaborent une exposition d’archéologie du futur à partir de déchets recueillis en mer. Considérés comme des objets archéologiques qui témoigneront de nos sociétés dans quelques centaines d’années, ces artefacts sont décrits, dessinés et photographiés selon les critères scientifiques de l’archéologie. Les étudiants, endossant le costume d’archéologues du futur, proposeront une interprétation fonctionnelle à ces objets, illustrant par la fiction scientifique, le gâchis et l’absurdité de cet étrange patrimoine que nous allons laisser à nos descendants.

Archéologie du futur
Cliché Corentin Leblanc
Archéologie du futur
Cliché Corentin Leblanc
Archéologie du futur
Cliché Corentin Leblanc
Archéologie du futur
Cliché Corentin Leblanc
Archéologie du futur
Cliché Corentin Leblanc

Vous pouvez visionner un documentaire présentant l’âge du plastique, un futur proche où la mer déborde de plastique…

https://www.youtube.com/watch?annotation_id=annotation_2039654811&feature=iv&src_vid=3wYANjrfaQ8&v=Pt6KlPCX1BU